Sortie de résidence au Théâtre de poche pour un Macbeth sans retenue de la compagnie Contre Poing

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FIL INFO — Sortie de dernière résidence au Théâtre de poche de Grenoble pour la compagnie Contre Poing et son Macbeth. Après près d’un an de travail, la compagnie grenobloise a parachevé son spectacle et présenté en avant-première ses vingt premières minutes au public. En attendant dix représentations au Théâtre Prémol au mois de janvier 2020.

 

 

Sur scène, une marion­nette géante incarne un roi Duncan débon­naire, cou­vant d’un regard ensom­meillé les danses de trois sor­cières aussi pop, punk que glam. Ainsi que les échanges fiel­leux entre Lady Macbeth et son mari, sur fond d’am­bi­tion et de régi­cide. Présentées au public en avant-pre­mière fin novembre, les vingt pre­mières minutes du Macbeth de la com­pa­gnie Le Contre Poing pro­mettent une lec­ture de Shakespeare sans rete­nue, ni tabous. À l’i­mage en somme de son auteur.

 

Macbeth du Contre Poing sur la scène du Théâtre de poche de Grenoble © Mathilde Audrusin - Théâtre municipal de Grenoble

Macbeth du Contre Poing sur la scène du Théâtre de poche de Grenoble. © Mathilde Andrusin – Théâtre muni­ci­pal de Grenoble

 

C’est au sor­tir d’une rési­dence de dix jours au Théâtre de poche que la com­pa­gnie gre­no­bloise offrait au public une repré­sen­ta­tion sous forme de bande-annonce. De quoi don­ner envie aux spec­ta­teurs de voir la suite : dix repré­sen­ta­tions du Macbeth sont d’ores et déjà pro­gram­mées au Théâtre Prémol sur la deuxième par­tie du mois de jan­vier 2020. En atten­dant de voir la créa­tion tour­ner dans d’autres salles de la région et au-delà ?

 

 

Un an de travail et plusieurs résidences

 

Si la rési­dence au Théâtre de poche a per­mis à la com­pa­gnie de fina­li­ser son pro­jet, celui-ci remonte à plus d’un an. Et a débuté avec une cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif lan­cée en novembre 2018, sui­vie de rési­dences de créa­tion suc­ces­sives au Théâtre Prémol, à l’Espace 600 ainsi qu’au Créarc. Le tout pour un spec­tacle qui mobi­lise une dou­zaine de per­sonnes, des cos­tumes aux lumières en pas­sant par la scé­no­gra­phie… et les marion­net­tistes.

 

Les trois sorcières du Contre Poing sortent (légèrement) des terrains battus © Mathilde Audrusin - Théâtre municipal de Grenoble

Les trois sor­cières du Contre Poing sortent (légè­re­ment) des sen­tiers bat­tus. © Mathilde Andrusin – Théâtre muni­ci­pal de Grenoble

Avec son Macbeth, le Contre Poing s’at­taque à un texte aussi violent qu’ardu, dont elle n’a pas changé une ligne mal­gré toutes les fan­tai­sies dont elle le drape. Quitte à réa­li­ser un mélange de cinq tra­duc­tions dif­fé­rentes afin d’ob­te­nir le ton voulu…

 

Il est vrai que la com­pa­gnie a ten­dance à ne pas faire les choses comme tout le monde. Le for­mat théâtre de rue (ou en appar­te­ment) ne lui fait pas peur : Avec Jérôme Legrand compte ainsi parmi ses spec­tacles vedettes.

 

Tandis que dans [sə] [ki] [rɛst] (« ceux qui res­tent »), créée en 2017, les comé­diens chan­geaient radi­ca­le­ment de forme et de ton. Et abor­daient la ques­tion du sui­cide et du deuil en heur­tant les limites de l’es­pace scé­nique. Dans un mélange, déjà, de rires et de pleurs face à l’ab­sur­dité d’un drame.

 

Florent Mathieu

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2455 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.