Les archives du Parti socialiste Isère en grande partie détruites dans un incendie jugé « volontaire »

sep article



 

FIL INFO – Une grande partie des archives du Parti socialiste de l’Isère a été détruite par le feu dans la nuit du 5 au 6 novembre. Les documents étaient stockés dans un garage, qui a été le théâtre d’un incendie que les militants estiment « volontaire ». Une nouvelle attaque contre le PS, après plusieurs actes de dégradations commis contre sa permanence grenobloise ? 

 

 

Très mau­vaise sur­prise pour les res­pon­sables du Parti socia­liste de l’Isère : une par­tie de leurs archives a été détruite par les flammes dans la nuit du mardi 5 au mer­credi 6 novembre 2019. Un sinistre sur­venu dans un garage où les mili­tants conser­vaient nombre de docu­ments. Ceux-ci n’ont décou­vert les dégâts qu’une semaine plus tard, après avoir été aler­tés par la copro­priété, ainsi que le relate France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Le garage incendié du Parti socialiste © PS Isère - Twitter

Le garage incen­dié du Parti socia­liste. © PS Isère – Twitter

 

C’est via son compte Twitter que le parti a fait part de la nou­velle, dans un mes­sage posté mardi 12 novembre. « Des mil­liers de docu­ments d’archives ont brûlé lors de l’incendie (pro­ba­ble­ment volon­taire) de notre garage », fait-il savoir. « Une par­tie de l’histoire du PS Isère et de ses militant.e.s est par­tie en fumée après cet acte inad­mis­sible » pour­suit-il. Avant de conclure en fai­sant part de sa « tris­tesse » et de sa « colère ».

 

 

Des messages de soutien du PCF et de LREM

 

Un incen­die volon­taire ? Le garage est le seul à avoir été incen­dié, sou­ligne le Parti socia­liste. Qui n’ou­blie pas les actes de dégra­da­tion com­mis contre sa per­ma­nence, rue Nicolas-Chorier à Grenoble. En 2016, en pleine contes­ta­tion de la loi El Khomri, le bâti­ment avait en effet été la cible de douze impacts de balles durant une nuit de mai. Quelques mois plus tard, en jan­vier 2017, la porte en verre du siège était défon­cée et ses volets recou­verts de slo­gans hos­tiles.

 

La façade du siège du PS tagguée. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La façade du siège du PS taguée en 2017. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Si la nou­velle sus­cite l’i­ro­nie parmi cer­tains com­men­taires, les mes­sages de sou­tien ne sont pas rares. Sur Facebook, le secré­taire dépar­te­men­tal du PCF Jérémie Giono témoigne ainsi de son sou­tien aux adhé­rents du PS. De même que la dépu­tée LREM Émilie Chalas sur Twitter, non sans ajou­ter un hash­tag #incen­die­sen­sé­rie à son mes­sage. Ou le conseiller régio­nal Stéphane Gemmani, pour qui « ceux qui pensent détruire le passé n’ont aucun ave­nir ».

 

À contre cou­rant, un inter­naute délivre un mes­sage pour le moins ico­no­claste. « Une église âgée de plu­sieurs siècles qui brûle ? Personne… mais un garage qui sert de salle d’archive à une per­ma­nence socia­liste… “la fin du monde, les heures sombres de notre his­toire, un acte de haine” », écrit-il. Une réfé­rence à l’in­cen­die de Notre-Dame de Paris ? Comme si l’in­cen­die de l’é­di­fice reli­gieux n’a­vait généré qu’une émo­tion modé­rée dans la popu­la­tion ou les médias…

 

Florent Mathieu

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
3000 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Plutôt que Notre-Dame de Paris, je pense que le com­men­ta­teur fai­sait allu­sion à l’é­glise qui a brulé à Grenoble en Janvier 2019 :
    Dans la nuit du mer­credi 16 jan­vier 2019 au jeudi 17 jan­vier 2019, aux alen­tours de 2h30, les sapeurs-pom­piers de l’Isère sont appe­lés en urgence pour un feu d’église à Grenoble. 106 per­sonnes ont été éva­cuées des immeubles voi­sins. Aucun blessé n’est à déplo­rer.
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-incendie-ravage-eglise-106-personnes-sont-evacuees-1608293.html

    sep article
    • FM

      14/11/2019
      16:27

      Bonjour, nous sommes natu­rel­le­ment au cou­rant de l’in­cen­die de l’é­glise Saint-Jacques et l’a­vons nous même évo­qué dans notre propre média. J’ai effec­ti­ve­ment pensé que c’é­tait à cet incen­die que l’in­ter­naute fai­sait réfé­rence. Mais l’é­glise en ques­tion a été construite dans le milieu des années 50. Difficile de pen­ser, même sans connaître au demeu­rant sa date exacte de construc­tion, qu’elle puisse dater de plu­sieurs siècles. C’est pour­quoi j’ai écarté cette pos­si­bi­lité, peut-être à tort. Cordialement.

      sep article
  2. Un garage n’est pas un lieu de sto­ckage et encore moins avec des matières avec un pou­voir calo­ri­fique fort. C’est mar­qué dans tous les règle­ments de copro­priété.

    sep article
  3. Ping : Les archives du Parti socialiste Isère en grande partie détruites dans un incendie jugé « volontaire » | Notre-Dame de Paris

  4. il y a quand même quelque chose de pourri à gre­noble :
    L’ambiance devient lourde, entre l’an­cien condamné qui cris­tal­lise le sys­tème des pour­ris au pou­voir, la muni­ci­pa­lité actuelle dont une par­tie semble aux fraises et aux actions aussi lunaires que décor­ré­lées de la vie de ses habi­tants …
    Juste une ques­tion : sait on ce qu’é­taient ces archives ? il y avait des notes de frais / jus­ti­fi­ca­tifs ?

    sep article