Le Festival international du Cirque de retour à Grenoble… sans animaux sauvages

sep article



 

FOCUS – Le Festival international du cirque Auvergne-Rhône-Alpes est de retour à Grenoble après un “exil” voironnais de quatre ans. L’occasion pour le producteur Guy Chanal d’investir l’Esplanade, avant un « retour à la maison » au Palais des Sports les années prochaines. Nouveautés de cette année ? Un gala privé réservé aux « forces vives », entre amis et partenaires… et la fin des numéros avec animaux sauvages.

 

 

« Le cirque, c’est l’é­cole de l’hu­mi­lité », rap­pelle Guy Chanal. Humble, le fon­da­teur et pro­duc­teur du Festival inter­na­tio­nal du Cirque Auvergne-Rhône-Alpes-Isère l’est très pro­ba­ble­ment. Mais sans tom­ber pour autant dans la fausse modes­tie. Le fes­ti­val s’ins­crit aujourd’­hui dans le « Top 5 » mon­dial, aime-t-il ainsi à faire savoir. Non sans viser dans les années qui viennent le Top 3, en tâchant de sélec­tion­ner de par le monde les numé­ros les plus excep­tion­nels.

 

Festival international du Cirque Auvergne-Rhône-Alpes Isère © Mathilde Leduc

Festival inter­na­tio­nal du Cirque Auvergne-Rhône-Alpes Isère. © Mathilde Leduc

 

Une 18e édi­tion plus spec­ta­cu­laire que jamais en pers­pec­tive ? Une chose est cer­taine, son dérou­le­ment même est loin d’être anec­do­tique. Après quatre ans pas­sés à Voiron, Guy Chanal et son équipe sont de retour à Grenoble. Et pren­dront place pour la pre­mière fois sur l’Esplanade du jeudi 14 au mer­credi 20 novembre, en atten­dant de retrou­ver le Palais des sports les trois années sui­vantes. Un « retour à la mai­son », com­mente le pro­duc­teur. Sans s’é­tendre sur les condi­tions de son “exil” voi­ron­nais.

 

 

Un gala entre amis des « forces vives »

 

Il est vrai que la pré­sen­ta­tion du Festival n’est pas pro­pice à la polé­mique. Le ton est donné : cha­cun est entre amis. Guy Chanal est reçu dans les locaux (pro­vi­soires) de France Bleu Isère, et accueilli par son direc­teur Jean-Lou Philippe. Qui ne manque pas de saluer le « plus ancien par­te­naire de France Bleu Isère ». Et de van­ter au pas­sage les bons résul­tats d’au­dience du média, auto-qua­li­fié de « vais­seau ami­ral de la presse gre­no­bloise ». L’école de l’hu­mi­lité, on vous dit.

 

Jean-Lou Philippe aux côtés de Guy Chanal © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Lou Philippe aux côtés de Guy Chanal. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Guy Chanal salue, pour sa part, ses nom­breux autres par­te­naires. Notons en par­ti­cu­lier la pré­sence du direc­teur de France 3 Grenoble André Faucon. Et des repré­sen­tants d’en­tre­prises par­te­naires de l’é­vé­ne­ment. Mais aussi, plus sur­pre­nant, celle du bâton­nier de l’Ordre des avo­cats de Grenoble David Roguet.  Manquent à l’ap­pel le maire de Grenoble Éric Piolle, le pré­sident du Département Jean-Pierre Barbier et le vice-pré­sident de la Région Yannick Neuder : tous trois annon­cés, mais tous trois excu­sés.

 

Entre amis, plus que jamais, quand Guy Chanal pré­sente lon­gue­ment le « 1er Gala de l’u­nion des com­mer­çants, des pro­fes­sions libé­rales et de la presse ». Un ren­dez-vous privé, durant lequel André Faucon jouera de la bat­te­rie et Jean-Lou Philippe par­ti­ci­pera à un numéro de bulles de savon. Tandis que des avo­cats et avo­cates, après plus de six mois de pré­pa­ra­tion, se ris­que­ront à des numé­ros d’é­qui­li­bristes. Le tout accom­pa­gné de numé­ros pro­fes­sion­nels et, pour finir la soi­rée, d’un DJ… qui n’est autre que le ban­quier du pro­duc­teur.

