Un bus hybride testé entre Seyssins et Claix, une première en France

sep article

 

FIL INFO — Un nouveau type de bus fera son apparition sur une ligne de la Sémitag à compter du mois de novembre 2020. Transdev, partenaire privé de la Tag, a choisi le constructeur Safra pour déployer à titre d’expérimentation un bus électrique hybride gaz rechargeable. Celui-ci sera affecté à la ligne Seyssins-Claix pour sa phase de test.

 

 

C’est une première en France : à partir du mois de novembre 2020, un « bus électrique hybride gaz rechargeable » va circuler sur la ligne Seyssins-Claix des Transports de l’agglomération grenobloise. Ce n’est pourtant pas la Sémitag ni le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) qui l’annonce, mais Transdev. Le principal partenaire privé de la Sémitag explique ainsi avoir choisi la société Safra pour cette expérimentation inédite.

 

De gauche à droite, Édouard Hénaut (Transdev), Yann Mongaburu (SMTC), Philippe Chervy (directeur Tag), Vincent Lemaire (Safra) et Jean-Paul Trovero (président Tag) à bord du bus hybride en expérimentation à compter de novembre 2020 © Transdev

De gauche à droite, Édouard Hénaut (Transdev), Yann Mongaburu (SMTC), Philippe Chervy (directeur Tag), Vincent Lemaire (Safra) et Jean-Paul Trovero (président Tag) à bord du bus hybride en expérimentation à compter de novembre 2020. © Transdev

 

C’est à Nantes, lors des dernières Rencontres nationales du transport public, que Transdev a finalisé la commande du bus électrique hybride gaz rechargeable auprès du constructeur albigeois. Avec pour objectif d’« expérimenter en zone périurbaine un véhicule alternatif au 100 % électrique ». Un test qui sera suivi par le Laboratoire d’expérimentation des mobilités de l’agglomération grenobloise (Lemon).

 

 

Une autonomie de 250 kilomètres par jour

 

Les avantages de ce modèle hybride par rapport à des bus uniquement électriques ? Il offre la possibilité de déployer les véhicules sur une distance plus longue. « De nouveaux territoires périurbains peuvent être desservis sans que la collectivité ou l’exploitant réseau ne doivent investir dans des infrastructures lourdes et coûteuses », anticipe d’ores et déjà Transdev. Pour autant, c’est sur une ligne de 8 kilomètres que le bus hybride sera expérimenté dans un premier temps.

 

Visuel du bus hybride électrique et gaz rechargeable © Safra

Visuel du bus hybride électrique et gaz rechargeable. © Safra

 

En matière de spécificité technique, le modèle « a du répondant », se félicite Transdev. Outre un moteur électrique de 250 Kw alimenté en continu, le bus comporte un moteur GNV et embarque 60 kg de gaz naturel de ville, destinés à compléter l’utilisation des batteries. Le tout confère au véhicule hybride « une autonomie record de 250 km/jour »… et donne la possibilité au chauffeur de programmer un mode “zéro émission” sur certaines parties de son parcours.

 

Le véhicule est également adapté pour « les zones périurbaines escarpées », note de son côté le SMTC. Sa largeur est en effet réduite par rapport aux modèles déjà existants, soit 2,35 mètres (contre 2,55 actuellement) pour une longueur de 10,5 mètres. Et le syndicat mixte d’envisager une commande minimale de cinq à huit véhicules pour équiper une ligne entière si l’expérimentation s’avère concluante.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2328 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Première en France » hmm mouai , novembre 2020 les tests , ils l’ont ou pas encore ?

    Qui dit que dans 3 mois une autre ville l’aura pas sorti sur les routes ?
    Il y a une clause d’exclusivité ?

    sep article