Le 38 rue d’Alembert juge « ubuesque » la convention proposée par la Ville de Grenoble

sep article



 

FOCUS — Le 38 rue d’Alembert de Grenoble, ou Centre social Tchoukar, lance un appel à la mobilisation par voie de communiqué. En cause ? Les conditions de conventionnement proposées par la Ville de Grenoble, jugées inacceptables par le collectif. Le tout sur fond de pressions du voisinage et de volonté de la municipalité de bâtir des logements sociaux en lieu et place de l’actuel squat.

 

 

« Le 38 est encore là et compte bien y res­ter ! » Ainsi s’ex­priment, par voie de com­mu­ni­qué, le col­lec­tif du 38 rue d’Alembert de Grenoble, renommé pour l’oc­ca­sion Centre social Tchoukar. Un bâti­ment pro­priété de la Ville, occupé et dédié depuis 2015 à l’or­ga­ni­sa­tion d’é­vé­ne­ments fes­tifs, d’a­te­liers divers, ou mis à la dis­po­si­tion d’as­so­cia­tions pour des réunions. Comme, récem­ment, pour une ren­contre entre l’Alliance citoyenne et le Planning fami­lial de l’Isère, à qui a été repro­ché son sou­tien aux opé­ra­tions bur­kini.

 

38 rue d'alembert © Florent Mathieu - Place Gre'net

38 rue d’Alembert © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Alors que la Ville de Grenoble et le col­lec­tif du Tchoukar sem­blait, voici quelques mois, avan­cer ensemble vers un conven­tion­ne­ment, le ton du com­mu­ni­qué publié le 11 sep­tembre remet bien des choses en pers­pec­tive. Aux yeux du 38, les condi­tions posées par la mai­rie ne sont pas accep­tables. En l’oc­cur­rence : la signa­ture d’un bail d’une durée de trois ans, dont une grande par­tie serait consa­crée à mettre le local aux normes, avant de devoir quit­ter les lieux au pro­fit de la construc­tion de loge­ments sociaux.

 

 

Pression de la préfecture… et d’une voisine du squat

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
4926 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ces squa­teurs qui pour­rissent la vie des habi­tants auraient dû être virés depuis long­temps, mais on ne touche pas au potes de l’ex­trême gauche muni­ci­pal.

    sep article
  2. C’est presque 70 000 euros que l’al­liance citoyenne et le plan­ning fami­lial touchent à eux deux en sub­ven­tions de la ville et de la métro. Mais ils squattent.
    En prime (on peut le dire !) l’al­liance citoyenne a empo­ché 80 000 dol­lars (US, de chez Trump). Mais ils squattent.
    https://www.opensocietyfoundations.org/grants/past?grant_id=OR2016-30058
    Quand on a dépassé les bornes, il n’y a plus de limites (Alphonse Allais).

    sep article
  3. Pourquoi devrait-on conven­tion­ner un bâti­ment occupé illé­ga­le­ment ?

    sep article