Des poubelles pucées pour inciter les habitants de l’agglomération grenobloise à mieux trier

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

 

FOCUS – Réduire de moitié la poubelle des ordures ménagères avant 2030 : voilà l’un des principaux engagements de la Métro dans le cadre de son Schéma directeur déchets. Pour atteindre cet objectif, elle mise sur de nombreuses innovations. Parmi lesquelles des puces électroniques qui font actuellement leur apparition sur les poubelles dans toute l’agglomération.

 

 

La Métro équipe les poubelles de puces électroniques dans toute l’agglomération.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Les habitants de l’agglomération grenobloise produisent trop de déchets. Chaque personne jette en moyenne 193 kg d’ordures ménagères résiduelles par an, soit 86 961 tonnes sur l’agglomération, selon un rapport de Grenoble Alpes Métropole daté de 2018.

 

Cela fait beaucoup, mais 77 kg de moins tout de même qu’à l’échelle nationale, d’après les chiffres de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie de 2013.

 

Autre constat : 40 % des ordures jetées dans les poubelles vertes devraient être déposées dans leurs homologue de couleur grise, d’après la Métropole. Forte de ces constats, cette dernière a lancé fin 2017 un grand plan d’action pour collecter et gérer les déchets.

 

 

Une taxe pour inciter à mieux trier

 

La tarification incitative va être un axe important de ce plan d’action. Concrètement, en 2022, tous les habitants de l’agglomération auront des poubelles “pucées” et les bennes seront pour leur part dotées d’un lecteur. C’est d’ores et déjà le cas à Grenoble, mais aussi à Eybens. L’objectif étant de pousser les sud-Isérois à mieux trier.

 

La Métro équipe les poubelles de puces électroniques. © Sébastien Riglet - Place Gre'net

La mise en place de puces est en cours sur tous les bacs de l’agglomération, ici à Eybens. © Sébastien Riglet – Place Gre’net

Le fait d’équiper de puces électroniques toutes les poubelles permettra en effet d’ajuster les tournées de collecte, mais aussi d’instaurer la taxe d’enlèvement des ordures ménagères incitative pour chaque foyer.

 

Cette taxe comprendra une part variable, définie par la fréquence de remplissage du bac gris. Plus ce dernier sera vidé par le camion de collecte, plus la part variable sera élevée.

 

 

Le volume d’ordures de chaque ménage disponible sur internet

 

Mais le puçage a un autre intérêt, comme l’indique Georges Oudjaoudi, vice-président de la Métro, délégué à la prévention, la collecte et la valorisation des déchets. « Grâce au puçage des bacs et des camions de ramassage, nous aurons des informations sur le lieu et la contenance de la poubelle. Nous saurons qu’à telle adresse nous avons vidé une poubelle de tant de litres. On va avoir des informations plus fines, ce qui va permettre aux habitants de suivre leur pratique sur un site internet. Ce dispositif va conduire les gens à nous présenter des poubelles pleines. »

 

Le Vin des Alpes à la maison : on vous écoute, on sélectionne vos bouteilles, vous êtes livré à vélo le jour même jusqu

Georges Oudjaoudi © Anaïs Mariotti

Pour éviter d’avoir des poubelles grises remplies trop souvent et pour gérer au mieux les déchets alimentaires, un nouveau bac, marron, fait par ailleurs son apparition chez les habitants. Du 12 au 22 novembre, des agents mandatés par la Métropole ont ainsi fait du porte-à-porte dans tous les foyers d’Eybens. En plus de sensibiliser chaque résident au tri des déchets alimentaires, ils leur ont remis un bio-seau et des sacs biodégradables.

 

Tout ceci devant ensuite être jeté dans la nouvelle poubelle marron, située dans les locaux à ordures, destinée à recueillir tout ce qui touche à l’avant ou après repas. Tous les habitants de l’agglomération en seront équipés d’ici 2021.

 

 

Objectif : faire un transfert partiel de déchets des poubelles grises vers les marron

 

« On installe un contener de plus auprès des habitants. C’est une habitude à prendre pour tous, et notamment pour les sociétés de nettoyage », précise Georges Oudjaoudi.

 

La nouvelle poubelle marron et le bio-seau remis par des agents mandatés par la Métropole

La nouvelle poubelle marron et le bio-seau remis par des agents mandatés par la Métropole. © Sébastien Riglet – Place Gre’net

« Afin de mettre en place cette poubelle, une expérience a d’abord été faite depuis le Printemps dans le quartier des Eaux-Claires et à la Commanderie à Échirolles.

L’objectif est de faire un transfert d’une partie des déchets de la poubelle grise vers la poubelle marron. »

 

Les communes de Seyssins, Eybens, Gières et Poisat, mais aussi le secteur 1 de Grenoble accueillent actuellement ces nouveaux bacs et seaux.

 

 

Une production de 8 000 tonnes de compost attendue par an

 

Le contenu des bacs marrons prend ensuite la direction du centre de compostage de Muriannette, en cours de modernisation. Une nouvelle unité de méthanisation va y être créée d’ici 2022, où du biogaz sera produit à partir de la fermentation des déchets alimentaires.

 

Tout cela a un coût. Près de 15 millions d’euros vont être nécessaires pour réaliser de nombreux travaux, comme la création d’un hangar de préparation des déchets verts, l’installation d’épuration du biogaz ou encore la mise en place d’un hall de préparation des matières et de compostage. Mais, à terme, pas moins de 8 000 tonnes de compost de haute qualité devraient être produits chaque année… si les habitants jouent le jeu.

 

Sébastien Riglet

 

commentez lire les commentaires
4657 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. sep article
    • Il suffit de taper dans un moteur de recherche » diminution volume déchet besançon » et vous verrez que le tonnage a baissé de 223kg/an/hab à 143 kg/an/hab entre 2010 et 2018. Il y a sûrement des personnes qui ont vu leur taxe augmentée (pénalité) mais par rapport à la baisse enregistrée, j’imagine qu’il y a davantage de personnes qui n’ont pas été pénalisées.
      Ensuite d’un point de vue de la collectivité, cela permet aussi d’éviter d’agrandir un centre de gestion de déchets ou de le reconstruire avec un traitement de tonnages moins important.
      Il n’y a donc rien de lamentable ici comme vous l’écriviez dans votre premier poste. Bien au contraire.

      sep article
  2. Franchement, on pourrait rire si ce n’était pas aussi triste! Puçer les poubelles pour taxer les habitants grenoblois. Vraiment lamentable

    sep article
    • Ce n’est pas spécifique à l’agglomération grenobloise. C’est fait dans d’autres agglomérations dont celle de Besançon depuis 2012.

      sep article
  3. toi aussi aime le RGPD!
    « le volume d’ordures de chaque ménage disponible sur internet »

    Avoir une métrique aide à corriger / suivre. Sans cela c’est impossible.
    Mais ça va pas un peu loin là?

    sep article