Recel d'apologie du terrorisme

Mort de leur bébé : au procès du couple accusé, le portrait de Noémie Villard, jeune femme discrète devenue salafiste

Mort de leur bébé : au procès du couple accusé, le portrait de Noémie Villard, jeune femme discrète devenue salafiste

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FIL INFO – Premier jour de procès, lundi 4 novembre, devant la cour d’assises de l’Isère, dans l’affaire des parents salafistes accusés après la mort de leur fille de quinze mois le 1er mars 2017. L’occasion de se pencher sur la jeunesse de la mère, Noémie Villard.

 

 

Noémie Villard entendue dans l’affaire des parents salafistes accusés après la mort de leur fille. Premier jour de procès aux assises de l'Isère. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Tribunal cor­rec­tion­nel de Grenoble. © Séverine Cattiaux – pla​ce​gre​net​.fr

« Je me suis sen­tie libre. » Au pre­mier jour de son pro­cès aux assises de l’Isère, Noémie Villard, la mère de la petite Hafsa Bernoui décé­dée à quinze mois, s’est expri­mée sur son par­cours, de son enfance et son ado­les­cence. Mais aussi sur sa vie de couple, en pas­sant par son choix du sala­fisme. Un choix qui, selon elle, l’a ren­due libre. « Pour moi, je ne m’enfermais pas. »

 

 

« Tiraillement invivable » pour Noémie Villard du fait de sa double culture

 

D’abord, il y a eu cette dif­fi­cile construc­tion dans une famille à la double culture, musul­mane par sa mère et catho­lique par son père, mal accep­tée par son entou­rage proche. « Je ne trou­vais pas ma place. Je devais être soit tota­le­ment fran­çaise et catho­lique, soit tota­le­ment algé­rienne et musul­mane. » Un tiraille­ment invi­vable pour elle, des pro­pos bles­sants de part et d’autre. Et « un conflit de loyauté » auquel elle fait face. « J’aimais tout le monde. Je vou­lais que tout le monde s’entende bien. »

 

Dans le même temps, elle s’initie, grâce à ses parents, à l’équitation, à la danse, au cirque, à la pote­rie, et encore plus au piano, grâce auquel elle aurait pu entrer au conser­va­toire. Son père, régis­seur de spec­tacles, l’emmène par ailleurs à des concerts, au théâtre… Son par­cours sco­laire est celui d’une bonne élève. Elle se lance dans des études lin­guis­tiques à l’université.

 

 

Arrêt rapide de ses études supérieures après la rencontre de son « sauveur »

 

Image d'illustration - Femme habillée d'un jilbab tel celui porté par Noémie Villard. Source : Al Hidayah

Image d’illus­tra­tion – Femme habillée d’un jil­bab. Source : Al Hidayah

C’est là qu’elle com­mence à se vêtir du voile, alors que sa mère l’avait tou­jours refusé pour elle-même, puis du jil­bab. Mais son pas­sage à l’université sera de courte durée. Par l’intermédiaire d’une amie, elle ren­contre celui qui devien­dra son « sau­veur », Sami Bernoui, le père de ses enfants.

 

Ils se marient reli­gieu­se­ment en l’absence de Noémie Villard, repré­sen­tée par un tuteur, puis célèbrent cette union en petit comité, alors qu’elle vient de s’échapper de chez sa famille, qui vou­lait ten­ter d’empêcher cette union hâtive et par­ti­cu­liè­re­ment crainte. C’est le début d’un huis-clos fami­lial, d’une vie de couple fusion­nelle contre le reste du monde.

 

Fanny Hardy

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FH

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Claude Coutaz, avocat de l'un des prévenus pour le procès des gilets jaunes. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Procès des gilets jaunes interpellés le 1er mai à Grenoble : nouveau renvoi de l’audience au 2 juillet

  EN BREF - Le procès des gilets jaunes interpellés lors de la manifestation du 1er mai devait se dérouler ce 20 janvier, après un Lire plus

Dix-huit ans de réclusion criminelle pour lui, cinq pour elle. La cour d’assises de l’Isère a condamné les parents salafistes après la mort de leur fille. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Couple salafiste devant les assises : le père condamné à 18 ans de prison, la mère à cinq ans

  FIL INFO -  Dix-huit ans de réclusion criminelle pour lui, cinq ans pour elle. Jeudi 14 novembre, au huitième jour du procès, la cour d’assises Lire plus

L'immense salle des pas perdus du palais de justice de Grenoble. DR
Assises de l’Isère : 20 et 12 ans requis contre les parents salafistes après la mort de leur bébé

  EN BREF - Dans le procès des parents salafistes accusés d’avoir causé la mort de leur bébé de quinze mois en 2017, la cour Lire plus

Tribunal de Grande Instance à Grenoble, salle des audiences correctionnelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net
Le chirurgien grenoblois suspendu annonce renoncer aux poursuites en diffamation contre ses patients

  FIL INFO - Se disant très affaibli par le lynchage médiatique dont il a fait l'objet, le chirurgien grenoblois suspendu a annoncé renoncer aux Lire plus

Vendredi, la cour d’assises de l’Isère a entendu longuement la mère de l’accusée, dans l’affaire des parents salafistes jugés après la mort de leur fille.
Couple salafiste accusé de la mort de son bébé : le cri continu d’une mère contre la radicalisation de sa fille

  FOCUS - Dans l’affaire des parents salafistes accusés après la mort de leur bébé de quinze mois, la cour d’assises de l’Isère a entendu Lire plus

La cour d’assises de l’Isère s’est concentrée sur Sami Bernoui, au deuxième jour du procès des parents salafistes accusés après la mort de leur petite fille
Au procès du couple accusé après la mort de leur bébé, Sami Bernoui, père pluriel dans le box

FIL INFO - La cour d’assises de l’Isère s’est concentrée mardi 5 novembre sur la personnalité et le parcours du père, Sami Bernoui, dans l’affaire Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

|

22/09

10h12

|

|

22/09

9h49

|

|

21/09

19h03

|

|

21/09

18h32

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Hexagone

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin