Étudiants « sans fac » : nouveau rassemblement le 2 octobre en soutien à une délégation reçue par l’UGA

sep article

 

FIL INFO — Après deux (nouvelles) mobilisations les mercredi 25 et vendredi 27 septembre pour dénoncer la situation des étudiants « sans fac », trois organisations syndicales appellent à un rassemblement le mercredi 2 octobre devant la présidence de l’UGA. Objectif ? Soutenir la délégation qui doit être reçue à 9 heures par le président Patrick Lévy.

 

 

« Étudier est un droit, pas un privilège », clament les organisations syndicales étudiantes et lycéennes Unef Grenoble, CNT Campus 38 et UNL Isère. Après deux rassemblements devant les locaux de la présidence de l’Université Grenoble-Alpes (UGA) les mercredi 25 et vendredi 27 septembre, les militants annoncent qu’une délégation sera finalement reçue le mercredi 2 octobre au matin.

 

Les syndicats étudiants appellent encore au rassemblement devant la présidence de l'UGA le 2 octobre, en soutien à la délégation reçue le jour même.Manifestation étudiante sur le campus de Grenoble © Thomas Courtade - Place Gre'net

Manifestation étudiante sur le campus de Grenoble © Thomas Courtade – Place Gre’net

 

Motif du mouvement ? « La situation injuste, dramatique et toujours plus urgente des étudiant-e-s refusé-e-s à la fac », écrivent les syndicats. Alors que les cours ont commencé sur le campus, une dizaine d’étudiants sont encore dans l’attente de pouvoir intégrer un établissement. Et les organisations accusent le président de l’UGA Patrick Lévy de « jouer le pourrissement en espérant que les étudiant-e-s (…) abandonnent leur espoir de poursuites d’études ».

 

 

L’UGA accusée « d’assumer » la sélection des étudiants

 

L’Unef, la CNT et l’UNL n’ont pas plus apprécié la réponse apportée par le directeur général des services (DGS) de l’UGA à France Bleu Isère. Joris Benelle a en effet décrit plusieurs cas de figure pour les étudiants concernés, en mentionnant notamment des étudiants étrangers « qui n’ont pas toutes les conditions requises pour venir en France », ou des dossiers de master refusés pour cause de niveau insuffisant.

 

Une délégation sera reçue le 2 octobre devant la présidence de l'UGA © Thomas Courtade - Place Gre'net

Rassemblement devant la présidence de l’UGA © Thomas Courtade – Place Gre’net

 

Traduction des organisations ? « Cette politique de refus d’inscription des étudiant-e-s “sans-facs” est de plus en plus assumée par les membres de la direction de l’Université », considèrent-elles. Et même si Joris Benelle insiste sur le fait que l’UGA n’est pas responsable des décisions de rejet des dossiers, les syndicalistes n’en considèrent pas moins que le DGS « assume désormais dans la presse cette sélection » des étudiants.

 

L’Unef, la CNT et l’UNL appellent donc à un nouveau rassemblement le mercredi 2 octobre à partir de 9 heures devant la présidence de l’UGA, « pour soutenir la délégation reçue ». Et continuent d’exiger l’intégration des étudiants « sans fac » à Grenoble et ailleurs. Mais aussi « l’abrogation des frais d’inscription » pour tous les étudiants, la fin des modes de sélection et l’augmentation des budgets alloués aux universités.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2505 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. C’est quoi leur cursus ? manifestant depuis le collège , membre de la FCPE au lycée etc ?

    leur notes sont juste à 10 de moyenne de quoi avoir le BAC mais sa s’arrête là point. au pire si ils veulent vraiment étudier, ils attendent tous les départs 1er semestres , ça devrait faire , y aura un peu de rattrapage

    Si c’est pour aller en FAC et trainer au bar ou arrêter les cours 1er trimestres ils peuvent faire macdo.

    sep article
  2. « Étudier est un droit, pas un privilège »
    —————————————————————-
    exactement le contraire. Ils n’ont pas essayé de travailler ?

    sep article