Matthieu Chamussy. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Matthieu Chamussy : “Je ne me suis pas engagé en poli­tique pour choi­sir entre Éric Piolle et Alain Carignon !”

Matthieu Chamussy : “Je ne me suis pas engagé en poli­tique pour choi­sir entre Éric Piolle et Alain Carignon !”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TRIBUNE LIBRE – Matthieu Chamussy, conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion à Grenoble, réagit suite au ral­lie­ment de Marie-José Salat et Anouche Agobian à la liste du maire sor­tant Éric Piolle et aux démis­sions de Nathalie Béranger et Brigitte Boer du conseil muni­ci­pal au pro­fit d’Alain Carignon. Une évo­lu­tion de la vie poli­tique qu’il voit comme un déli­te­ment de l’esprit public.

Marie-José Salat et Anouche Agobian. © Patricia Cerinsek - Placegrenet.fr

Marie-José Salat et Anouche Agobian. © Patricia Cerinsek – Placegrenet​.fr

La semaine der­nière tout le monde com­men­tait ce que l’on pour­rait pudi­que­ment appe­ler le mer­cato pré-élec­to­ral qui a vu Mmes Salat et Agobian ral­lier un homme, Éric Piolle, qu’elles n’ont eu de cesse, et à rai­son, de cri­ti­quer durant cinq ans et neuf mois.

Aujourd’hui, c’est l’effacement de Mmes Béranger et Boer, au pro­fit d’un autre homme, Alain Carignon, qui mono­po­lise l’attention. Je suis prêt à parier que ce grand bar­num n’est pas ter­miné. En vérité, cha­cun com­mente ici les consé­quences et non les causes.

La pre­mière des causes c’est le déli­te­ment de l’esprit public.

Lorsque ce déli­te­ment frappe les élus, c’est une cer­taine idée de la démo­cra­tie qui est abî­mée. Si nul n’imagine un monde par­fait, où les ambi­tions indi­vi­duelles n’interfèreraient en rien dans l’action publique au ser­vice de nos conci­toyens, nous ne devons pas admettre, nous ne devons pas nous habi­tuer à ce que la car­rière jus­ti­fie et auto­rise tout.

Matthieu Chamussy déplore le récent mercato politique qu'il voit comme un délitement de l’esprit public.Nathalie Béranger. © Placegrenet.fr

Nathalie Béranger, ancienne conseillère muni­ci­pale qui a démis­sionné au pro­fit d’Alain Carignon. © Placegrenet​.fr

Il faut aussi évo­quer la notion d’effacement des femmes. Cette idée, presque inté­grée dans les esprits, et qu’il serait temps d’extirper, qu’il est nor­mal qu’à cer­tains moments cru­ciaux les femmes s’effacent lit­té­ra­le­ment au pro­fit de cer­tains hommes. De ce point de vue, ce qui s’est pro­duit, est une caricature.

Si je reviens à des consi­dé­ra­tions plus poli­tiques, il faut d’abord dire que tout cela n’est fondé sur aucune cohé­rence. Il n’y a aucun argu­ment de fond qui puisse jus­ti­fier que vous vous ral­liez du jour au len­de­main à quelqu’un que vous cri­ti­quiez très sévè­re­ment la veille encore. Et, si vous le faites, cela inter­roge sur la réa­lité de vos convic­tions. Celles d’hier ou d’aujourd’hui, ce qui revient au même.

Il n’y a aucune cohé­rence pour la cheffe de file d’un parti poli­tique à rejoindre une liste qui clame haut et fort qu’elle ne sol­li­ci­tera pas et qu’elle ne veut pas le sou­tien de ce même parti. Il n’y a d’ailleurs aucune cohé­rence à quit­ter un man­dat en novembre pour sol­li­ci­ter à nou­veau le même quatre mois plus tard. Et si tout cela ne répond à aucune cohé­rence et n’a aucun sens sur le plan des idées, c’est bien parce que cela répond à une autre logique.

La vérité c’est qu’Éric Piolle et Alain Carignon sont enga­gés dans une stra­té­gie du buzz et du bruit qui vise à cou­per le son du débat des idées.

De ce point de vue, ils se font la courte échelle. L’un rejoint le conseil muni­ci­pal, l’autre orga­nise immé­dia­te­ment un ras­sem­ble­ment devant la salle du conseil en espé­rant l’esclandre. Dans ces condi­tions, que retien­dra-t-on du débat de fond sur la situa­tion finan­cière de Grenoble, les causes de ses dif­fi­cul­tés et les solu­tions à mettre en œuvre pour y remé­dier ??? On voit bien l’intérêt que l’un et l’autre ont à ce que ce débat ne soit pas audible…

Eric Piolle et Jérôme Safar lors du deuxième débat Place Gre'net Club de la Presse de Grenoble et de l'Isère

Eric Piolle, déjà à côté d’Alain Carignon lors d’un débat orga­nisé par Place Gre’net durant les muni­ci­pales de 2014. © Véronique Serre – pla​ce​gre​net​.fr

Dès lors, il convient de regar­der la situa­tion poli­tique en face telle qu’elle se pré­sente, sans se racon­ter des his­toires. La vérité c’est que s’est ins­tallé un match entre deux acteurs qui se nour­rissent l’un l’autre. On peut le regret­ter, je le regrette, mais c’est une réa­lité. Cette réa­lité peut tout à fait per­du­rer jusqu’au mois de mars.

