L’État débloque 8 millions pour la rénovation de la cité administrative Dode à Grenoble

sep article

 

FIL INFO – Grenoble compte parmi les 39 projets de rénovation de cités administratives qu’a dévoilé, ce vendredi 8 novembre, Gérald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics. Les travaux, d’un coût estimatif de 8 millions d’euros, devraient s’achever en 2022.

 

 

La poudrière Vauban devant la cité administrative Dode - © Google Maps

La poudrière Vauban devant la cité administrative Dode. © Google Maps

Changements en perspective à la cité administrative Dode de Grenoble. La préfecture de l’Isère a en effet annoncé par communiqué, ce vendredi 8 novembre, que l’ensemble des bâtiments allait subir une importante rénovation d’ici trois ans. Le projet immobilier, proposé par les préfectures de région et du département, devrait coûter 8 millions d’euros à l’État.

 

Ces travaux s’inscrivent dans un grand plan de rénovation du gouvernement. Entre 2018 et 2022, 39 des 56 cités administratives françaises devraient ainsi subir une modernisation, pour une enveloppe s’élevant à un milliard d’euros. 35 ensembles, dont Grenoble seront rénovés, tandis que quatre autres (Lyon, Lille, Amiens et Nantes) doivent être totalement reconstruits.

 

Le tout, selon Gérald Darmanin, avec l’objectif d’ « améliorer les conditions d’accueil des usagers » et de « donner de meilleures conditions de travail pour les agents de l’État ». Mais aussi, comme le précise le ministre de l’action et des comptes publics dans un tweet, de « favoriser la transition écologique ». De fait, les travaux devraient diminuer de moitié la consommation énergétique par l’amélioration de l’isolation et l’installation d’éclairage Led.

 

 

Des bâtiments historiques

 

L’entrée de la caserne Dode au 19ème siècle, qui deviendra cent ans plus tard la cité administrative grenobloise.

L’entrée de la caserne Dode au XIXe siècle, qui deviendra, cent ans plus tard, la cité administrative grenobloise. DR

Au cœur du quartier Mutualité, la cité administrative grenobloise se situe dans d’anciennes casernes militaires construites en 1860, sous le Second Empire. Des bâtiments repris ensuite en gestion par le Département après l’urbanisation de l’Île Verte, au début des années 1970.

 

À l’entrée de l’enceinte de la cité se trouve également la poudrière du bastion 10, érigée sous Louis XIV par son ingénieur militaire, le marquis de Vauban. Un bâtiment classé monument historique depuis 1973.

 

Quatre cents agents occupent quotidiennement les locaux de la cité. En la rénovant, le projet permettra d’optimiser l’espace et de libérer des sites actuellement loués dans du bâti privé.

 

Raphaëlle Denis

 

 

commentez lire les commentaires
1587 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.