Logement social : à l’occasion de l’inauguration de la résidence Mortillet, Éric Piolle dresse le bilan de son mandat

sep article

 

FOCUS – La Ville de Grenoble, la Métro et l’État ont inauguré, fin août, une nouvelle résidence de logements sociaux au cœur du quartier de l’Île Verte. L’occasion pour la présidente de Grenoble Habitat Maryvonne Boileau d’affirmer sa volonté de voir du logement social sur tous les territoires de la Métro… et pour le maire de Grenoble Éric Piolle de saluer le bilan de son mandat en la matière. 

 

« Charignon ? Attention, il ne faut pas oublier le “H” alors ! » Le nom de l’architecte de la résidence Mortillet, inaugurée le 28 août dernier, n’a pas manqué d’amuser les représentants de la Ville de Grenoble. Une bonne humeur qui s’explique sans doute par le fait que les officiels de la Ville, de la Métro et de la préfecture de l’Isère n’ont pas si souvent l’occasion d’inaugurer des logements sociaux au cœur du quartier de l’Île-Verte.

 

Maryvonne Boileau coupe le ruban symbolique devant la résidence Mortillet, aux côtés de la vice-présidente de la Métro Christine Garnier, de l'architecte Gilles Charignon, du sous-préfet Philippe Portal, du maire de Grenoble Éric Piolle et de l'élu de secteur Antoine Back © Florent Mathieu - Place Gre'net

Maryvonne Boileau coupe le ruban symbolique devant la résidence Mortillet, aux côtés de la vice-présidente de la Métro Christine Garnier, de l’architecte Gilles Charignon, du sous-préfet Philippe Portal, du maire de Grenoble Éric Piolle et de l’élu de secteur Antoine Back. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La présidente de Grenoble Habitat, partenaire de l’opération, ne boude ainsi pas son plaisir : « On offre la possibilité à des ménages de condition modeste d’habiter n’importe où à Grenoble et dans la Métropole », vante Maryvonne Boileau. Projet immobilier “mixte”, la résidence Mortillet compte ainsi neuf logements sociaux, un symbole important à ses yeux.

 

 

Des jardins partagés sur le toit de la résidence

 

La satisfaction de Maryvonne Boileau est d’autant plus grande que c’est l’architecte Gilles Charignon qui est venu trouver Grenoble Habitat, et non l’inverse. « C’est pour nous un honneur que des promoteurs viennent nous chercher. Cela veut dire qu’ils nous font confiance », souligne-t-elle. Tout en espérant s’associer à l’avenir avec d’autres promoteurs privés, au nom de la « mixité sociale » ou, ajoute-t-elle, « tout simplement du vivre-ensemble ».

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3209 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Que gagne t’on depuis tant d’année à Grenoble et son agglomération à les inonder de logements sociaux donc de citées à forte délinquance qui irradie partout?

    Et Eric Piolle qui se vante d’appauvrir sa ville comme l’ont fait ses successeurs mais encore plus aujourd’hui avec jusqu’à 50% de logements sociaux dans les nouveaux programme, ou plutôt les futurs ghettos.

    sep article
    • Madame Maryvonne Boileau,avait depuis les années 2000
      à le désir d’en découdre avec les habitants de l’Île Verte.
      lors de réunions de quartier,elle ne cachait pas ses désirs
      de changement de ce quartier de « vieux ».
      Sous entendu,il faudra que les vieux en question, se coltinent
      les nuisances des logements sociaux .
      Qui dit logement social,dit que la collectivité doit prendre en
      charge le surplus du coût,que procure la part sociale de la
      réalisation du projet.
      N’oublions pas que chaque action effectuée par notre personnel
      politique, a un coût pour citoyens contribuables …

      sep article
  2. La municipalité construit les HLM sur 7 étages mais celui là n’en fait que 4. Ne pas trop indisposer les bobos de l’île verte, ce sont des copains …

    sep article
  3. A mon humble avis, « la mixité sociale ne se décrète pas pour les autres,
    elle doit être un art de vivre pour soi-même.
    Je constate que les idéalistes que sont Maryvonne Boileau et son conjoint,
    sont les résidents d’un luxueux appartement dans un immeuble de l’île verte.
    Ce couple ne souffre pas de voisins du genre de ceux que doit supporter Juliette .
    En somme Juliette peut avoir sa vie détruite, sans que Madame Boileau ne réalise les problèmes qu’elle est en train de créer .
    Oui à la mixité sociale, à condition que le respect mutuel soit obligatoire.
    https://www.placegrenet.fr/2019/08/12/conflit-de-voisinage-avec-des-locataires-dactis-une-proprietaire-de-grenoble-entame-une-greve-de-la-faim/255062

    sep article
    • NOTIFICATION D’EXPULSION DE SON LOGEMENT D UNE AGENTE DE LA VILLE DE GRENOBLE PAR ERIC PIOLLE MAIRE DE GRENOBLE!

      sep article