Si tel devait être le cas, dans ces condi­tions, je le dis très clai­re­ment, je ne serais pas can­di­dat aux pro­chaines élec­tions muni­ci­pales. Je ne serais pas du tout can­di­dat. Je ne me suis pas engagé en poli­tique pour par­ti­ci­per à un com­bat de rue. Je ne me suis pas engagé en poli­tique pour avoir à choi­sir le moindre mal entre la déma­go­gie des uns et le popu­lisme des autres. Je ne me suis pas engagé en poli­tique pour choi­sir entre Éric Piolle et Alain Carignon.

Une troi­sième voie poli­tique existe

Mais je veux dire que cette réa­lité du moment n’est pas une fata­lité. Une troi­sième voie existe. Elle peut émer­ger. Elle peut s’imposer. Elle peut por­ter un pro­jet à la fois ambi­tieux et entraî­nant, enthou­sias­mant et sérieux. Elle peut se nour­rir de ce duo­pole qui, de fait, ne pro­pose que le bruit et la fureur. Cela sup­pose des prin­cipes par­ta­gés qui donnent le cadre du projet.

Je pense en l’occurrence à la pro­blé­ma­tique du redres­se­ment des comptes publics, condi­tion sine qua non de la sau­ve­garde du ser­vice public muni­ci­pal. Je pense aussi aux défis que le spectre du com­mu­nau­ta­risme nous impose de rele­ver. Je pense enfin aux condi­tions qui per­met­tront d’entraîner toute la popu­la­tion et notam­ment les plus modestes sur le che­min de la tran­si­tion éner­gé­tique. Cela sup­pose une pers­pec­tive de gou­ver­nance qui tienne compte de la diver­sité des sen­si­bi­li­tés à ras­sem­bler. Alors, bien évi­dem­ment, je pren­drai toute ma part à cette entre­prise au ser­vice de Grenoble.

Matthieu Chamussy déplore le récent mercato politique qu'il voit comme un délitement de l’esprit public.Vue de Grenoble du Jardin des Dauphins, à coté de la Bastille, à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Vue de Grenoble du Jardin des Dauphins, à coté de la Bastille. © Léa Raymond – pla​ce​gre​net​.fr

Il y a, parmi les acteurs poli­tiques, au sein de la société civile, des talents et des éner­gies qui doivent se fédé­rer. C’est cet appel que je lance aujourd’hui. C’est ce texte que je dif­fu­se­rai lar­ge­ment dans les jours à venir.

Grenoble est une ville sin­gu­lière, capable du meilleur et qui a connu le pire. Grenoble a eu Mendès-France comme député mais c’est aussi la ville qui a mis un terme à sa vie poli­tique active.

Grenoble a eu les Jeux olym­piques mais elle a aussi connu l’opprobre. J’ai le sen­ti­ment que Grenoble est aujourd’hui à la croi­sée des che­mins. Tout est pos­sible. C’est inquié­tant mais c’est aussi exaltant.

Matthieu Chamussy

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur. Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régissant.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un "nouveau visage" pour la place Victor-Hugo, avec des travaux jusqu'à l'été 2021
Grenoble : un « nou­veau visage » pour la place Victor-Hugo, avec des tra­vaux jus­qu’à l’été 2021

  FOCUS — Les travaux de la place Victor-Hugo de Grenoble ont débuté lundi 18 janvier, pour durer jusqu'à l'été 2021. Au programme? Nettoyage des Lire plus

Deux ans après son décès, le "lieu emblématique" Jacques-Chirac à Grenoble se fait toujours attendre
Un “lieu” Jacques-Chirac à Grenoble : l’en­ga­ge­ment d’Éric Piolle est-il tou­jours d’ac­tua­lité… ou enterré ?

  EN BREF - Eric Piolle, maire de Grenoble, s'était engagé le jour de la mort de Jacques Chirac à proposer en conseil municipal qu'un lieu emblématique Lire plus

Municipales de Grenoble : le patron des Républicains Christian Jacob apporte son sou­tien au can­di­dat Alain Carignon

  FIL INFO — Présent à Voreppe le jeudi 30 janvier, le président des Républicains a officiellement affirmé le soutien du parti à la candidature Lire plus

Municipales : Matthieu Chamussy tire sa révé­rence, après 22 ans de vie politique

  FOCUS — La fin d'une époque ? Le conseiller municipal de Grenoble Matthieu Chamussy annonce se retirer des élections municipales de mars 2020. Alors que Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Finances de Grenoble : Matthieu Chamussy craint la banqueroute

FOCUS - L'élu d'opposition Matthieu Chamussy s'est livré, ce mardi 10 décembre, à une analyse de la santé financière et du budget 2020 de la Lire plus

Matthieu Chamussy. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Matthieu Chamussy révèle com­ment il a évité le retour d’Alain Carignon au conseil muni­ci­pal de Grenoble en 2014

  FOCUS - Alors qu'un jeu de chaises musicales légal permet à Alain Carignon de revenir au conseil municipal, Matthieu Chamussy revient sur les municipales de 2014, alors qu'il était Lire plus

Flash Info

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin