Street art à Échirolles : l’Institut des médias et de la communication décoré par les Monkey Bird

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FIL INFO – Une fresque orne désormais la façade de l’Institut des médias et de la communication en plein centre-ville d’Échirolles. Une œuvre réalisée par le collectif Monkey Bird, à initiative de l’Université Grenoble Alpes et en lien avec de nombreux partenaires locaux.

 

 

Institut des Médias et de la Communication avec une fresque des artistes du collectif Monkey Bird © Thomas Courtade - Place Gre'net

La façade de l’Institut des médias et de la com­mu­ni­ca­tion d’Echirolles fait peau neuve grâce à la fresque des artistes du col­lec­tif Monkey Bird. © Thomas Courtade – Place Gre’net

 

La fresque d’Édouard Egéa et Louis Boidron, fon­da­teurs du col­lec­tif des Monkey Bird, ne laisse pas indif­fé­rent. Il faut dire que leur œuvre recouvre la façade de l’Institut des médias et de la com­mu­ni­ca­tion, don­nant sur l’ar­rêt de tram A, la Rampe – Centre-ville à Échirolles.

 

 

Un projet collectif

 

Une fresque de street art réalisée par le collectif Monkey Bird orne désormais l'institut des médias et de la communication à Échirolles. Cérémonie de réception de la fresque en présence d'étudiants et de représentants de l'UGA, de la Métro ou encore de Spacejunk Center Art © Thomas Courtade - Place Gre'net

Cérémonie de récep­tion de la fresque en pré­sence de repré­sen­tants de l’UGA, de la Métro ou encore de Spacejunk. © Thomas Courtade – Place Gre’net

À l’o­ri­gine de ce pro­jet, l’Université Grenoble Alpes dont fait par­tie l’ins­ti­tut échi­rol­lois. Un comité d’u­sa­gers du bâti­ment a ainsi été créé pour l’oc­ca­sion, avec des étu­diants, des doc­to­rants et des ensei­gnants-cher­cheurs. Les archi­tectes du bâti­ment ont éga­le­ment été sol­li­ci­tés au préa­lable, afin de don­ner « leur accord et des pré­co­ni­sa­tions ». À noter enfin, la par­ti­ci­pa­tion en tant que par­te­naires de la Ville d’Échirolles, de la Métropole et du centre d’art Spacejunk.

 

 

Des artistes internationaux

 

Artistes voya­geurs, Édouard Egéa et Louis Boidron ont déjà opéré dans nombre de villes à l’in­ter­na­tio­nal. Paris, Berlin, Amsterdam pour n’en citer que quelques-unes. Les Monkey Bird se défi­nissent eux-mêmes comme des artistes « retrans­cri­vant des thèmes sociaux en fables murales par la représentation d’animaux-totems dotés d’une sym­bo­lique anthro­pique ».

 

Une fresque de street art orne désormais l'institut des médias et de la communication à Échirolles. La fresque des Monkey Bird sera officiellement inaugurée en juin prochain à l'occasion du Street Art Fest Grenoble Alpes © Thomas Courtade - Place Gre'net

Fresque des Monkey Bird. © Thomas Courtade – Place Gre’net

Du reste, ils ne sont pas incon­nus à Grenoble, où ils ont par­ti­cipé à deux reprises au Street Art Fest en 2016 et 2017. Leur troi­sième œuvre dans l’ag­glo­mé­ra­tion s’ins­crit donc dans la future édi­tion du Street Art Fest Grenoble Alpes en juin pro­chain. Au même moment, l’Institut accueillera un évé­ne­ment d’im­por­tance : le pro­chain congrès natio­nal des sciences de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion.

 

Thomas Courtade

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2492 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.