Des chercheurs de Grenoble ont découvert une molécule efficace pour lutter contre la cryptosporidiose

sep article

 

EN BREF – Des chercheurs grenoblois de l’IAB viennent de découvrir un nouveau candidat – médicament pour contrôler la cryptosporidiose. Cette maladie intestinale est grave chez l’enfant et les patients immunodéprimés. Leurs travaux réalisés en collaboration avec une équipe de l’INRA de Tours sont publiés ce mercredi 6 novembre dans Science Translational Medicine.

 

 

L’infection par Cryptosporidium, un para­site micro­sco­pique de l’intestin, peut être dras­ti­que­ment réduite grâce à une molé­cule nom­mée AN3661. C’est ce que vient de mon­trer une équipe de cher­cheurs gre­no­blois de l’Institute for Advanced Biosciences (IAB) diri­gée par le Dr Mohamed-Ali Hakimi*.

 

Des chercheurs de l’IAB viennent de découvrir un nouveau candidat-médicament pour contrôler la cryptosporidiose, une maladie intestinale parfois grave.Infection d'une cellule intestinale humaine par le parasite unicellulaire Cryptosporidium parvum. © IAB

Infection d’une cel­lule intes­ti­nale humaine par le para­site uni­cel­lu­laire du genre Cryptosporidium. © IAB

La décou­verte de ce nou­veau can­di­dat-médi­ca­ment est d’autant plus impor­tante que les moyens thé­ra­peu­tiques sont actuel­le­ment très limi­tés. Voire même, dans cer­tains cas, inef­fi­caces pour éli­mi­ner ce para­site.

 

Les résul­tats de cette étude menée en col­la­bo­ra­tion avec l’équipe du Dr Fabrice Laurent de l’Institut natio­nal de la recherche agro­no­mique (INRA) de Tours, ont été publiés ce mer­credi 6 novembre dans la revue Science Translational Medicine.

 

 

Une maladie intestinale grave chez l’enfant et les patients immunodéprimés

 

La cryp­to­spo­ri­diose cau­sée par le para­site uni­cel­lu­laire (consti­tué d’une seule cel­lule) Cryptosporidium est une mala­die intes­ti­nale qui, chez l’homme, pro­voque des diar­rhées aiguës. À tel point que ces der­nières peuvent être fatales pour les popu­la­tions à risque comme les enfants en bas âge souf­frant de mal­nu­tri­tion ou les patients immu­no­dé­pri­més. En par­ti­cu­lier, les per­sonnes infec­tées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) res­pon­sable du Sida.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
2537 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.