Autorité organisatrice de la mobilité : Jean-Pierre Barbier accusé de « vaines polémiques » par les élus d’opposition

sep article

 

FIL INFO — Passe d’armes entre le président du Département et les élus d’opposition socialistes et RCSE. En cause ? Les déclarations de Jean-Pierre Barbier au Dauphiné libéré sur l’autorité organisatrice de la mobilité (AOM), en cours de création entre le SMTC, le Pays voironnais et le Grésivaudan. Alors que le président raille une précipitation en vue des élections, l’opposition dénonce un coup de frein et une polémique politicienne.

 

 

« Pourquoi se presser, si ce n’est pas parce que les élections approchent ? » La petite phrase prononcée par Jean-Pierre Barbier dans les colonnes du Dauphiné libéré n’est pas passée inaperçue. Le président du Département réagissait alors à la volonté du SMTC, du Pays voironnais et du Grésivaudan de s’associer à travers une autorité organisatrice de la mobilité (AOM) commune. Et ceci dès 2020.

 

Jean-Pierre Barbier et le vice-président aux Transports du Département Jean-Claude Peyrin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier et le vice-président aux Transports du Département Jean-Claude Peyrin. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Pour Jean-Pierre Barbier, il convient en effet de se hâter lentement. « Le Département n’est pas opposé à ce syndicat, loin de là, mais pourquoi se précipiter ? », insiste-t-il. « Loin de là ? », vraiment ? L’élu émet tout de même plusieurs réserves auprès de nos confrères. Notamment en matière de financement, en n’oubliant pas de rappeler que le Conseil départemental a déjà mis la main à la poche, à hauteur de 6 millions d’euros, pour « aider à régler la dette du SMTC ».

 

 

Une AOM nécessaire, juge l’opposition du Département

 

Sans surprise, les déclarations passent mal auprès des élus d’opposition du Département. Dans un communiqué commun, les membres du groupe socialiste et celui du RCSE dénoncent une tentative de « porter un énième coup d’arrêt » au projet d’AOM unique. « Alors que la grande région grenobloise avance, la droite départementale est plus occupée à freiner ce projet à coup de vaines polémiques », écrivent-ils.

 

Amandine Germain et Erwann Binet et Bernard Michon, du groupe socialiste du Département © Florent Mathieu - Place Gre'net

Amandine Germain et Erwann Binet et Bernard Michon, du groupe socialiste du Département. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Aux yeux de l’opposition, « la nécessité de créer une seule autorité organisatrice des mobilités n’est plus à démontrer ». Les élus rappellent à ce titre les désagréments rencontrés par les usagers qui doivent passer d’une limite administrative à une autre. Notamment les changements de tarifs entre les lignes Tag, Tougo (Grésivaudan) et Pays voironnais. Ou simplement la mauvaise coordination entre les modes de transports.

 

Et tandis que Jean-Pierre Barbier craint que la création de l’AOM entraîne un déséquilibre avec d’autres collectivités en charge de leurs transports, les élus d’opposition lui retournent le compliment. Et affirment que « les victimes de ces coups de communication politiciens seront les usagers isérois résidant hors de la grande région grenobloise ». Soit là où « se concentrent le plus de difficultés de mobilité », concluent-ils.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2495 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. @Amigo Restez sur vos certitudes.
    Visiblement vous ne savez pas de quoi vous parlez et quand on vous répond, ça
    vous « saoule ». Ce que vous préconisez (la gestion par le privé) est déjà en grande partie en place: marchés Transisère attribués par appels d’offres, et Veolia est actionnaire de la Semitag, qui est une SEM dont les salariés ne sont pas fonctionnaires. Et Veolia n’est pas du genre à jeter l’argent par les fenêtres. Pour ce qui est des 6 millions d’euros du Département, il s’agit de la dette contractée avec la Métro pour la construction du tram, lorsque le Departement et la Métro étaient associés à 50/50 dans le SMTC. En gros le Département voulait partir en laissant toute la dette. Cordialement.

    sep article
  2. Vous mélangez tout. Les routes départementales sont interconnectées entre elles, non? Schématiquement, il s’agit de faire la même chose avec les transports publics.

    sep article
    • @Gilce
      Je ne mélange rien. Je vous explique que la seule façon d’avoir des transports pas chers et efficaces (qui font pas de grèves 10 fois par an) , c’est de les privatiser et ouvrir des concours tous les ans pour que la metro puisse accorder le marché à l’entreprise qui propose le meilleur rapport qualité/prix (en tenant compte de son passé). C’est tout. Et vous me saoulez avec des détails secondaires

      sep article
      • Mais quand allez-vous cesser de vous ridiculiser ??? Remettre en concurrence l’exploitation des transports en commun tous les ans est d’une bêtise insondable. Est-ce que les concessions autoroutières sont remises en cause tous les ans ? Non, bien sûr. Pourquoi cela serait le cas des TC ? Votre ignorance sur le sujet est patente. Vous travaillez vraiment dans le privé pour sortir des trucs comme ça ???

        sep article
  3. Je pense qu’il est temps d’agir, PARCE-QUE justement les élections approchent et risquent de faire perdre encore plus de temps à cause du renouvellement des assemblées, alors que tout le monde est d’accord! Cela fait trop longtemps que l’on attend cette autorité unique qui constituerait une simplification du point de vue de l’usager du service public des transports. Il faut se mettre à la place des usagers isérois.

    sep article
    • oui, oui, « la simplification » et le « guichet unique » c’est le rêve des bureaucrates socialistes . En réalité il n’y a rien de plus inefficace et sclérosant que l’absence de concurrence et la gestion par les fonctionnaires

      sep article
  4. c’est exactement ce qu’on a déjà vu et entendu. Le SMTC c’est un monstre socialiste, qui bouffe nos impôts et il est grand temps d’examiner ses comptes par le cour des comptes.
    JP Barbier a raison, les gauchistes s’activent en anticipation des élections où ils vont très probablement gicler de Grenoble et de pas mal des municipalités de la Métro (mais garderont très probablement la présidence de la Métro). Déjà, je ne comprends pas très bien pourquoi le département a dépanné le SMTC avec 6 millions pour couvrir leur déficit, plutôt que de les laisser crever sous le poid de leur dettes

    sep article
    • … dit le gars qui se déplace gratuitement en transit en 4×4 dans le centre-ville de Grenoble sur des routes payés par la collectivité. Décidément amigo, vous devriez arrêter vos commentaires : vous vous enfoncez de plus en plus dans le ridicule.
      Allez, faites-nous encore le coup des charges courantes du STMC qu’on rigole !

      sep article