Des crèches de la Matheysine se regroupent dans une Scic : une première en Isère

sep article



 

FIL INFO — Suite à sa prise de compétence Petite enfance, la communauté de communes de la Matheysine a choisi de regrouper cinq crèches, dont un lieu d’accueil enfants parents, au sein d’une Scic baptisée Petite enfance en Matheysine. Une approche novatrice en Isère qui permet de rassembler collectivités, associations et salariés des structures pour leur permettre d’exercer une gouvernance partagée.

 

 

C’est une pre­mière en Isère : depuis le début du mois de sep­tembre, la com­mu­nauté de com­munes de la Matheysine a regroupé ses cinq crèches… au sein d’une société coopé­ra­tive d’in­té­rêt col­lec­tif. Baptisée Petite enfance en Matheysine, la Scic compte désor­mais parmi la tren­taine de crèches coopé­ra­tives du ter­ri­toire natio­nal. Un « choix auda­cieux [qui] place la Matheysine sur le ter­rain de l’innovation sociale », vante la col­lec­ti­vité.

 

Pour la première fois en Isère, la Matheysine crée une Scic pour assurer la gouvernance de plusieurs des crèches de son territoire.La crèche À Vaulx Câlins, Notre-Dame de Vaulx © Facebook - À Vaulx Câlins

La crèche À Vaulx Câlins, Notre-Dame de Vaulx. © Facebook – À Vaulx Câlins

 

Les éta­blis­se­ments concer­nés ? Les Bout’choux (La Morte), À Vaulx Câlins (Notre-Dame de Vaulx), Les Marmousets (Valbonnais) et les deux crèches Les Pitchous de La-Salle-en-Beaumont et de Corps. Sans oublier le lieu d’ac­cueil enfants parents (LAEP) iti­né­rant, à La Mure ou à La Motte-d’Aveillans selon les jours. La crèche Des roses et des choux de La Mure demeure, pour sa part, sous ges­tion muni­ci­pale.

 

 

« Concilier gestion d’entreprise et principe d’utilité sociale »

 

Pourquoi opter pour les sta­tuts d’une Scic ? La réflexion a été enga­gée dans le cadre de la prise de com­pé­tence Petite enfance par la com­mu­nauté de com­munes, explique cette der­nière. « Le modèle de ges­tion coopé­ra­tive est apparu alors per­ti­nent car il per­met de conci­lier ges­tion d’entreprise et prin­cipe d’utilité sociale », pré­cise la Matheysine. Dès février 2019, plu­sieurs mois avant la prise offi­cielle de com­pé­tence, le choix d’une Scic était ainsi éta­bli.

 

Photo de famille à l'occasion de l'inauguration de la SCIC Petite enfance en Matheysine © Communauté de communes de la Matheysine.

Photo de famille à l’oc­ca­sion de l’i­nau­gu­ra­tion de la Scic Petite enfance en Matheysine. © Communauté de com­munes de la Matheysine.

 

Ce modèle de société « va per­mettre de déve­lop­per un ser­vice basé sur la concer­ta­tion et la ges­tion par­ta­gée entre les sala­riées des crèches, les familles uti­li­sa­trices et les col­lec­ti­vi­tés locale », pour­suit la Matheysine. La Scic, de par son sta­tut, donne en effet la pos­si­bi­lité aux col­lec­ti­vi­tés de s’in­sé­rer dans son capi­tal et de par­ti­ci­per à sa gou­ver­nance. Dans le cas pré­sent, la com­mu­nauté de com­munes et les com­munes pro­prié­taires des bâti­ments.

 

C’est ainsi que la Scic Petite enfance en Matheysine a comme socié­taires fon­da­teurs la Matheysine et les six com­munes de son ter­ri­toire concer­nées, plus deux asso­cia­tions par­te­naires, quatre asso­cia­tions d’u­sa­gers et qua­torze sala­riés (sur 21 au total) des dif­fé­rentes struc­tures. La com­mu­nauté de com­munes n’en est pas moins finan­ciè­re­ment très sol­li­ci­tée, à hau­teur de 200 000 euros par an, suite à l’ar­rêt des sub­ven­tions excep­tion­nelles ver­sées par le Département et la Caf.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2807 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.