Site d’hébergement du Rondeau à Grenoble : un chantier participatif pour améliorer le cadre de vie

sep article



 

FOCUS – Le site d’hébergement du Rondeau, où résident 130 personnes en grande difficulté, a accueilli un chantier participatif, ce mercredi 13 novembre. Bénévoles, services civiques et résidents ont travaillé main dans la main toute la journée. Le but : construire des équipements extérieurs pour améliorer le cadre de vie de ces habitants, pour la plupart des migrants, sommairement hébergés dans de petits chalets en bois. Dans le même temps, des squats et campements de migrants persistent dans différents points de l’agglomération.

 

 

Le vil­lage d’accueil du Rondeau est en plein effer­ves­cence, ce mer­credi 13 novembre. D’un bout à l’autre du site, plus de cent per­sonnes, béné­voles, ser­vices civiques, membres du Centre com­mu­nal d’ac­tion sociale (CCAS) ou rési­dents s’affairent à la tâche. Enfants comme adultes ont enfilé leur tenue de tra­vail pour par­ti­ci­per au “chan­tier par­ti­ci­pa­tif”, le temps d’une jour­née.

 

Mercredi 13 novembre, le site d’hébergement du Rondeau a accueilli un chantier participatif. L'objectif ? Améliorer le cadre de vie des habitants.Dejvid et son fils Mejdin, résidents du village d'accueil du Rondeau, ont fait de la peinture toute la journée. © Augustin Bordet - placegrenet.fr

Dejvid et son fils Mejdin, rési­dents du vil­lage d’ac­cueil du Rondeau, ont fait de la pein­ture toute la jour­née. © Augustin Bordet – placegrenet.fr

Mejdin, 10 ans, court avec une bâche en plas­tique dans les mains. Ses habits sont cou­verts de pein­ture blanche. « J’en ai fait toute la jour­née », raconte-t-il, tout sou­rire. « On m’a dit que c’était super ! »

 

Mejdin et sa famille se sont ins­tal­lés sur le site du Rondeau, il y a quatre mois. Le jeune gar­çon a par­ti­cu­liè­re­ment appré­cié cette jour­née de bri­co­lage avec son père, Dejvid. Lui aussi a peint. « C’est le meilleur ! », lance son fils, admi­ra­tif.

 

 

« L’important, c’est le partage »

 

De la pein­ture, mais aussi de la construc­tion de tables, de bancs, de bacs de jar­di­nage, d’un parc à lou­piots et d’un tipi. Au total, une quin­zaine d’ateliers a été mise en place. Et après l’effort, le récon­fort. En fin de jour­née, les ser­vices civiques d’Unis-cité, recon­nais­sables à leurs pulls oranges, ont par­tagé un goû­ter avec les rési­dents.

 

Mercredi 13 novembre, le site d’hébergement du Rondeau a accueilli un chantier participatif. L'objectif ? Améliorer le cadre de vie des habitants.A la fin de la journée, les jeunes d'Unis-Cité ont joué avec les habitants du Rondeau au foot, au basket ou au tennis de table. © Augustin Bordet - placegrenet.fr

A la fin de la jour­née, les jeunes d’Unis-Cité ont joué avec les habi­tants du Rondeau au foot, au bas­ket ou au ten­nis de table. © Augustin Bordet – placegrenet.fr

Certains ont même joué au foot, au bas­ket ou au ten­nis de table. Et pour Maelle, 19 ans, c’est tout aussi impor­tant que le bri­co­lage. « C’est bien de rendre ce lieu plus agréable, mais l’idée c’est aussi de ren­con­trer ceux qui vivent ici », explique-t-elle. « Dans la jour­née, on passe d’un ate­lier à l’autre, et on aide comme on peut, même si on ne sait pas tout faire ».

 

Un point de vue que par­tage Titouan, 20 ans, lui aussi en ser­vice civique.

 

« Le chan­tier, c’est un peu un pré­texte à la ren­contre. Il y a quelques pro­blèmes tech­niques, comme une pon­ceuse déchar­gée, ou pas assez d’outils pour tout le monde. Mais l’important c’est le par­tage. »

 

Pour les jeunes services civiques d'Unis-Cité, le chantier participatif a aussi été l'occasion de faire des rencontres. © Augustin Bordet - placegrenet.fr

Pour les jeunes ser­vices civiques d’Unis-Cité, le chan­tier par­ti­ci­pa­tif a aussi été l’oc­ca­sion de faire des ren­contres. © Augustin Bordet – placegrenet.fr

 

Au cours de la jour­née, quelques élus sont aussi pas­sés sur le chan­tier. Antoine Back, conseiller muni­ci­pal, a tenu à rap­pe­ler que la Ville n’avait pas de com­pé­tence obli­ga­toire en matière d’hébergements de ce type. « C’est le choix de la mai­rie pour faire face à la pré­ca­rité », insiste-t-il.

 

 

Accueillir dans la dignité

 

Mercredi 13 novembre, le site d’hébergement du Rondeau a accueilli un chantier participatif. L'objectif ? Améliorer le cadre de vie des habitants.Alain Denoyelle, adjoint au maire à l'action sociale, est passé sur le chantier du village d'accueil du Rondeau. © Augustin Bordet - placegrenet.fr

Alain Denoyelle, adjoint au maire à l’ac­tion sociale, est passé sur le chan­tier du vil­lage d’ac­cueil du Rondeau. © Augustin Bordet – placegrenet.fr

Et c’est en ce sens que le vil­lage d’accueil du Rondeau a été mis en place, fin 2014. « Ce dis­po­si­tif pro­pose 130 places d’hébergement », sou­ligne Alain Denoyelle, adjoint à l’action sociale. « Les rési­dents sont en grande majo­rité des migrants, mais il y a aussi des per­sonnes redi­ri­gées par le 115 », explique l’élu. À ses yeux, il est très impor­tant de réa­li­ser ces amé­na­ge­ments exté­rieurs pour amé­lio­rer le cadre et les condi­tions de vie des habi­tants du site.

 

C’est en par­tie ce sur quoi a insisté Eric Piolle. Le maire de Grenoble est éga­le­ment venu saluer les bri­co­leurs de la jour­née. « Le but est de mon­trer qu’on peut accueillir dans la sécu­rité, dans de bonnes condi­tions et avec dignité », a‑t-il indi­qué. Ce der­nier avait d’ailleurs adressé en ce sens, en avril 2019, une lettre au gou­ver­ne­ment deman­dant un « accueil digne » des migrants, aux côtés d’une dizaine de maires – dont ceux de Paris, Lille, Toulouse, Strasbourg et Nantes –, fai­sant face à la recru­des­cence de cam­pe­ments dans leur ville et aux situa­tions humaines dra­ma­tiques qu’elle génère.

 

Eric Piolle a éga­le­ment cosi­gné une tri­bune, le 7 octobre der­nier, deman­dant à l’Etat d’a­gir au plus vite afin de faire face à « la situa­tion des per­sonnes à la rue, parmi les­quelles des per­sonnes migrantes cher­chant un refuge dans les villes de France ». Suite à leur ren­contre le 14 octobre avec Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, et Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, les maires signa­taires de la tri­bune ont enfoncé le clou le 23 octobre der­nier (cf. second enca­dré) et demandé à l’État des moyens d’hébergement sup­plé­men­taires.

 

Augustin Bordet

 

 

À Grenoble, des points “chauds” demeurent…

 

Le site d’hé­ber­ge­ment du Rondeau est loin de pou­voir répondre à la demande métro­po­li­taine en la matière. Rien que sur Grenoble, plu­sieurs camps ont déjà vu le jour et per­durent ou se déplacent selon les éva­cua­tions.

 

Outre celui de la rue Prosper-Mérimée, der­rière la Bifurk dans le quar­tier de la Capuche, un camp de for­tune en plein centre-ville attire par­ti­cu­liè­re­ment l’at­ten­tion depuis cet été. Et pour cause, à deux pas des quais de la gare, une qua­ran­taine de per­sonnes campent dans des condi­tions pré­caires. Venues d’Europe de l’Est, pour cer­taines avec de très jeunes enfants, ces familles roms vivent au milieu de mon­ti­cules de dépôts sau­vages qui gros­sissent de jour en jour.

 

Hébergement d’urgence : ce que demandent les maires signataires de la tribune

 

Les maires de ces grandes villes demandent :
– « Que le gou­ver­ne­ment pro­pose une répar­ti­tion ter­ri­to­riale équi­li­brée des deman­deurs d’asile et des réfu­giés qui doit s’appuyer sur un diag­nos­tic pre­nant en compte les don­nées éco­no­miques, sociales et finan­cières des ter­ri­toires et leurs capa­ci­tés à prendre en charge ce type de public. »
– « Que le gou­ver­ne­ment neu­tra­lise au sein de la pro­cé­dure de contrac­tua­li­sa­tion finan­cière les dépenses enga­gées par les col­lec­ti­vi­tés, et qu’elles s’engagent à pour­suivre de manière volon­ta­riste à mesure de leurs moyens. »

- « Que le gou­ver­ne­ment pré­cise sa posi­tion sur la situa­tion des per­sonnes « dubli­nées » qui subissent le sys­tème inopé­rant des accords de Dublin et se trouvent dans une impasse au regard de leur demande d’a­sile en France. »

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3106 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.