La Ville d’Eybens interdit à son tour l’usage de pesticides sur son territoire

sep article

 

FIL INFO — Après Grenoble, Eybens vient d’adopter un arrêté anti-pesticides sur son territoire. Si les agents de la commune n’emploient plus de produits phytosanitaires de synthèse depuis 2008, l’arrêté a pour objectif d’harmoniser la pratique en l’appliquant aux prestataires privés en charge de l’entretien de certains espaces verts.

 

 

« Le présent arrêté porte interdiction de l’usage de tout produit phytopharmaceutique de synthèse sur l’ensemble du territoire de la Ville d’Eybens. » C’est par ces mots que le (récent) maire d’Eybens Nicolas Richard décrète à son tour l’interdiction de l’usage de pesticides sur le territoire de sa commune. Un arrêté promulgué le mercredi 2 octobre, faisant suite au souhait des élus de la majorité RCGE exprimé durant le conseil municipal du 19 septembre.

 

Nicolas Richard et son adjointe Élodie Taverne © Antoine Beau - Place Gre'net

Nicolas Richard et son adjointe Élodie Taverne. © Antoine Beau – Place Gre’net

« Par cet arrêté, la Ville souhaite (…) marquer sa volonté de protéger les habitants, la biodiversité et l’environnement des dangers liés à l’usage des produits phytosanitaires chimiques », déclare la municipalité.

 

L’arrêté cite ainsi un rapport du Centre international de recherche contre le cancer signalant le glyphosate comme « cancérogène probable » ou encore « l’absence de certitudes scientifiques sur l’innocuité de la molécule glyphosate ».

 

 

Un arrêté adopté par cinq grandes villes de France

 

Pourquoi prendre un tel arrêté, alors que la Ville n’a plus recours aux pesticides depuis 2008 ? Le texte « vient compléter et uniformiser cette réglementation en l’appliquant à l’ensemble des espaces de la commune et à tous les acteurs », répond la Ville. Les prestataires privés en charge de l’entretien de certains espaces verts privés ou publics sont, en effet, encore autorisés à utiliser des produits de synthèse, contrairement aux particuliers ou aux collectivités.

 

Rassemblement du mouvement anti-pesticides les Coquelicots à Grenoble © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement du mouvement anti-pesticides les Coquelicots à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le 12 septembre 2019, la Ville de Grenoble annonçait prendre un arrêté anti-pesticides sur son territoire, aux côtés de Paris, Nantes, Lille et Clermont-Ferrand. Un geste avant tout symbolique, les arrêtés ayant de fortes chances d’être déclarés illégaux par les tribunaux administratifs. Le but affiché ? « Engager une démarche concertée pour faire changer la loi et concourir à la sauvegarde du patrimoine inestimable de la biodiversité ».

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2038 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. L’assemblée nationale doit relever le maire de ses fonctions car il est coupable de « Les abus d’autorité dirigés contre l’administration, par l’édiction de mesures destinées à faire échec à l’exécution de la loi ; »
    Article411-2 du code pénal

    sep article