Logement social : à l’occasion de l’inauguration de la résidence Mortillet, Éric Piolle dresse le bilan de son mandat

sep article



 

FOCUS – La Ville de Grenoble, la Métro et l’État ont inauguré, fin août, une nouvelle résidence de logements sociaux au cœur du quartier de l’Île Verte. L’occasion pour la présidente de Grenoble Habitat Maryvonne Boileau d’affirmer sa volonté de voir du logement social sur tous les territoires de la Métro… et pour le maire de Grenoble Éric Piolle de saluer le bilan de son mandat en la matière. 

 

« Charignon ? Attention, il ne faut pas oublier le “H” alors ! » Le nom de l’ar­chi­tecte de la rési­dence Mortillet, inau­gu­rée le 28 août der­nier, n’a pas man­qué d’a­mu­ser les repré­sen­tants de la Ville de Grenoble. Une bonne humeur qui s’ex­plique sans doute par le fait que les offi­ciels de la Ville, de la Métro et de la pré­fec­ture de l’Isère n’ont pas si sou­vent l’oc­ca­sion d’i­nau­gu­rer des loge­ments sociaux au cœur du quar­tier de l’Île-Verte.

 

Maryvonne Boileau coupe le ruban symbolique devant la résidence Mortillet, aux côtés de la vice-présidente de la Métro Christine Garnier, de l'architecte Gilles Charignon, du sous-préfet Philippe Portal, du maire de Grenoble Éric Piolle et de l'élu de secteur Antoine Back © Florent Mathieu - Place Gre'net

Maryvonne Boileau coupe le ruban sym­bo­lique devant la rési­dence Mortillet, aux côtés de la vice-pré­si­dente de la Métro Christine Garnier, de l’ar­chi­tecte Gilles Charignon, du sous-pré­fet Philippe Portal, du maire de Grenoble Éric Piolle et de l’élu de sec­teur Antoine Back. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La pré­si­dente de Grenoble Habitat, par­te­naire de l’o­pé­ra­tion, ne boude ainsi pas son plai­sir : « On offre la pos­si­bi­lité à des ménages de condi­tion modeste d’ha­bi­ter n’im­porte où à Grenoble et dans la Métropole », vante Maryvonne Boileau. Projet immo­bi­lier “mixte”, la rési­dence Mortillet compte ainsi neuf loge­ments sociaux, un sym­bole impor­tant à ses yeux.

 

 

Des jardins partagés sur le toit de la résidence

 

La satis­fac­tion de Maryvonne Boileau est d’au­tant plus grande que c’est l’ar­chi­tecte Gilles Charignon qui est venu trou­ver Grenoble Habitat, et non l’in­verse. « C’est pour nous un hon­neur que des pro­mo­teurs viennent nous cher­cher. Cela veut dire qu’ils nous font confiance », sou­ligne-t-elle. Tout en espé­rant s’as­so­cier à l’a­ve­nir avec d’autres pro­mo­teurs pri­vés, au nom de la « mixité sociale » ou, ajoute-t-elle, « tout sim­ple­ment du vivre-ensemble ».

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3674 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Que gagne t’on depuis tant d’an­née à Grenoble et son agglo­mé­ra­tion à les inon­der de loge­ments sociaux donc de citées à forte délin­quance qui irra­die par­tout ?

    Et Eric Piolle qui se vante d’ap­pau­vrir sa ville comme l’ont fait ses suc­ces­seurs mais encore plus aujourd’­hui avec jus­qu’à 50% de loge­ments sociaux dans les nou­veaux pro­gramme, ou plu­tôt les futurs ghet­tos.

    sep article
    • Madame Maryvonne Boileau,avait depuis les années 2000
      à le désir d’en découdre avec les habi­tants de l’Île Verte.
      lors de réunions de quartier,elle ne cachait pas ses désirs
      de chan­ge­ment de ce quar­tier de « vieux ».
      Sous entendu,il fau­dra que les vieux en ques­tion, se col­tinent
      les nui­sances des loge­ments sociaux .
      Qui dit loge­ment social,dit que la col­lec­ti­vité doit prendre en
      charge le sur­plus du coût,que pro­cure la part sociale de la
      réa­li­sa­tion du pro­jet.
      N’oublions pas que chaque action effec­tuée par notre per­son­nel
      poli­tique, a un coût pour citoyens contri­buables …

      sep article
  2. La muni­ci­pa­lité construit les HLM sur 7 étages mais celui là n’en fait que 4. Ne pas trop indis­po­ser les bobos de l’île verte, ce sont des copains …

    sep article
  3. A mon humble avis, « la mixité sociale ne se décrète pas pour les autres,
    elle doit être un art de vivre pour soi-même.
    Je constate que les idéa­listes que sont Maryvonne Boileau et son conjoint,
    sont les rési­dents d’un luxueux appar­te­ment dans un immeuble de l’île verte.
    Ce couple ne souffre pas de voi­sins du genre de ceux que doit sup­por­ter Juliette .
    En somme Juliette peut avoir sa vie détruite, sans que Madame Boileau ne réa­lise les pro­blèmes qu’elle est en train de créer .
    Oui à la mixité sociale, à condi­tion que le res­pect mutuel soit obli­ga­toire.
    https://www.placegrenet.fr/2019/08/12/conflit-de-voisinage-avec-des-locataires-dactis-une-proprietaire-de-grenoble-entame-une-greve-de-la-faim/255062

    sep article
    • NOTIFICATION D’EXPULSION DE SON LOGEMENT D UNE AGENTE DE LA VILLE DE GRENOBLE PAR ERIC PIOLLE MAIRE DE GRENOBLE !

      sep article