Des chercheurs de Grenoble en Antarctique pour mieux prévoir la montée des océans

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

FIL INFO – Des chercheurs grenoblois du CNRS et de l’Université Grenoble-Alpes seront aux côtés de confrères italiens et australiens dans une expédition sur le plateau Antarctique, organisée du 7 décembre 2019 au 25 janvier 2020. Un périple de plus d’un millier de kilomètres pour mieux comprendre la manière dont le continent réagit au réchauffement climatique.

 

 

« Comment le continent Antarctique réagit-il au réchauffement en cours ? » C’est la question à laquelle des scientifiques vont tâcher de répondre à l’occasion d’un « raid » organisé sur le plateau Antarctique, du 7 décembre 2019 au 25 janvier 2020. Le trajet : 1 318 kilomètres aller-retour, avec des températures oscillant entre – 25 et – 45 degrés Celsius. Des chercheurs grenoblois du CNRS et de l’Université Grenoble-Alpes (UGA) font partie du voyage.

 

Une précédente expédition en Antarctique du CRNS © CNRS

Une précédente expédition en Antarctique du CNRS. © CNRS

 

Ils ne seront (évidemment) pas seuls : baptisée EAIIST (« East Antarctic International Ice Sheet Traverse »), l’expédition comprend une quarantaine de scientifiques français, italiens et australiens. Avec un pilotage conjoint de Barbara Stenni (Université Ca’ Foscari de Venise) et Joël Savarino (Institut des géosciences de l’environnement de Grenoble), elle repose sur un financement franco-italien, pour une opération de plus de 2 millions d’euros.

 

Le Vin des Alpes à la maison : on vous écoute, on sélectionne vos bouteilles, vous êtes livré à vélo le jour même jusqu

 

La montée des océans au cœur des questions de l’expédition

 

Grâce à leur périple, les chercheurs espèrent « mieux déchiffrer les archives climatiques et mieux prévoir la hausse du niveau marin ». La question de la montée des océans est au cœur des questionnements. Alors que le réchauffement climatique occasionne une fonte de la calotte, il crée aussi plus de précipitations sur le continent Antarctique. Une situation qui pourrait limiter la perte de masse de la calotte glaciaire, et modérer dès lors la hausse redoutée.

 

Une précédente expédition de chercheurs en Antarctique © CNRS

Une précédente expédition de chercheurs en Antarctique. © CNRS

Les chercheurs présents sur place auront ainsi pour mission de vérifier si l’accumulation de neige a effectivement augmenté sur le plateau Antarctique. Quitte à explorer « les parties les plus arides, inhospitalières et méconnues » de cette région du globe « essentielle au fonctionnement de la machine climatique terrestre ».

 

Autre objectif : en savoir plus sur les « mégadunes », ces ondulations de la surface vitrée du continent Antarctique que des satellites de la Nasa ont mises à jour en 2003. « Comprendre leur formation et la manière dont elles enregistrent la composition de l’atmosphère est essentiel pour interpréter les archives du climat que constituent les carottes de glace », décrivent ainsi les organisateurs de l’expédition.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2064 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.