Tweet polémique : Émilie Chalas répond au collectif féministe NousToutes38

Tweet polémique : Émilie Chalas répond au collectif féministe NousToutes38

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FIL INFO — Mise en cause par le collectif féministe NousToutes38, Émilie Chalas adresse une réponse par voie de communiqué. Accusée d’avoir mis sur le même plan la dégradation d’un stand de campagne et les violences faites aux femmes, la députée-candidate LREM aux municipales de Grenoble conteste, et accuse le collectif d’instrumentation à des fins électorales.

 

 

« Vous n’avez pas le mono­pole de la défense des femmes. » Durement inter­pel­lée par le col­lec­tif fémi­niste isé­rois NousToutes38, la dépu­tée-can­di­date LREM aux muni­ci­pales de Grenoble Émilie Chalas lui adresse une réponse dans le même registre. À l’o­ri­gine de la polé­mique ? Un tweet de la par­le­men­taire, lui-même en réponse à un mes­sage d’Éric Piolle, fai­sant suite aux dégra­da­tions contre un stand LREM en marge d’une mani­fes­ta­tion contre la réforme des retraites.

 

Des opposants à la réforme des retraites brûlent les flyers de la campagne d'Émilie Chalas en marge d'une manifestation. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des oppo­sants à la réforme des retraites brûlent les flyers de la cam­pagne d’Émilie Chalas en marge d’une mani­fes­ta­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« La colère est là, j’appelle à un débat serein, démo­cra­tique et répu­bli­cain sur le fond pour Grenoble », écri­vait le maire-can­di­dat de Grenoble. « Devrait-on excu­ser un homme qui bat sa femme et la fait taire juste parce qu’il est “en colère” », rétor­quait Émilie Chalas. Une com­pa­rai­son « ignoble » aux yeux des fémi­nistes, pour qui la colère sociale est « légi­time » quand le gou­ver­ne­ment fait le jeu du « sys­tème patriar­cal ».

 

 

« Aucune colère, de quelque nature qu’elle soit, ne justifie la violence » selon Émilie Chalas

 

« Mon pro­pos, et vous le savez bien, n’a jamais été de situer sur le même plan la colère des manifestant(e)s et la colère d’un homme violent qui frappe une femme, mais d’affirmer qu’aucune colère, de quelque nature qu’elle soit, ne jus­ti­fie la vio­lence », leur répond par voie de com­mu­ni­qué Émilie Chalas. En s’in­ter­ro­geant sur la « concep­tion du débat démo­cra­tique » porté par le col­lec­tif féministe.

 

La députée-candidate Émilie Chalas © Joël Kermabon - Place Gre'net

La dépu­tée-can­di­date Émilie Chalas. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Des mili­tants de ma cam­pagne ont été bous­cu­lés, mena­cés et insul­tés, du maté­riel de cam­pagne a été sac­cagé et brûlé. Est-ce à dire que toute opi­nion, toute idée poli­tique qui n’est pas en confor­mité avec vos idées mérite d’être muse­lée y com­pris par la vio­lence ? », inter­roge ainsi la can­di­date. Avant de consi­dé­rer que « la loi du plus fort (…) est tout aussi incom­pa­tible avec le débat démo­cra­tique qu’avec l’égalité entre les femmes et les hommes ».

 

 

« Instrumentaliser les violences faites aux femmes ne vous honore pas »

 

La can­di­date gre­no­bloise n’ou­blie pas de tacler au pas­sage le col­lec­tif et ses attaques contre « le sys­tème capi­ta­liste [et] néo­li­bé­ral ». « Considérer le fémi­nisme comme par­ti­san est même à l’opposé de l’universalisme qu’il devrait être », écrit encore Émilie Chalas. Et de conclure : « Instrumentaliser à des fins élec­to­rales un com­bat aussi impor­tant que la lutte contre les vio­lences faites aux femmes ne vous honore pas ».

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble : une crèche fermée sine die à la Villeneuve après des menaces et actes de violence

  FOCUS - Depuis le 5 janvier, la crèche collective municipale de la Villeneuve à Grenoble est fermée suite à des menaces et actes de Lire plus

Extorsions avec violence à Gières : deux mineurs mis en cause

  FLASH INFO - Deux mineurs mis en cause dans plusieurs affaires d’extorsions et de violences survenues à proximité de la gare de Gières, dans Lire plus

L'association Passible demande plus de moyens pour la prise en charge des auteurs de violences conjugales
Violences faites aux femmes : la Métro donne la parole à un ex-auteur de violences

  FLASH INFO – Faire de la prévention en s'adressant aux auteurs de violences plutôt qu'aux victimes? C'est le choix de la Métropole de Grenoble, Lire plus

Miribel-les-Echelles - Google map
L’un des cinq suspects impliqués dans l’agression du maire de Miribel-les-Echelles écroué

  FLASH INFO - Ce vendredi 7 août 2020, le juge des enfants a mis trois personnes en examen pour des faits de « violences Lire plus

William Dufour, maire de Miribel-les-Echelles. DR
Cinq suspects dont quatre mineurs en garde à vue pour violences sur le maire de Miribel-les-Echelles

FLASH INFO - La brigade de gendarmerie de Meylan a interpellé cinq personnes dans le cadre de l'enquête sur l'agression de William Dufour, maire de Lire plus

Manifestation pour la Journée internationale des droits des femmes ce 8 mars à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Plus d’un millier de personnes ont manifesté pour les droits des femmes dimanche à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Ce dimanche 8 mars, une manifestation à rassemblé plus d'un millier de personnes pour la Journée internationale des droits des femmes Lire plus

Flash Info

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

|

19/10

10h35

|

|

19/10

9h26

|

|

18/10

18h56

|

|

18/10

11h04

|

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin