« Candidats tour » des gilets jaunes pour les municipales à Grenoble : Émilie Chalas sur le gril d’un collectif de citoyens

sep article



 

DÉCRYPTAGE – Dans le cadre d’un “tour des candidats” aux municipales de Grenoble, Émilie Chalas, première à passer sur le gril, a répondu aux questions d’un collectif citoyen le 30 août dernier. Parmi eux, des gilets jaunes, mais aussi des militants pour le climat, syndicalistes et un élu municipal l’ont-ils questionnée autour de six thèmes différents. L’objectif ? Interroger les candidats sur leurs projets afin d’évaluer « quelle place ils sont prêts à laisser aux décisions collectives et populaires ».

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Vous ne repré­sen­tez pas le peuple [les gilets jaunes, ndlr], et vous vous trom­pez. Il n’y a pas un peuple mais il y a des peuples. »

 

Tels sont les pre­miers pro­pos de la dépu­tée LREM Émilie Chalas rap­por­tés par un col­lec­tif de treize citoyens reçus ce ven­dredi 30 août en sa per­ma­nence par­le­men­taire. Parmi eux, des gilets jaunes, des citoyens pour le cli­mat (CPLC), des syn­di­ca­listes et un élu muni­ci­pal, Guy Tuscher.

 

Depuis le début du mou­ve­ment des gilets jaunes, on ne compte plus leurs ten­ta­tives de ren­con­trer – pour diverses rai­sons – les dépu­tés gre­no­blois. Abandonnant le pas­sage en force, ils ont, cette fois-ci, opté pour une méthode plus ortho­doxe afin de ren­con­trer l’é­lue. C’est en effet au cours de son pot d’in­ves­ti­ture aux muni­ci­pales de Grenoble auquel ils s’é­taient invi­tés que ce pre­mier ren­dez-vous a pu enfin s’ins­crire dans son agenda et se concré­ti­ser.

 

 

Un feu roulant de questions autour de six thématiques

 

Cette pre­mière ren­contre marque le début d’un “tour des can­di­dats” en lice pour les muni­ci­pales à Grenoble. L’objectif du col­lec­tif ? Les inter­ro­ger sur leurs pro­jets res­pec­tifs et ainsi « éva­luer quelle place ils sont prêts à lais­ser aux déci­sions col­lec­tives et popu­laires », indique le groupe. « Alain Carignon et Éric Piolle ont d’ores et déjà accepté le prin­cipe de ces ren­contres », assure par ailleurs le col­lec­tif.

 

Émilie Chalas, députée de la 3e circonscription et candidate aux municipales de Grenoble a rencontré un collectif de gilets jaunes. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Émilie Chalas, dépu­tée de la 3e cir­cons­crip­tion et can­di­date aux muni­ci­pales de Grenoble a ren­con­tré un col­lec­tif de gilets jaunes. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Face au col­lec­tif, Émilie Chalas et Robin Quiles, son assis­tant par­le­men­taire, ont répondu, deux heures durant, à un feu rou­lant de ques­tions tour­nant autour de six thé­ma­tiques.

 

À savoir : les retraites, la pri­va­ti­sa­tion des biens com­muns tels les bar­rages hydro­élec­triques, Aéroport de Paris (ADP) ou Actis, le cli­mat, l’emploi et la pré­ca­rité, la « répres­sion d’État » et enfin la démo­cra­tie.

 

À ce stade, on peut tou­te­fois noter que les pré­oc­cu­pa­tions du col­lec­tif quelque peu éloi­gnées des ques­tions pure­ment de la com­pé­tence de la Ville de Grenoble et, a for­tiori, des pro­jets des can­di­dats. Par ailleurs, animé par  « un souci de trans­pa­rence », le col­lec­tif qui dési­rait fil­mer l’en­tre­tien s’est vu débouté de sa demande, l’é­lue le sou­hai­tant « sans jour­na­liste ni caméra ».

 

 

« Elle adhère à la politique d’austérité du gouvernement »

 

C’est donc par voie de com­mu­ni­qué que le groupe s’est fendu, ce 2 sep­tembre, d’un résumé où l’on recon­naît bien entre les lignes la rhé­to­rique propre aux gilets jaunes. Ce non sans fus­ti­ger d’en­trée les pre­miers pro­pos prê­tés à Émilie Chalas, les jugeant « surprenant[s] venu[s] de la repré­sen­tante de notre ter­ri­toire à l “assem­blée ».

 

Sur la réforme des retraites ? « Elle confond tout : rap­port Delevoye et pro­jet de loi, retraite par coti­sa­tion et par capi­ta­li­sa­tion, points et tri­mestres, âge de départ légal et effec­tif. Aucune réponse ! », ful­mine le col­lec­tif. « Elle adhère à la poli­tique d’austérité du gou­ver­ne­ment et invoque les argu­ments du pré­sident Macron sans autre nuance », tacle-t-il encore.

 

Barrage de Romanche - Gavet en eau.© EDF - C.Huret

Barrage de Romanche – Gavet en eau.© EDF – C.Huret

 

La réponse de l’é­lue sur la pri­va­ti­sa­tion des bar­rages hydro­élec­trique n’a guère obtenu plus de suc­cès. « [Émilie] Chalas ne voit aucun pro­blème à remettre leur ges­tion par un contrat de conces­sion de 70 ans pour un outil au cœur du dis­po­si­tif hydro­lo­gique et élec­trique fran­çais », déplorent ses inter­lo­cu­teurs. Leurs objec­tions ? « Ces équi­pe­ments sont amor­tis depuis long­temps et il est plu­tôt prévu que la rente pro­mise au privé va être égale ou supé­rieure à celle des auto­routes […] », regrettent-ils.

 

 

« Elle ne veut pas soutenir la promotion d’un débat public à travers un référendum »

 

La loi Pacte et pro­cé­dure de réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive par­ta­gée contre la vente d’ADP ? Même motif, même puni­tion. « Elle ne nous donne pas expli­ci­te­ment d’ar­gu­ments qui en mon­tre­rait l’intérêt pour l’État. Surtout elle ne veut pas sou­te­nir la pro­mo­tion d’un débat public à tra­vers un réfé­ren­dum. » Référendum qui, au sens du col­lec­tif, « n’est pour­tant que l’ex­pres­sion d’ar­gu­ments tant pour les pour que les contre ».

 

Les signataires de l'appel devant la fontaine des Trois ordres. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Action pour la col­lecte de signa­tures pour le réfé­ren­dum sur la pri­va­ti­sa­tion d’ADP. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour le col­lec­tif c’est très clair : « nous voyons ici les limites de ses réelles inten­tions en matière de démo­cra­tie locale. Ce mal­gré son rap­port flash sur la démo­cra­tie locale et la par­ti­ci­pa­tion citoyenne ».

 

Quant à la pri­va­ti­sa­tion du loge­ment social gre­no­blois et la « dis­pa­ri­tion d’Actis », le col­lec­tif s’en remet aux ges­tion­naires et aux  loca­taires « qui appré­cie­ront » l’un des argu­ment d’Émilie Chalas.

 

En l’oc­cur­rence que « la baisse des APL n’a pas mis en dif­fi­culté les orga­nismes HLM puisque aucun n’a mis la clef sous la porte ! » Interrogée ensuite sur le cli­mat « [Émilie] Chalas reste tota­le­ment favo­rable au Ceta », rap­portent ses contra­dic­teurs.  D’après elle, exposent-ils, « le Ceta est un accord qui per­met de sécu­ri­ser des échanges qui existent déjà ».

 

Une « étrange affir­ma­tion, relèvent les oppo­sants au traité, puisque le Ceta vise à aug­men­ter les échanges UE-Canada de 25 %. Pour nous le Ceta ne sécu­rise rien du tout et est au contraire un outil de dum­ping social et envi­ron­ne­men­tal ».

 

 

« Quand on est manifestants pacifistes, quand ça commence à chauffer, on s’écarte ! »

 

Abordant le thème de l’emploi et de la pré­ca­rité, le col­lec­tif revient enfin à des consi­dé­ra­tions plus locales. « Avec votre his­to­rique à Moirans, com­ment pou­vons-nous avoir confiance ? Comment comp­tez-vous répa­rer les dégâts de la poli­tique d’aus­té­rité du gou­ver­ne­ment ? », ques­tionne-t-il.

 

« Je m’en­gage, comme je l’ai fait à Moirans, à titu­la­ri­ser tous les contrac­tuels au bout du troi­sième contrat à hau­teur de 70 % du temps de tra­vail », a répondu Émilie Chalas. Ce qui n’empêche pas l’é­lue, indique le col­lec­tif, de jus­ti­fier la dota­tion de l’é­tat contrac­tua­li­sée par le pré­fet.

 

Juste après l'interpellation de Julien Terrier, le courroux des gilets jaunes face aux forces de police. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le col­lec­tif de gilets jaunes a fait remon­ter à Emilie Chalas son cour­roux face aux forces de police. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Quand on est mani­fes­tants paci­fistes, quand ça com­mence à chauf­fer, on s’é­carte ! ». Telle est la réponse de l’é­lue relayée par le col­lec­tif après l’é­vo­ca­tion de la « répres­sion d’État » lors des nom­breuses mani­fes­ta­tions de pro­tes­ta­tion des gilets jaunes. Et notam­ment ce qui s’est passé à Grenoble en décembre et le 1er mai 2019.

