Polices nationale et municipale : effectifs renforcés et généralisation du Taser d’ici début 2020 à Grenoble

sep article

Internationaux de France de patinage du 1er au 3 novembre 2019 à Grenoble

EN BREF – Quarante policiers supplémentaires vont, lundi 16 septembre, venir grossir les rangs de la police nationale à Grenoble. Mais alors que le maire de Grenoble se satisfait d’avoir œuvré à ces renforts – qui permettent une relative mise à niveau des effectifs – la députée LREM de l’Isère Émilie Chalas entend bien, si ce n’est revendiquer, partager la paternité de cet effort.

 

 

Police nationale à Grenoble © Patricia Cerinsek Taser

Police nationale à Grenoble. © Patricia Cerinsek

La police nationale de Grenoble va voir arriver lundi 16 septembre son plus gros contingent d’agents dans le cadre du dispositif de reconquête des quartiers républicains (QRR). Quarante policiers sortis d’école vont ainsi venir grossir les rangs des policiers. Et ce faisant quasiment rattraper le retard accumulé dans la capitale des Alpes.

 

Après le renfort de vingt policiers fin 2018 puis de seize autres en juin dernier, le compte est presque bon. Presque car il manque encore douze agents pour que la promesse de Gérard Collomb soit complètement tenue. Et ainsi permettre aux brigades de roulement – la police secours – de ne pas être pénalisées, comme le fait remarquer Valérie Mourier, secrétaire départementale du syndicat Alliance. Cette dernière souligne toutefois un déploiement « historique » et « un signe très fort de l’administration ».

 

 

Mise à niveau également pour la police municipale et Taser généralisés

 

La police nationale n’est pas la seule à être renforcée. À Grenoble, la police municipale va voir arriver quinze agents supplémentaires*. Là aussi, simple mise à niveau. « Ces quinze agents comblent le retard mais le nombre de postes, qui est de cent, reste le même », souligne Diega Trupia pour la CFDT.

 

Des policiers municipaux qui vont être équipés de pistolets à impulsion électrique (de type Taser) suite à une formation. Après les brigades de nuit, quarante agents de jour en seront ainsi pourvus d’ici la fin de l’année. Et d’ici la fin du premier trimestre 2020, toutes les brigades de jour en seront dotées.

 

Le maire de Grenoble satisfait, la députée LREM réagit

 

De quoi satisfaire Eric Piolle, maire de Grenoble, qui n’a pas manqué de rappeler la candidature commune portée par les Villes de Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères pour faire aboutir ce dossier. Et a affirmé dans Le Dauphiné libéré avoir œuvré « sans relâche » pour obtenir des renforts.

 

Eric Piolle, lors du conseil municipal du 4 février 2019 DR

Eric Piolle, lors du conseil municipal du 4 février 2019 DR

Un satisfecit qui n’a pas manqué de faire réagir Émilie Chalas, députée LREM de l’Isère, en course déclarée pour les municipales en 2020. Celle-ci a notamment fustigé la « récupération » d’Eric Piolle pour finalement attribuer au gouvernement la responsabilité de l’octroi de ce déploiement de moyens.

 

« Ce n’est pas grâce à Eric Piolle que Grenoble a obtenu des renforts ainsi que – il ne faut pas l’oublier – la reconnaissance du statut de zone difficile de la CSP (sic). C’est en revanche à cause de son refus de se saisir du sujet que la sécurité de Grenoble ne les a pas obtenus plus tôt », souligne la députée.

 

PC

 

 

  • * Un chiffre que contestent les services de la Ville, dont la police municipale est de son ressort, sans donner plus de précision quant au nombre d’agents supplémentaires déployés. Article modifié le 14 septembre à 14 heures.
commentez lire les commentaires
3552 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. A l’approche des élections, le maire de Grenoble voudrait-il faire oublier que son programme était de « rompre avec le discours sécuritaire », à tel point qu’à peine élu il avait annoncé vouloir vendre les caméras ?
    https://www.europe1.fr/politique/Le-maire-de-Grenoble-propose-de-vendre-les-cameras-de-sa-ville-852348
    La situation désastreuse que nous vivons est le résultat direct de cette idéologie. C’est si vrai que lors de sa venue à Grenoble en tant que ministre de l’intérieur, le maire de Lyon avait dû rappeler les bases élémentaires : « La sécurité, c’est une coproduction. Il ne faut pas qu’il n’y ait que l’Etat qui fasse des efforts. Lorsque l’on est maire, on a le pouvoir de police, donc il faut agir très fortement. »
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-securite-doit-etre-coproduction-gerard-collomb-visite-vercors-1527518.html

    sep article
  2. sep article
  3. Question sécurité, le « maire » de Grenoble n’a prouvé que son laxisme, ses encouragements à la désobéissance, au non respect de de l’ordre, de la république et de la laïcité.

    sep article
  4. sep article
  5. Franchement, comme coup de com, il n’y a pas mieux de la part d’eric piolle, 6 mois avant les élections il pense à notre sécurité. C’est vraiment minable comme stratégie !!!!!

    sep article
    • Le « grand timonier » s »aperçoit enfin qu’il doit s’occuper de la
      sécurité de ses administrés.Jusqu’à ce jour, il prenait de
      grandes initiatives pour régler brillamment les grands problèmes
      de l’humanité. Les grenoblois ne réalisent pas à quel point ce
      Monsieur a un impact positif sur la résolution des problèmes
      des migrations …
      https://www.placegrenet.fr/2018/01/11/migrants-video-eric-piolle/171033

      sep article