Autorité organisatrice de la mobilité : Jean-Pierre Barbier accusé de « vaines polémiques » par les élus d’opposition

sep article



 

FIL INFO — Passe d’armes entre le président du Département et les élus d’opposition socialistes et RCSE. En cause ? Les déclarations de Jean-Pierre Barbier au Dauphiné libéré sur l’autorité organisatrice de la mobilité (AOM), en cours de création entre le SMTC, le Pays voironnais et le Grésivaudan. Alors que le président raille une précipitation en vue des élections, l’opposition dénonce un coup de frein et une polémique politicienne.

 

 

« Pourquoi se pres­ser, si ce n’est pas parce que les élec­tions approchent ? » La petite phrase pro­non­cée par Jean-Pierre Barbier dans les colonnes du Dauphiné libéré n’est pas pas­sée inaper­çue. Le pré­sident du Département réagis­sait alors à la volonté du SMTC, du Pays voi­ron­nais et du Grésivaudan de s’as­so­cier à tra­vers une auto­rité orga­ni­sa­trice de la mobi­lité (AOM) com­mune. Et ceci dès 2020.

 

Jean-Pierre Barbier et le vice-président aux Transports du Département Jean-Claude Peyrin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier et le vice-pré­sident aux Transports du Département Jean-Claude Peyrin. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Pour Jean-Pierre Barbier, il convient en effet de se hâter len­te­ment. « Le Département n’est pas opposé à ce syn­di­cat, loin de là, mais pour­quoi se pré­ci­pi­ter ? », insiste-t-il. « Loin de là ? », vrai­ment ? L’élu émet tout de même plu­sieurs réserves auprès de nos confrères. Notamment en matière de finan­ce­ment, en n’ou­bliant pas de rap­pe­ler que le Conseil dépar­te­men­tal a déjà mis la main à la poche, à hau­teur de 6 mil­lions d’eu­ros, pour « aider à régler la dette du SMTC ».

 

 

Une AOM nécessaire, juge l’opposition du Département

 

Sans sur­prise, les décla­ra­tions passent mal auprès des élus d’op­po­si­tion du Département. Dans un com­mu­ni­qué com­mun, les membres du groupe socia­liste et celui du RCSE dénoncent une ten­ta­tive de « por­ter un énième coup d’ar­rêt » au pro­jet d’AOM unique. « Alors que la grande région gre­no­bloise avance, la droite dépar­te­men­tale est plus occu­pée à frei­ner ce pro­jet à coup de vaines polé­miques », écrivent-ils.

 

Amandine Germain et Erwann Binet et Bernard Michon, du groupe socialiste du Département © Florent Mathieu - Place Gre'net

Amandine Germain et Erwann Binet et Bernard Michon, du groupe socia­liste du Département. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Aux yeux de l’op­po­si­tion, « la néces­sité de créer une seule auto­rité orga­ni­sa­trice des mobi­li­tés n’est plus à démon­trer ». Les élus rap­pellent à ce titre les désa­gré­ments ren­con­trés par les usa­gers qui doivent pas­ser d’une limite admi­nis­tra­tive à une autre. Notamment les chan­ge­ments de tarifs entre les lignes Tag, Tougo (Grésivaudan) et Pays voi­ron­nais. Ou sim­ple­ment la mau­vaise coor­di­na­tion entre les modes de trans­ports.

 

Et tan­dis que Jean-Pierre Barbier craint que la créa­tion de l’AOM entraîne un dés­équi­libre avec d’autres col­lec­ti­vi­tés en charge de leurs trans­ports, les élus d’op­po­si­tion lui retournent le com­pli­ment. Et affirment que « les vic­times de ces coups de com­mu­ni­ca­tion poli­ti­ciens seront les usa­gers isé­rois rési­dant hors de la grande région gre­no­bloise ». Soit là où « se concentrent le plus de dif­fi­cul­tés de mobi­lité », concluent-ils.

 

Florent Mathieu

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
2930 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. @Amigo Restez sur vos cer­ti­tudes.
    Visiblement vous ne savez pas de quoi vous par­lez et quand on vous répond, ça
    vous « saoule ». Ce que vous pré­co­ni­sez (la ges­tion par le privé) est déjà en grande par­tie en place : mar­chés Transisère attri­bués par appels d’offres, et Veolia est action­naire de la Semitag, qui est une SEM dont les sala­riés ne sont pas fonc­tion­naires. Et Veolia n’est pas du genre à jeter l’argent par les fenêtres. Pour ce qui est des 6 mil­lions d’eu­ros du Département, il s’a­git de la dette contrac­tée avec la Métro pour la construc­tion du tram, lorsque le Departement et la Métro étaient asso­ciés à 50/50 dans le SMTC. En gros le Département vou­lait par­tir en lais­sant toute la dette. Cordialement.

    sep article
  2. Vous mélan­gez tout. Les routes dépar­te­men­tales sont inter­con­nec­tées entre elles, non ? Schématiquement, il s’a­git de faire la même chose avec les trans­ports publics.

    sep article
    • @Gilce
      Je ne mélange rien. Je vous explique que la seule façon d’avoir des trans­ports pas chers et effi­caces (qui font pas de grèves 10 fois par an) , c’est de les pri­va­ti­ser et ouvrir des concours tous les ans pour que la metro puisse accor­der le mar­ché à l’entreprise qui pro­pose le meilleur rap­port qualité/prix (en tenant compte de son passé). C’est tout. Et vous me saou­lez avec des détails secon­daires

      sep article
      • Mais quand allez-vous ces­ser de vous ridi­cu­li­ser ??? Remettre en concur­rence l’ex­ploi­ta­tion des trans­ports en com­mun tous les ans est d’une bêtise inson­dable. Est-ce que les conces­sions auto­rou­tières sont remises en cause tous les ans ? Non, bien sûr. Pourquoi cela serait le cas des TC ? Votre igno­rance sur le sujet est patente. Vous tra­vaillez vrai­ment dans le privé pour sor­tir des trucs comme ça ???

        sep article
  3. Je pense qu’il est temps d’a­gir, PARCE-QUE jus­te­ment les élec­tions approchent et risquent de faire perdre encore plus de temps à cause du renou­vel­le­ment des assem­blées, alors que tout le monde est d’ac­cord ! Cela fait trop long­temps que l’on attend cette auto­rité unique qui consti­tue­rait une sim­pli­fi­ca­tion du point de vue de l’u­sa­ger du ser­vice public des trans­ports. Il faut se mettre à la place des usa­gers isé­rois.

    sep article
    • oui, oui, « la sim­pli­fi­ca­tion » et le « gui­chet unique » c’est le rêve des bureau­crates socia­listes . En réa­lité il n’y a rien de plus inef­fi­cace et sclé­ro­sant que l’ab­sence de concur­rence et la ges­tion par les fonc­tion­naires

      sep article
  4. c’est exac­te­ment ce qu’on a déjà vu et entendu. Le SMTC c’est un monstre socia­liste, qui bouffe nos impôts et il est grand temps d’exa­mi­ner ses comptes par le cour des comptes.
    JP Barbier a rai­son, les gau­chistes s’ac­tivent en anti­ci­pa­tion des élec­tions où ils vont très pro­ba­ble­ment gicler de Grenoble et de pas mal des muni­ci­pa­li­tés de la Métro (mais gar­de­ront très pro­ba­ble­ment la pré­si­dence de la Métro). Déjà, je ne com­prends pas très bien pour­quoi le dépar­te­ment a dépanné le SMTC avec 6 mil­lions pour cou­vrir leur défi­cit, plu­tôt que de les lais­ser cre­ver sous le poid de leur dettes

    sep article
    • … dit le gars qui se déplace gra­tui­te­ment en tran­sit en 4×4 dans le centre-ville de Grenoble sur des routes payés par la col­lec­ti­vité. Décidément amigo, vous devriez arrê­ter vos com­men­taires : vous vous enfon­cez de plus en plus dans le ridi­cule.
      Allez, faites-nous encore le coup des charges cou­rantes du STMC qu’on rigole !

      sep article