Éric Piolle demande au préfet de l’Isère d’installer des radars sur Grenoble

sep article

 

FIL INFO — Le maire de Grenoble Éric Piolle vient d’adresser un courrier au préfet de l’Isère pour lui demander la mise en place de radars sur le territoire de sa commune. Objectif ? Lutter contre l’insécurité routière, notamment liée aux excès de vitesse, par le biais de la vidéo-verbalisation. Avec une priorité donnée aux abords des écoles.

 

 

Un complément aux radars pédagogiques ? Le maire de Grenoble Éric Piolle vient d’adresser un courrier au préfet de l’Isère Lionel Beffre pour demander la mise en place de radars fixes sur certaines zones de la Ville. Une interpellation qui fait suite à un premier rendez-vous organisé le 24 octobre, au cours duquel les élus s’étaient déclarés favorables à la vidéo-verbalisation. En jeu ? La sécurité routière, « au cœur de [leurs] préoccupations ».

 

Éric Piolle en discussion avec un responsable de la police municipale de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle en discussion avec un responsable de la police municipale de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« À Grenoble (…), l’insécurité routière et le sentiment d’insécurité routière demeurent », écrit le maire. Ceci malgré les dispositions prises « pour un aménagement de l’espace public plus apaisé » : la piétonnisation de certaines voies, la création de nouvelles pistes cyclables, ou encore la généralisation du 30 km/h sur l’ensemble de la commune. Une limitation de vitesse qui, passée une certaine heure sur certains axes, émeut peu les automobilistes.

 

 

Priorité aux abords des écoles

 

« Les incivilités et infractions routières répétées et, plus particulièrement, les dépassements de la vitesse maximale autorisée sur les grands axes de notre ville, sont sources de nuisances, d’inquiétude et de danger pour de nombreux habitant-es », décrit ainsi le maire dans son courrier. Qui fait valoir le « haut niveau de présence de la Police municipale », insuffisant semble-t-il à modérer les ardeurs de quelques conducteurs.

 

Un radar pédagogique sur le cours Berriat © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un radar pédagogique sur le cours Berriat. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

C’est pourquoi le maire demande, de nouveau, à l’État d’installer « des dispositifs de contrôle de vitesse de type radar fixe automatisé sur les grands axes de la commune de Grenoble ». La priorité ? « Les abords de plusieurs écoles de notre ville ». Éric Piolle juge que ces radars « viendraient efficacement compléter » les mesures d’aménagement prises par la municipalité devant certains établissements, comme l’école Marceau.

 

« Les services de la Ville se tiennent à votre disposition, en bonne intelligence avec la Métropole, pour étudier conjointement un plan de déploiement phasé de ces dispositifs de contrôle », conclut le maire. En octobre, le délégué aux déplacements de la Ville Jacques Wiart posait déjà une première condition : que les radars en question soient signalés, afin de ne pas prendre les contrevenants par surprise.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
3987 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Enfin ! Une mesure qui aurait dû être appliquée :
    – dans le cas général au maximum 18 mois voire deux ans après l’installation des radars pédagogiques et en remplacement de ceux-ci.
    – au niveau des points durs (écoles, carrefours critiques…) encore plus tôt.
    Ne boudons pas notre plaisir en espérant une mise en place rapide.

    sep article
  2. Les radars qu’il demande détectent le cannabis ?
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/enfants-renverses-voiture-grenoble-conducteur-mis-examen-1686230.html
    C’est indispensable puisqu’il veut la légalisation. D’après son adjointe Suzanne Dathe, il faut même améliorer les conditions de « travail » des dealers: « Ces gens qui travaillent dans les quartiers n’ont pas de contrat de travail, ils ne cotisent pas à la retraite, ils ne cotisent pas à l’Urssaf, ils n’ont pas les 35 heures, ils n’ont pas de congés payés… Ce sont quasiment des esclaves ! ».
    https://www.placegrenet.fr/2019/10/26/etude-jeunes-drogue-agglo/264431
    Au fou alors qu’un seul joint par semaine suffit pour affecter la conduite pendant 13h !
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/fumer-des-joints-pour-la-science-une-experience-stupefiante_137372

    sep article
  3. Les Grenoblois saurons se rappeler de l’attitude de ce maire dogmatique, laxiste et incompétent, qui préfère demander des radars plutôt que de s’occuper du bien être et de la securité des habitants.

    sep article
    • Désolé, mais mais les radars peuvent contribuer à améliorer la sécurité des habitants de la ville.
      Soyez donc un peu cohérent : pour une fois que notre maire se rappelle la nécessité de la sévérité et la vertu des sanctions, il faut l’encourager.
      J’en profite pour signaler que quoique très anti-Piolle (le maire, non l’individu; la politique menée, non les grands principes), je ne saurais me reconnaître dans les posts parfois très limites et la position clairement droitière de certains contributeurs.

      sep article
  4. Nous demandons au procureur de la République de nommer un juge d’instruction dans les affaires de la fête des tuiles et du rachat du siège du crédit agricole.

    sep article
  5. Sur le coup, il a parfaitement raison !
    Mais rappelons à notre gentil Eric (qui a rendu les transports publics gratuits, si, si, j’ai entendu ça ce vendredi 15 novembre dans l’émission de Nagui, sur France Inter, à 12h20, où tous nos chers animateurs parisiens et un peu bobo se félicitaient, que dis-je, se réjouissaient, de la politique menée par notre maire écolo…) qu’il peut aussi remettre en place des caméras vidéo destinées à limiter d’autres formes de délinquance.
    Prévoir aussi des radars anti-burquini devant nos piscines municipales.

    sep article