Nightfall Grenoble, un jeu de cartes pour des sorties à moindre frais

sep article

Notre indépendance c

 

FIL INFO – Maxime Taugourdeau, jeune entrepreneur angevin, vient de lancer NightFall sur Grenoble. Ce jeu de 32 cartes, vendu dix euros, permet d’obtenir des réductions dans des bars, restaurants et discothèques préalablement sélectionnés. 

 

 

Maxime Taugourdeau, créateur de NightFall

Maxime Taugourdeau, créa­teur de NightFall. DR

Après Paris, Nantes, Angers, Tours, Caen, Lyon et Rouen, NightFall débarque à Grenoble. Ce concept ori­gi­nal de jeu de cartes pro­pose une nou­velle manière de conce­voir ses sor­ties. Pour 10 euros, il per­met en effet de béné­fi­cier de réduc­tions dans dif­fé­rents éta­blis­se­ments de Grenoble.

 

Le tout avec 32 cartes, comme l’in­dique Maxime Taugourdeau, pré­sident de l’agence de com­mu­ni­ca­tion Mimosa, une société à asso­cié unique créée l’an der­nier. « Les piques sont asso­ciés aux res­tau­rants, les cœurs aux dis­co­thèques ou les bars dan­sants et les trèfles aux bars à décou­vrir. » Soit au total, qua­torze bars, sept res­tau­rants et sept bars dan­sants.

 

« Globalement, c’est sou­vent une réduc­tion du type une conso ache­tée = une conso offerte, comme par exemple au bar Au Rencard. Mais on peut aussi noter la pos­si­bi­lité au Barberousse d’avoir une bou­teille offerte direc­te­ment à l’arrivée ! Au res­tau­rant Et si, on pro­pose une consom­ma­tion offerte pour chaque per­sonne com­man­dant un plat. En tout, le jeu pro­pose envi­ron 600 euros de réduc­tion. »

 

 

Critère principal : la qualité d’accueil

 

Comment cette idée a‑t-elle germé ? « Aujourd’hui, il existe bien des appli­ca­tions ou des cartes de réduc­tion. On trouve aussi des sites de réfé­ren­ce­ment ou encore des avis avec des nota­tions, mais sou­vent, ils sont payants donc faus­sés… Et puis, il n’existait pas de guide sélec­tif, sous forme ludique. » 

 

Cartes Nightfall. DR

DR

Lorsque le titu­laire d’un mas­ter en mar­ke­ting inter­na­tio­nal a eu l’i­dée de ce concept avec deux col­lègues, ils ont donc testé 300 éta­blis­se­ments à Paris. « On a jugé les lieux selon un cri­tère prin­ci­pal : la qua­lité d’ac­cueil. Je pars du prin­cipe qu’il est pos­sible d’al­ler dans le meilleur bar du monde, si l’on n’est pas bien reçu, on ne revien­dra pas. Voilà pour­quoi les lieux ont fait l’ob­jet d’une réelle sélec­tion. Et c’est aussi la rai­son pour laquelle on a choisi de faire un jeu de 32  et non de 54 cartes. »

 

Le jeu, dis­po­nible dans cer­tains bars et sur Internet, est valable un an. Prochaine étape ? Son créa­teur espère expor­ter le concept à l’é­tran­ger.

 

Alice Colmart

 

commentez lire les commentaires
2363 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.