« Nous, résidents de la République », un projet professionnel pour amateurs mené par l’UGA et Jean-Claude Gallotta 

sep article

Notre indépendance c

 

FOCUS – L’Université Grenoble Alpes propose, cette année, un projet de résidence avec la compagnie de Jean-Claude Gallotta. Débuté en octobre, il s’étirera jusqu’au 30 mars 2020, date de la présentation sur le campus. Chloé Martinod, en charge du projet, nous l’a présenté.

 

 

Jean-Claude Gallotta quittera la direction du CCNG fin 2015. © Vera Iso

Jean-Claude Gallotta. © Vera Iso

« Nous, rési­dents de la République » est un pro­jet de créa­tion par­ti­ci­pa­tive lancé il y a trois ans et mené par le célèbre cho­ré­graphe gre­no­blois Jean-Claude Gallotta et la direc­tion de la culture et de la culture scien­ti­fique de l’Université Grenoble Alpes.

 

« Jean-Claude Gallotta vou­lait tra­vailler avec des ama­teurs, en par­tant de leurs com­pé­tences. Il a trouvé qu’on pou­vait faire plein de choses ici », explique Chloé Martinod, en charge du pro­jet.

 

Est donc née l’envie de réunir plu­sieurs dis­ci­plines – de la danse, du théâtre de la musique – et, en paral­lèle, la pra­tique radio­pho­nique. « L’idée est de pro­po­ser aux étu­diants une pra­tique artis­tique tout au long de l’année. Il y a ainsi un ate­lier une fois par semaine selon la dis­ci­pline. » 

 

Parmi eux, deux ate­liers de danse – « un débu­tant, un avancé » –, et un ate­lier théâtre, « mené par la Compagnie Les Gentils avec Aurélien Villard qui inter­vient une fois par semaine ». Un ate­lier musique est aussi au pro­gramme, en par­te­na­riat avec le Crous. « Quinze musi­ciens du Student Groove Orchestra vien­dront jouer en direct les musiques que Jean-Claude Gallotta aura pu choi­sir au préa­lable. »

 

Les participants à "Nous résidents de la République" @PierreReynard

Les par­ti­ci­pants à « Nous rési­dents de la République » @Pierre Reynard

 

Enfin, un ate­lier radio « ana­lyse les pos­si­bi­li­tés offertes par le média sur le sup­port « Nous rési­dents de la République » ». Parallèlement, « étant donné que notre rap­port à la science est fort », il y aura cinq inter­ven­tions à ce niveau-là. « Des cher­cheurs vien­dront expli­quer ce sur quoi ils tra­vaillent dans les labo­ra­toires. »

 

 

Un projet pour tous

 

Parmi les envies de l’organisation, figu­rait celle de tou­cher des per­sonnes éloi­gnées de la culture. « Sur les 105 par­ti­ci­pants, cer­tains viennent de géron­to­lo­gie, de mathé­ma­tique, de méca­nique… Parfois, ce sont des gens qui ont un pied dedans, mais n’ont pas for­cé­ment de for­ma­tion. »

 

Plus encore, les par­ti­ci­pants viennent de tous bords. « On a vrai­ment un public varié. Il y a moi­tié de per­son­nels, moi­tié d’étudiants. Ce qui peut créer des ren­contres riches. Les ensei­gnants fré­quentent les étu­diants dif­fé­rem­ment. Tous com­prennent qu’ils font par­tie du même sys­tème. »

 

Les participant à "Nous résidents de la République" @PierreReynard

Participants à « Nous, rési­dents de la République ». @ Pierre Reynard

Autre ambi­tion enfin, celle de mon­ter un spec­tacle de qua­lité. « La danse de Jean-Claude Gallotta a été choi­sie car elle est acces­sible. Vu que les étu­diants n’a­vaient qu’un an de tra­vail, il fal­lait que ça le soit. Or, ce n’est pas parce que c’est des ama­teurs qu’il ne faut pas que ce soit qua­li­ta­tif. »

 

 

Jean-Claude Gallotta rend hommage à Alain Bashung

 

Côté fonc­tion­ne­ment, chaque week-end ont lieu des temps de rési­dence. Ils per­mettent de mettre bout à bout ce que les par­ti­ci­pants réa­lisent pen­dant les ate­liers. Lors de ces temps, le célèbre cho­ré­graphe joue le rôle de chef d’orchestre. « Jean-Claude Gallotta coor­donne les choses. Mais, le reste du temps, il laisse libres les per­sonnes qui mènent les ate­liers. »

 

Jean-Claude Gallotta et l’Université Grenoble Alpes proposent un projet de résidence. « Nous, résidents de la République », fera référence à Alain Bashung.Les participant à "Nous résidents de la République" @PierreReynard

Participant à « Nous, rési­dents de la République ». @ Pierre Reynard

À terme, tout ce petit monde pré­sen­tera la créa­tion « Nous, rési­dents de la République », qui fait bien sûr réfé­rence à Alain Bashung, selon la volonté de Jean-Claude Gallotta. « Il est très proche de ses créa­tions. Il a d’ailleurs créé L’Homme à la tête de chou. »

 

Le tout avec une envie poli­tique, celle de « faire col­lec­tif ». « Il y a des vraies notions abor­dées : Que veut dire être résident ? Que veut dire faire par­tie d’une République démo­cra­tique ? »

Notons donc, la date du spec­tacle qui aura « peut-être » lieu sur la place cen­trale, le 30 mars, lors du Festival cultu­rel uni­ver­si­taire. Une autre date à la MC2 est pré­vue le 8 avril.

 

Alice Colmart

 

commentez lire les commentaires
2639 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.