Grimper de corde : le nouveau défi des pompiers de Grenoble pour lutter contre la maladie de Charcot

sep article



 

REPORTAGE VIDÉO – Grimper le plus vite possible 2 000 cordes de cinq mètres à la force des bras. Tel est le challenge de la 4e édition du défi Max Cosson organisé ce 5 octobre par les sapeurs-pompiers de Grenoble. L’objectif de cet événement, autant sportif que solidaire ? Récolter des dons pour les reverser à l’association Arsla et ainsi aider la recherche contre la maladie de Charcot.

 

 

Séance d'entraînement pour le défi Max Cosson visant à lutter contre la maladie de Charcot. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Séance d’en­traî­ne­ment pour le défi Max Cosson visant à lut­ter contre la mala­die de Charcot. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce lundi 30 sep­tembre, une dizaine de sapeurs-pom­piers s’en­traînent dans un local de la caserne située ave­nue Félix-Viallet. Certains s’en­duisent les mains de magné­sie pour bien adhé­rer à la corde, fixée à une poutre cinq mètres plus haut. Cette corde, il fau­dra y grim­per 2 000 fois à la force des bras, le plus rapi­de­ment pos­sible, lors de la 4e édi­tion du défi Max Cosson.

 

Un chal­lenge orga­nisé ce samedi 5 octobre au Centre de secours de Grenoble pour aider la recherche à lut­ter contre la mala­die de Charcot. Ainsi, six équipes vont ten­ter de res­ter dans les cordes au cours de ce défi récla­mant force pure… et men­tal de fer. Soit deux de la bri­gade des sapeurs-pom­piers de Paris, une de l’Oise, deux de Grenoble et une autre repré­sen­tant l’Isère.

 

 

La maladie de Charcot : une maladie dégénérative grave et handicapante

 

L’objectif de ce chal­lenge autant spor­tif que soli­daire ? Récolter des dons qui seront inté­gra­le­ment rever­sés à l’Association pour la recherche sur la sclé­rose laté­rale amyo­tro­phique – la mala­die de Charcot – et autres mala­dies du moto­neu­rone (Arsla).

 

La 4e édition du défi Max Cosson organisé par les sapeurs-pompiers de Grenoble pour lutter contre la maladie de Charcot va se dérouler ce samedi 5 octobre© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

La mala­die de Charcot est, à ce jour, tou­jours incu­rable. Cependant, l’Inserm reste opti­miste. « Les pers­pec­tives à moyen terme res­tent encou­ra­geantes », assure ainsi l’or­ga­nisme public. Pourquoi les sapeurs-pom­piers de Grenoble s’in­té­ressent-ils tout par­ti­cu­liè­re­ment à cette grave mala­die dégé­né­ra­tive han­di­ca­pante ?

 

« Il y a quatre ans, le père d’un de nos col­lègues [Max Cosson, ndlr] a été tou­ché par la mala­die de Charcot, ce qui nous a moti­vés pour appor­ter notre sou­tien à l’Arsla en créant ce défi corde », explique Raphaël Bouchut, capo­ral sapeur-pom­pier.

 

 

Chaque pompier devra monter 200 fois la corde

 

Toujours est-il qu’a­vant de remettre en jeu son tro­phée rem­porté en 2018, l’é­quipe de Grenoble se pré­pare fort conscien­cieu­se­ment. L’occasion pour nous d’as­sis­ter à l’une de ses séances d’en­traî­ne­ment, dont voici quelques images… plu­tôt mus­clées.

 

 

 

Joël Kermabon

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2585 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.