Tribunal de Grande Instance à Grenoble, salle des audiences correctionnelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le chirurgien grenoblois suspendu annonce renoncer aux poursuites en diffamation contre ses patients

Le chirurgien grenoblois suspendu annonce renoncer aux poursuites en diffamation contre ses patients

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FIL INFO – Se disant très affaibli par le lynchage médiatique dont il a fait l’objet, le chirurgien grenoblois suspendu a annoncé renoncer aux poursuites en diffamation qu’il avait engagées à l’encontre de ses patients et de médias qui avaient relayé l’affaire. Mais du côté de la partie civile, certains refusent ce désistement.

 

 

Se disant très affaibli, le chirurgien grenoblois suspendu annonce renoncer aux poursuites en diffamation qu'il avait engagées contre ses ex-patients.Tribunal de Grande Instance à Grenoble, salle des audiences correctionnelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Tribunal de grande ins­tance à Grenoble, salle des audiences cor­rec­tion­nelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le chi­rur­gien gre­no­blois sus­pendu pour avoir pra­ti­qué une cin­quan­taine d’interventions sans jus­ti­fi­ca­tion médi­cale annonce renon­cer aux pour­suites qu’il avait enga­gées. Le pro­cès devait se tenir le 20 novembre devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble. En mai der­nier, le doc­teur Hervé Vouaillat avait porté plainte en dif­fa­ma­tion à l’en­contre de plu­sieurs patients qui le pour­sui­vaient et organes de presse qui avaient relayé l’affaire.

 

« Le doc­teur Vouillat, très affai­bli par le lyn­chage dont il est l’objet, préfère se désister de cha­cune des procédures de dif­fa­ma­tion pen­dantes devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel, précisant tou­te­fois qu’il pour­sui­vra sa défense de manière déterminée pour que jus­tice lui soit fina­le­ment ren­due loya­le­ment », sou­ligne son avo­cat dans un communiqué.

 

 

« La présomption d’innocence du chirurgien est bafouée depuis plus de sept mois »

 

Pour Me Boulloud, la pré­somp­tion d’in­no­cence du chi­rur­gien est bafouée depuis plus de sept mois « sans même que la jus­tice, pour­tant garante des droits et des libertés de tout indi­vidu, ait agi pour le protéger de telles attaques, alors même que la preuve de sa culpa­bi­lité n’est même pas établie et qu’il ne peut pas se défendre publi­que­ment car sou­mis au secret médical ».

 

Pour Me Boulloud, l’a­vo­cat du chi­rur­gien gre­no­blois, la pré­somp­tion d’in­no­cence est bafouée depuis plus de sept mois.

« Peut‑être la jus­tice estime-t-elle que la gra­vité des faits qui lui sont publi­que­ment reprochés – sans aucune preuve objec­ti­ve­ment établie – suf­fit-elle à le lais­ser se débattre seul pour assu­rer le res­pect de sa présomption d’in­no­cence ? » C’est cette « iner­tie » qui, dixit l’a­vo­cat l’a­vait conduit à « pour­suivre les auteurs de ce lyn­chage média­tique en diffamation ».

 

Un argu­ment qui a fait bon­dir l’un des avo­cats de la par­tie civile. « Le désis­te­ment des pro­cé­dures en dif­fa­ma­tion est exclu­si­ve­ment dû au fait que la pro­cé­dure de Me Boulloud est frap­pée de nul­lité. Elle a été mal menée et des erreurs de pro­cé­dure ont été com­mises », sou­ligne Me Bourgin dans Le Dauphiné libéré. L’avocat pré­ci­sant, par ailleurs, que le désis­te­ment est refusé par ses clients.

 

 

Nouveau dépôt de plainte après le décès d’un patient le 24 octobre

 

En atten­dant, la pro­cé­dure suit son cours. En juin der­nier, une infor­ma­tion judi­ciaire a été ouverte pour bles­sures invo­lon­taires ayant entraîné une inter­rup­tion tem­po­raire de tra­vail supé­rieure à trois mois à l’encontre de 27 plai­gnants. Et les dépôts de plainte se succèdent.

 

Après le décès d’un de ses patients, le 24 octobre der­nier, la famille a annoncé son inten­tion de por­ter plainte pour homi­cide invo­lon­taire. Celle-ci fait suite à une pre­mière plainte, dépo­sée par les enfants d’un autre patient mort en novembre 2017, et sur laquelle le par­quet de Grenoble a, en juin der­nier, saisi le juge d’ins­truc­tion d’un réqui­si­toire supplétif.

 

Patricia Cerinsek

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Palais de justice de Grenoble, février 2020 © Ambre Croset
Meurtre de Mohamed Mehdi à Echirolles : 18 ans de prison pour le principal accusé, acquittement pour le second

REPORTAGE - La cour d'assises de l'Isère a condamné, vendredi 24 septembre 2021, Amine Ellaboudi à 18 ans de prison pour le meurtre de Mohamed Lire plus

Cour d'assises du palais de justice de Grenoble. ©Manon Heckmann - Placegrenet.fr
Deux hommes jugés cette semaine pour le meurtre par balles d’un jeune de 19 ans à Echirolles en 2017

FIL INFO - Deux hommes comparaissent depuis ce lundi 20 septembre 2021 devant la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre de Mohamed Mehdi, 19 Lire plus

Manifestation contre le racisme et l'extrême droite de ce mercredi 21 octobre 2020 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Procès en appel d’identitaires à Grenoble : 550 personnes ont défilé « contre le racisme et l’extrême droite »

  REPORTAGE VIDÉO - Plusieurs centaines de personnes ont manifesté contre le racisme et l'extrême droite ce mercredi 21 octobre 2020 à Grenoble. Ce alors Lire plus

Une cinquantaine de soutiens prèsents devant le palais de justice pour le procès des si gilets jaunes. © Joël Kermbon - Place Gre'net
Deux relaxes et quatre dispenses de peines pour les gilets jaunes interpellés le 1er mai 2019 à Grenoble

  EN BREF - Deux relaxes et quatre dispenses de peine, tel est le verdict du tribunal correctionnel rendu ce 2 juillet 2020 à Grenoble. Lire plus

Christian Coigné a été réélu maire de Sassenage pour la 4e fois consécutive. L'alliance des deux listes de gauche n'a pas permis à la commune de basculer.
Le procès du maire de Sassenage, jugé pour prise illégale d’intérêts, reporté sine die

FLASH INFO - Le maire de Sassenage devait être jugé ce 9 juin par le tribunal de Grenoble pour prise illégale d’intérêts. Egalement vice-président du Lire plus

Claude Coutaz, avocat de l'un des prévenus pour le procès des gilets jaunes. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Procès des gilets jaunes interpellés le 1er mai à Grenoble : nouveau renvoi de l’audience au 2 juillet

  EN BREF - Le procès des gilets jaunes interpellés lors de la manifestation du 1er mai devait se dérouler ce 20 janvier, après un Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin