Appel intersyndical à la grève et à la manifestation mardi 24 septembre à Grenoble contre la réforme des retraites

sep article

Notre indépendance c

 

EN BREF – Dans le cadre du mouvement national de contestation du projet de réforme des retraites, une intersyndicale iséroise appelle à la grève et à la manifestation mardi 24 septembre. À Grenoble, rendez-vous est donné rue Félix-Poulat à partir de 11 h 30. Des mouvements sont également prévus à Roussillon, Bourgoin-Jallieu et La-Tour-du-Pin. 

 

 

« La réforme qui est en route a pour objec­tif de nou­velles éco­no­mies bud­gé­taires sur le dos du monde du tra­vail », dénonce l’in­ter­syn­di­cale isé­roise. La réforme en ques­tion ? Celle de la retraite à points, sur laquelle planche le gou­ver­ne­ment. La CGT Isère, FSU Isère, la CNT, Solidaires Isère, l’UNL Isère et l’Union des étu­diants de Grenoble (UEG) appellent ainsi à la mani­fes­ta­tion mardi 24 sep­tembre à Grenoble, à par­tir de 11 h 30 rue Félix-Poulat.

 

Manifestation unitaire à Grenoble en mars 2019 © Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestation uni­taire à Grenoble en mars 2019 © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Mais Grenoble n’est pas la seule ville isé­roise à s’ins­crire dans le mou­ve­ment natio­nal de grève pour contes­ter le pro­jet du gou­ver­ne­ment. À Roussillon, les mani­fes­tants doivent se retrou­ver dès 10 heures place de la République. C’est éga­le­ment à 10 heures que le ren­dez-vous est donné aux oppo­sants à la réforme de Bourgoin-Jallieu, place Saint-Michel. Enfin, à La-Tour-du-Pin, le mou­ve­ment est orga­nisé à 14 heures sur la place du Champ de Mars.

 

 

Annulation de la restauration scolaire sur Grenoble

 

Le réseau SNCF devrait être tou­ché par le mou­ve­ment, de même que la Tag. Les Transports de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise annoncent de fortes per­tur­ba­tions sur leurs lignes, avec des trams toutes les 6 ou 7 minutes (voire 12 pour la ligne E… et 30 pour la ligne D), et des bus Chrono toutes les 10 minutes. Et un arrêt pro­gres­sif de la cir­cu­la­tion à par­tir de 19 heures. De plus, la mani­fes­ta­tion peut entraî­ner des retards et des dévia­tions en cours de jour­née.

 

La restauration scolaire est annulée dans les écoles maternelles et élémentaires de Grenoble mardi 24 septembre © Chloé Ponset - Place Gre'net

La res­tau­ra­tion sco­laire est annu­lée dans les écoles mater­nelles et élé­men­taires de Grenoble mardi 24 sep­tembre. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

La Ville de Grenoble annonce de son côté que la res­tau­ra­tion sco­laire est annu­lée dans les écoles mater­nelles et élé­men­taires. « Les enfants pour­ront être accueillis avec un repas froid fourni par les parents si les pro­fes­sion­nels sont en nombre suf­fi­sant », écrit-elle. Il en va de même pour la gar­de­rie du matin et le péri­sco­laire de 16 heures, « assu­rés si les pro­fes­sion­nels sont en nombre suf­fi­sant, sinon pas d’ac­cueil ». « L’information est à véri­fier auprès des agents muni­ci­paux des écoles », ajoute la Ville.

 

 

Une intersyndicale sans Force ouvrière

 

Le mou­ve­ment veut dénon­cer avant toute chose la mise en place d’un régime de retraite uni­ver­sel, soit la fin de 42 régimes de retraites actuel­le­ment en place, dont les régimes spé­ciaux. « Macron et Delevoye [haut-com­mis­saire aux Retraites, ndlr] envi­sagent de réfor­mer les régimes de retraites au pro­fit d’un sys­tème par points qui va entraî­ner une baisse inexo­rable des pen­sions », ful­minent les syn­di­cats dans leur com­mu­ni­qué uni­taire.

 

Manifestation des retraités à Grenoble le 31 janvier 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Manifestation des retrai­tés à Grenoble le 31 jan­vier 2019. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Et les orga­ni­sa­tions de récla­mer, « pour répondre à l’ur­gence sociale », « le déve­lop­pe­ment des ser­vices publics et l’amélioration des condi­tions de vie et de tra­vail, dans le res­pect de l’environnement ». Si les syn­di­cats ne contestent pas la néces­sité de réfor­mer les retraites, ils estiment que l’ac­cent doit être mis sur « une vraie lutte contre le chô­mage », et non ce qu’ils per­çoivent comme une « régres­sion sociale ».

 

Absent de l’in­ter­syn­di­cale : le syn­di­cat Force Ouvrière. Celui-ci orga­ni­sait sa propre mani­fes­ta­tion pari­sienne samedi 21 sep­tembre, où 70 repré­sen­tants de l’Isère étaient pré­sents. Dans un com­mu­ni­qué, FO Isère appelle par ailleurs les sala­riés à se réunir « dans toutes les entre­prises, dans tous les ser­vices publics, toutes les écoles, tous les éta­blis­se­ments, tous les hôpi­taux ». Mais pas aux côtés de la CGT ou de Solidaires ?

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
5289 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.