Stéphane Gemmani et le groupe Grenoble 2020 affinent leur projet municipal, « loin des tambouilles politicardes »

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

 

FOCUS – Stéphane Gemmani a restitué, ce mardi 10 septembre, la compilation des premières propositions programmatiques du groupe Grenoble 2020 en vue des élections municipales. Les fruits d’un questionnaire en ligne et de plus d’une trentaine de réunions, loin des « tambouilles politicardes ». De quoi affiner la stratégie du groupe sur les questions de sécurité, de rayonnement et d’attractivité de Grenoble, de gouvernance et de citoyenneté mais aussi de solidarité.

 

 

De gauche à droite : Micjhel Gallitre, Pierre-Jérôme Borsoi et Stéphane Gemmani tous membres de Grenoble 2020. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Michel Gallitre, Pierre-Jérôme Borsoi et Stéphane Gemmani.  Grenoble 2020. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Depuis près de quatre ans, le rassemblement Grenoble 2020 mené par Stéphane Gemmani laboure le terrain en vue des élections municipales. Ainsi, plus d’une trentaine de réunions dans tous les quartiers de Grenoble ont permis de recueillir 137 pages de réflexions et de propositions. De surcroît, un outil mis en ligne cet été a permis d’affiner les axes stratégiques du collectif, grâce à 3 692 contributions « inespérées ».

 

Stéphane Gemmani a restitué, ce mardi 10 septembre, les premières propositions programmatiques issues de la compilation des résultats obtenus. S’en dégagent quatre grandes thématiques : la sécurité, le rayonnement et l’attractivité de Grenoble, la gouvernance et la citoyenneté, sans oublier la solidarité.

Le Vin des Alpes à la maison : on vous écoute, on sélectionne vos bouteilles, vous êtes livré à vélo le jour même jusqu

 

 

Le programme, rien que le programme !

 

Présentation du projet Grenoble 2020. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Présentation du projet Grenoble 2020. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« En ce moment, avec les investitures des uns et des autres via les officines parisiennes, c’est la tambouille politicarde », attaque d’entrée Stéphane Gemmani. « À l’inverse, loin de l’arithmétique des étiquettes et des sondages, nous, ce que nous estimons être fédérateur c’est notre vision et notre programme », appuie le conseiller régional.

 

Il n’est ainsi pour l’heure pas d’actualité de parler de liste ou de tête de liste. Le programme, rien que le programme ! Mais alors, que ressort-il de ces « devoirs de vacances » qui ont donné lieu aux premières propositions de Grenoble 2020 ?

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
8021 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Une fois de plus le diagnostic posé par Gemmani semble être le bon.
    Une fois de plus sa méthode est contestable.

    Considérer qu’il n’est pas ou qu’il n’a pas été dans la tambouille, c’est en soit un tambouille, car Gemmani a sans doute oublié qu’il a été proche du RPR, puis du centre, puis du Modem, puis du PS de Destot, puis d’un drôle de centre chez Lepage, puis du PS de Queyranne (où il siège encore), puis proche un temps de Macron pour les présidentielles, puis de Chamussy (l’opposant de Destot) il y a quelques mois, puis de proche de plus rien sur le papier (ie éloignement de Chamussy, critiques ouvertes de LREM, pas toujours tendre en off avec le PS, …).
    En jouant avec les mots et en agissant le microcosme médiatique grenoblois, il finit par agacer. Il lui manque la présence d’acteurs économiques sérieux à ses côtés, comme un homme de gauche solide pour engager le cœur de l’electorat de Grenoble qui sinon penchera soit vers Piolle, soit vers Chalas.

    Je mets volontairement Carignon de côté car trop loin des thèses de Gemmani.

    Le rassemblement qu’il envisageait ne sera pas, isolé Gemmani ne peut aujourd’hui qu’être faiseur de roi ou reine.

    Autant éviter pour lui les alliances maladroites s’il veut négocier un accord d’entre deux tours.

    sep article