Grenoble : plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour dire « stop à l’islamophobie »

sep article

 

REPORTAGE VIDÉO – Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce dimanche 27 octobre à Grenoble pour protester « contre l’islamophobie ». En cause, la prise à partie par un élu Rassemblement national d’une femme voilée lors du conseil régional de Bourgogne-Franche Comté. Et en écho, la tribune publiée par 101 musulman(e)s, affirmant que « voiler les femmes stigmatise leur présence dans l’espace public ».

 

 

Une des membre de l’Alliance citoyenne des femmes voilées et libres s'exprime sur l'islamophobie. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Membres de « l’Alliance citoyenne des femmes voilées et libres » lors du rassemblement contre l’islamophobie. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Un collectif* d’associations et de citoyens de l’agglomération grenobloise avait appelé à un rassemblement contre l’islamophobie rue Félix-Poulat ce dimanche 24 octobre à 15 heures.

 

Plusieurs centaines de personnes ont répondu à l’appel pour dénoncer les « dérives politiques et médiatiques observées ces dernières semaines ».

 

Ce rassemblement s’inscrivait dans le contexte national d’une « dynamique de dénonciation de l’islamophobie grandissante ». En cause, « l’agression contre une femme voilée » par un élu du Rassemblement national (RN). Ce alors qu’elle assistait, en tant qu’accompagnatrice de sortie scolaire, à une séance du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

 

 

Transformer un principe de liberté en un principe d’intolérance

 

Pour les militants, les médias sont les principaux responsables d’une stigmatisation rampante. « Suite à cette agression, 85 débats et 286 interventions ont eu lieu sur les plateaux télévision sans qu’aucune femme voilée ne soit présente ! », déplore le collectif. Qui nourrissait l’espoir que ce rassemblement dans l’espace public « viendrait contrer ce triste déséquilibre ».

 

De nombreuses pancartes veulent dénoncer l'islamophobie. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Trop d’entre nous se sont déjà fait sortir de l’eau sur la plage, dans des piscines municipales ou des villages de vacances. Quand elles subissent cette humiliation, c’est nous toutes qui sommes humiliées », a déclaré l’une des participantes au rassemblement, résumant l’état d’esprit général.

 

Dans leurs rangs, des femmes en majorité, dont beaucoup sont voilées. Mais aussi un fort contingent d’hommes venus là pour soutenir leur cause. Tous fustigent les propositions de responsables politiques nationaux relatives à l’élaboration éventuelle de lois d’exclusion. Des textes « pour interdire les femmes musulmanes voilées dans l’espace public ».

 

À ce titre, « le Défenseur des droits et l’Observatoire de la laïcité sont formels  : ces positions détournent la laïcité pour transformer un principe de liberté en un principe d’intolérance », objectent les participantes. Autant d’instrumentalisations de la laïcité « à des fins électoralistes et sécuritaires mettant à mal le pacte républicain », estiment les femmes voilées.

 

Dénoncer « l’islamophobie » et « des postures dangereuses »

 

Ces femmes regrettent amèrement que les responsables politiques soient si peu nombreux « à dénoncer ces postures dangereuses ». C’est pourquoi, lance une représentante de Pas sans nous à la tribune, « il faut réagir et poursuivre le combat ». Et ce « avant qu’il ne soit trop tard, pour la paix et la justice sociale ».

 

 

 

« Voiler les femmes, c’est stigmatiser leur présence dans l’espace public »

 

L’attitude « provocatrice » du conseiller régional RN a provoqué moult polémiques et crispations dans la classe politique et la société civile. Le constat est sans appel, « l’affaire du voile » n’en finit pas de diviser.

 

Ces femmes voilées affirment qu’il relève d’une décision « personnelle et intime, qu’il soit porté par pudeur ou conviction religieuse ». Mais tel n’est pas l’avis des signataires de la tribune publiée dans l’hebdomadaire Marianne par 101 mulsuman(e).

 

« Le port du voile est le signe ostentatoire d’une compréhension rétrograde, obscurantiste et sexiste du Coran. Voiler les femmes, c’est stigmatiser leur présence dans l’espace public », clament ses signataires.

 

Une prise de position qui fait écho à la tribune des 90 parue dans Le Monde, demandant à Emmanuel Macron de « condamner l’agression d’une accompagnatrice scolaire voilée »

 

Plusieurs centaines de personnes venues protester contre l'islamophobie. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Plusieurs centaines de personnes venues protester « contre l’islamophobie ». © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Toujours est-il que « l’Alliance citoyenne des femmes voilées et libres » entend bien continuer à protester contre ces « discriminations ». Et continue de faire pression en réclamant un rendez-vous avec Éric Piolle, le maire de Grenoble, concernant l’affaire des piscines.

 

Joël Kermabon

 

 

* Les premiers signataires de l’appel : Pas sans nous, Nous citoyennes, Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), Alliance citoyenne, Village 2 santé, NPA 38

 

commentez lire les commentaires
4238 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. Je vois toutes ces femmes voilées… elles sont naturalisées … je me pose la question: sont elles venues à la préfecture pour l’interview “connaissance de l’histoire et de la culture française “ voilées comme on les voit sur la photo ou habillées en jeans ?

    sep article
  2. Vu le nombre de liens entre la municipalité en place et l’alliance citoyenne bidon, ça serait bien si on pouvait y voir plus clair. Quelques exemples :
    https://www.placegrenet.fr/2015/11/03/la-democratie-participative-a-grenoble-cest-pas-du-gateau/68396
    P. Clouaire, resp de la démocratie participative à la mairie, avec le président de l’alliance citoyenne A. Roux.
    https://www.aequitaz.org/wp-content/uploads/2018/10/source-inspiration-alinsky-community-organizing_VF.pdf
    PL. Chambon, directeur de la démocratie participative à la mairie, avec deux des fondateurs de l’alliance, A. Roux et D. Bodinier.
    https://notesondesign.org/2eme-assemblee-des-communs-grenoble-16-juin-2017/
    AS. Olmos, ex présidente de la majorité municipale et instigatrice des grenopolitains, avec D. Bodinier.

    sep article
  3. sep article
  4. sep article
  5. Cette façon de se poser en victimes et d’utiliser la liberté qui existe dans notre pays pour la faire régresser est la méthode maintenant bien connue de ces gens, membres de l’islamisme politique ou idiots utiles manipulés par lui. L’islamophobie est un mot qu’ils ont inventé dans ce seul but.

    sep article
  6. C’est sur que faire fermer les piscine à cause de burkini aide à l’intégration, au vivre ensemble et à une harmonie.
    Il faudrait redonner les règles du jeu, le vivre ensemble.
    Quelle société veut on ? comment on y arrive?
    Il y a des différences culturelles à accepter, et d’autres à changer.
    C’est très bien que des voix s’élève, maintenant il faut agir.
    Le problème n’est pas tant le voile que ce qu’il représente

    sep article
  7. Ces messieurs dames n’ont qu’à accepter les valeurs de la République Française et arrêter de se comporter comme si tout le monde leur devait. l’islamophobie ne leur empêche pas d’aller à la CAF comme les autres vont au charbon

    sep article
  8. Manifestation organisée par des Islamistes, Taous Hammouti en tête supportée par l’alliance citoyenne.

    sep article