Éric Piolle demande au préfet de l’Isère d’installer des radars sur Grenoble

sep article



 

FIL INFO — Le maire de Grenoble Éric Piolle vient d’adresser un courrier au préfet de l’Isère pour lui demander la mise en place de radars sur le territoire de sa commune. Objectif ? Lutter contre l’insécurité routière, notamment liée aux excès de vitesse, par le biais de la vidéo-verbalisation. Avec une priorité donnée aux abords des écoles.

 

 

Un com­plé­ment aux radars péda­go­giques ? Le maire de Grenoble Éric Piolle vient d’a­dres­ser un cour­rier au pré­fet de l’Isère Lionel Beffre pour deman­der la mise en place de radars fixes sur cer­taines zones de la Ville. Une inter­pel­la­tion qui fait suite à un pre­mier ren­dez-vous orga­nisé le 24 octobre, au cours duquel les élus s’é­taient décla­rés favo­rables à la vidéo-ver­ba­li­sa­tion. En jeu ? La sécu­rité rou­tière, « au cœur de [leurs] pré­oc­cu­pa­tions ».

 

Éric Piolle en discussion avec un responsable de la police municipale de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle en dis­cus­sion avec un res­pon­sable de la police muni­ci­pale de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« À Grenoble (…), l’in­sé­cu­rité rou­tière et le sen­ti­ment d’in­sé­cu­rité rou­tière demeurent », écrit le maire. Ceci mal­gré les dis­po­si­tions prises « pour un amé­na­ge­ment de l’es­pace public plus apaisé » : la pié­ton­ni­sa­tion de cer­taines voies, la créa­tion de nou­velles pistes cyclables, ou encore la géné­ra­li­sa­tion du 30 km/h sur l’en­semble de la com­mune. Une limi­ta­tion de vitesse qui, pas­sée une cer­taine heure sur cer­tains axes, émeut peu les auto­mo­bi­listes.

 

 

Priorité aux abords des écoles

 

« Les inci­vi­li­tés et infrac­tions rou­tières répé­tées et, plus par­ti­cu­liè­re­ment, les dépas­se­ments de la vitesse maxi­male auto­ri­sée sur les grands axes de notre ville, sont sources de nui­sances, d’in­quié­tude et de dan­ger pour de nom­breux habi­tant-es », décrit ainsi le maire dans son cour­rier. Qui fait valoir le « haut niveau de pré­sence de la Police muni­ci­pale », insuf­fi­sant semble-t-il à modé­rer les ardeurs de quelques conduc­teurs.

 

Un radar pédagogique sur le cours Berriat © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un radar péda­go­gique sur le cours Berriat. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

C’est pour­quoi le maire demande, de nou­veau, à l’État d’ins­tal­ler « des dis­po­si­tifs de contrôle de vitesse de type radar fixe auto­ma­tisé sur les grands axes de la com­mune de Grenoble ». La prio­rité ? « Les abords de plu­sieurs écoles de notre ville ». Éric Piolle juge que ces radars « vien­draient effi­ca­ce­ment com­plé­ter » les mesures d’a­mé­na­ge­ment prises par la muni­ci­pa­lité devant cer­tains éta­blis­se­ments, comme l’é­cole Marceau.

 

« Les ser­vices de la Ville se tiennent à votre dis­po­si­tion, en bonne intel­li­gence avec la Métropole, pour étu­dier conjoin­te­ment un plan de déploie­ment phasé de ces dis­po­si­tifs de contrôle », conclut le maire. En octobre, le délé­gué aux dépla­ce­ments de la Ville Jacques Wiart posait déjà une pre­mière condi­tion : que les radars en ques­tion soient signa­lés, afin de ne pas prendre les contre­ve­nants par sur­prise.

 

Florent Mathieu

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
4486 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Enfin ! Une mesure qui aurait dû être appli­quée :
    – dans le cas géné­ral au maxi­mum 18 mois voire deux ans après l’ins­tal­la­tion des radars péda­go­giques et en rem­pla­ce­ment de ceux-ci.
    – au niveau des points durs (écoles, car­re­fours cri­tiques…) encore plus tôt.
    Ne bou­dons pas notre plai­sir en espé­rant une mise en place rapide.

    sep article
  2. Les radars qu’il demande détectent le can­na­bis ?
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/enfants-renverses-voiture-grenoble-conducteur-mis-examen-1686230.html
    C’est indis­pen­sable puisqu’il veut la léga­li­sa­tion. D’après son adjointe Suzanne Dathe, il faut même amé­lio­rer les condi­tions de « tra­vail » des dea­lers : « Ces gens qui tra­vaillent dans les quar­tiers n’ont pas de contrat de tra­vail, ils ne cotisent pas à la retraite, ils ne cotisent pas à l’Urssaf, ils n’ont pas les 35 heures, ils n’ont pas de congés payés… Ce sont qua­si­ment des esclaves ! ».
    https://www.placegrenet.fr/2019/10/26/etude-jeunes-drogue-agglo/264431
    Au fou alors qu’un seul joint par semaine suf­fit pour affec­ter la conduite pen­dant 13h !
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/fumer-des-joints-pour-la-science-une-experience-stupefiante_137372

    sep article
  3. Les Grenoblois sau­rons se rap­pe­ler de l’at­ti­tude de ce maire dog­ma­tique, laxiste et incom­pé­tent, qui pré­fère deman­der des radars plu­tôt que de s’oc­cu­per du bien être et de la secu­rité des habi­tants.

    sep article
    • Désolé, mais mais les radars peuvent contri­buer à amé­lio­rer la sécu­rité des habi­tants de la ville.
      Soyez donc un peu cohé­rent : pour une fois que notre maire se rap­pelle la néces­sité de la sévé­rité et la vertu des sanc­tions, il faut l’en­cou­ra­ger.
      J’en pro­fite pour signa­ler que quoique très anti-Piolle (le maire, non l’in­di­vidu ; la poli­tique menée, non les grands prin­cipes), je ne sau­rais me recon­naître dans les posts par­fois très limites et la posi­tion clai­re­ment droi­tière de cer­tains contri­bu­teurs.

      sep article
  4. Nous deman­dons au pro­cu­reur de la République de nom­mer un juge d’ins­truc­tion dans les affaires de la fête des tuiles et du rachat du siège du cré­dit agri­cole.

    sep article
  5. Sur le coup, il a par­fai­te­ment rai­son !
    Mais rap­pe­lons à notre gen­til Eric (qui a rendu les trans­ports publics gra­tuits, si, si, j’ai entendu ça ce ven­dredi 15 novembre dans l’é­mis­sion de Nagui, sur France Inter, à 12h20, où tous nos chers ani­ma­teurs pari­siens et un peu bobo se féli­ci­taient, que dis-je, se réjouis­saient, de la poli­tique menée par notre maire écolo…) qu’il peut aussi remettre en place des camé­ras vidéo des­ti­nées à limi­ter d’autres formes de délin­quance.
    Prévoir aussi des radars anti-bur­quini devant nos pis­cines muni­ci­pales.

    sep article