En course pour un 5e mandat d’affilée à Échirolles, Renzo Sulli veut faire barrage au Rassemblement national

sep article

 

FOCUS – C’est un choix mûrement réfléchi. Finalement, Renzo Sulli est bel et bien candidat à sa propre succession à la mairie d’Échirolles. Maire de la ville depuis 1999, l’élu communiste se veut rassembleur. Avec l’objectif affiché d’empêcher le Rassemblement national d’accéder au pouvoir.

 

 

Renzo Sulli, maire d'Echirolles. @ Ville d'Echirolles

Renzo Sulli, maire d’Echirolles. @ Ville d’Echirolles

Renzo Sulli (PC) se lance à son tour dans la bataille. Après Alban Rosa (LFI), Alexis Jolly (RN) et Fabienne Sarrat (LREM), c’est donc au tour du maire sortant de déclarer officiellement sa candidature. Ce sera la quatrième campagne municipale pour Renzo Sulli, vainqueur en 2001, 2008 et 2014.

 

 

Encouragé par sa base

 

Interrogé sur sa volonté de briguer un nouveau mandat, Renzo Sulli admet y avoir « longuement réfléchi ». Un choix pas forcément évident pour celui qui occupe la fonction depuis vingt ans maintenant. Le facteur déclenchant ? Le soutien de proches, du Collectif pour Échirolles, mais aussi « des habitants de la ville ».

 

Le maire s’est ainsi dit sollicité depuis plusieurs semaines par ces « centaines » de personnes. « Ils ont considéré que j’étais le plus à même pour rassembler », précise l’élu. Ce soutien a donc « beaucoup pesé » dans sa décision. En retour, Renzo Sulli promet que la moitié de sa liste sera issue de la société civile. Des ateliers de réflexion permettront par ailleurs à ses soutiens de contribuer à l’élaboration du programme.

 

 

Rassembler une majorité éclatée

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3349 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. @Gilce
    c’est assez typique de la gauche décérébrée: d’abord les bobos-gaucho bien-pensants détruisent complètement leur environnement, ensuite, quand ils n’en peuvent plus, ils migrent dans un milieux plus civilisé, « plus bourgeois », où ils reproduisent le même environnement gauchiste, laxiste et pourri, dont ils ont fui. Dans la région grenobloise on l’observe surtout à Meylan, où les bobos émigrés d’Echirolles et de Grenoble votent en masse pour les pastèques et assimilés

    sep article
  2. Ceux qui ont favorisé, par leur inaction, la progression du FN/RN veulent lui faire barrage… Je connais des Echirollois de gauche, tendance PC, chantres du « vivre-ensemble », qui ont fini par fuir cette ville pour s’installer dans le périurbain, car exaspérés par les trafics et rodéos sous leurs fenêtres… Pas étonnant,avec un municipalité qui légitime tous les communautarismes et les excès, que le RN fasse 30%!

    sep article