 

André Faucon prend la parole durant la présentation du festival international 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

André Faucon prend la parole durant la pré­sen­ta­tion du fes­ti­val inter­na­tio­nal du cirque 2019. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« L’occasion de mon­ter une soi­rée convi­viale », explique Guy Chanal, en prô­nant le ras­sem­ble­ment des « forces vives ». Prix du billet ? 20 euros. Le tout autour d’une bonne cause, puisque l’argent col­lecté ira dans les caisses du ser­vice Cancérologie de la femme du CHU de Grenoble. Moment clé de la soi­rée : la pré­sence du “peintre sal­tim­banque” Jean Pierre Blanchard, qui ven­dra aux enchères trois toiles conçues en direct. « Préparez vos ché­quiers ! », lance par avance Guy Chanal à ses amis entre­pre­neurs.

 

 

La fin des numéros de cirque avec animaux sauvages

 

Quid du Festival du cirque pro­pre­ment dit ? Cette année encore, Guy Chanal pro­met une ving­taine de numé­ros d’ex­cep­tion, face à un jury… sans conces­sion. Exercice redou­table voire cruel que décrit le pro­duc­teur : « Des fois, vous ne gar­dez pas quel­qu’un qui est dans l’un des plus grands cirques des États-Unis pour un demi-point ou un quart de point. C’est com­pli­qué ! » Et plus com­pli­qué encore de se ris­quer à faire des pro­nos­tics.

 

Avant de retrouver le Palais des sports en 2020, le Festival « internationnal » du cirque prend place sur le parking de l'Esplanade. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Avant de retrou­ver le Palais des sports en 2020, le Festival « inter­na­tion­nal » du cirque prend place sur le par­king de l’Esplanade. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Au pro­gramme, du jon­glage avec les dia­bo­los de Steve & Jones, deux artistes qui détiennent le record du monde de leur dis­ci­pline. De la magie avec le trio d’illu­sion­nistes néer­lan­dais Magic Unlimited. De l’hu­mour avec l’Auguste d’Émilion Delbosq, ou encore un numéro « d’é­qui­libre d’é­pée » avec Wolf Fisher. Sans oublier la pré­sence de la famille Richter et ses impres­sion­nants numé­ros équestres.

 

Les images des animaux attachés en bord de route du cirque Triomphe à Fontaine avaient choqué. © Place Gre'net

Les images des ani­maux atta­chés en bord de route du cirque Triomphe à Fontaine avaient cho­qué. © Place Gre’net

Des che­vaux fou­le­ront donc la piste du Festival, qui com­prend éga­le­ment un numéro avec un per­ro­quet. Mais rien de plus. C’est l’une des annonces fortes de l’é­di­tion 2019 du Festival du cirque Auvergne-Rhône-Alpes. « J’ai pris la déci­sion d’ar­rê­ter les numé­ros avec des ani­maux sau­vages », déclare ainsi Guy Chanal. Si le pro­duc­teur se vante d’a­voir accueilli « tous les plus grands numé­ros d’a­ni­maux sau­vages du monde », il se veut aujourd’­hui à l’é­coute d’une géné­ra­tion qui les accepte bien moins faci­le­ment.

 

Pas ques­tion cepen­dant de mettre tout le monde dans le même panier. « Il y a des grands cirques iti­né­rants, et plein de petits cirques qui n’ont pas su évo­luer », juge Guy Chanal. Qui garde lui aussi en tête les pho­to­gra­phies du Nouveau Cirque Triomphe à Fontaine : « Voir des ani­maux au bord de la route avec des grosses chaines qui ont du mal à bou­ger la tête, ça me gênait. Mais je n’al­lais pas com­pa­rer avec les grands cirques que je connais ! » Et le pro­duc­teur d’ap­pe­ler le gou­ver­ne­ment à légi­fé­rer une bonne fois pour toutes sur la ques­tion.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
3392 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Et pour­tant, Eric Piolle avait viré ce fes­ti­val.
    Comme quoi (a) en période d’é­lec­tions, tout est bon et (b) cer­tains, quand on leur fait prendre la porte rentrent par la fenêtre ! 😀

    sep article