 

« Pluie de gre­nades, nasses, charges sans som­ma­tion, arres­ta­tions pièges, gardes‑à vue indignes, bles­sures irré­pa­rables et inad­mis­sibles. Nous avons demandé [à] Mme Chalas de se pré­oc­cu­per de ces faits et du deve­nir des per­sonnes bles­sées et injus­te­ment mises en cause ».

 

 

« Vous avez le droit de ne pas être d’accord ! »

 

Enfin, le col­lec­tif en est arrivé à la sixième ques­tion por­tant notam­ment sur la démo­cra­tie et la légi­ti­mité du man­dat de l’é­lue. « J’estime avoir le man­dat des élec­teurs qui ont voté pour moi […]. J’ai qui­tus pour voter l’ensemble du pro­gramme pour lequel nous avons été élus », a rétor­qué Émilie Chalas. Laissant ainsi le col­lec­tif sur sa faim.

 

« Tout cela ne nous laisse aucun espoir concer­nant la démo­cra­tie locale et par­ti­ci­pa­tive qu’Émilie Chalas dit vou­loir mettre à l’hon­neur dans son pro­gramme muni­ci­pal. Elle n’a pas l’in­ten­tion de nous consul­ter une fois élue. Elle aura qui­tus ! », iro­nise le col­lec­tif.

 

Emilie Chalas votant au budget participatif 2018 Crédit DR

Emilie Chalas votant au bud­get par­ti­ci­pa­tif 2018. Crédit DR

 

Quant à ses conclu­sions sur l’en­tre­vue, elles sont du même aca­bit. « Nous avons eu affaire avec la repré­sen­tante de LREM en Isère et pas notre repré­sen­tante de l’Isère à l’Assemblée natio­nale. » Et pour cause, pour­suit le groupe de citoyens, « durant deux heures, la péda­gogue doc­tri­naire de LREM a déve­loppé les élé­ments de lan­gage “macro­nistes”, en jus­ti­fiant tout sans nuance ». Le tout ponc­tué d’un « vous avez le droit de ne pas être d’ac­cord ! Merci Mme la dépu­tée ».

 

 

Joël Kermabon

 

 

Émilie Chalas salue « une vraie discussion sans tiraillements ou tensions » avec le collectif

 

« Ça fait six – huit mois que je vois les gilets jaunes inter­ve­nir de façon impromp­tue ou en tout cas dans des condi­tions pas tout à fait favo­rables au dia­logue. Là c’é­tait un ren­dez-vous prévu en juillet, ça s’est très bien passé, ils étaient très orga­ni­sés », explique Émilie Chalas.

 

La permanence parlementaire des députés Chalas et Véran face au collectif © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Sur la forme, l’é­lue évoque une « vraie dis­cus­sion sans tiraille­ments ou ten­sions » avec des temps de parole res­pec­tés. « Ils ne sont pas venus pour pro­tes­ter mais pour poser des ques­tions », recon­naît-elle. Émilie Chalas juge ces pre­miers échanges fruc­tueux.

 

« C’est tou­jours inté­res­sant de voir com­ment les gens com­prennent ce que l’on fait à l’Assemblée. Ou encore com­ment est per­çue la poli­tique du gou­ver­ne­ment, com­ment ils voient le rôle du député, le rap­port aux fake news… », pour­suit-elle. Quant au fond, « savoir quels sont les sou­cis de ces gens-là, c’é­tait tout aussi inté­res­sant », sou­ligne la dépu­tée.

 

 

Le seul moment de crispation de la rencontre

 

Le sujet le plus com­pli­qué à trai­ter parmi les ques­tions posées ? Celui rela­tif à la police et à la répres­sion lors des mani­fes­ta­tions. « Beaucoup d’entre-eux ont eu peur au vu des vio­lences et for­cé­ment, là-des­sus, nous n’a­vons pas le même regard », admet-elle. Là fût d’ailleurs le seul moment de cris­pa­tion de la ren­contre, se sou­vient Émilie Chalas. « Je crois en la jus­tice tan­dis qu’ils res­sentent de la défiance vis-à-vis de l’institution judi­ciaire en consi­dé­rant que la police reste impu­nie. »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Banderole du col­lec­tif contre la majo­rité d’Emilie Chalas. © Joël Kermabon – Place Gre’net

La par­tie la plus construc­tive ? Celle trai­tant de la situa­tion des fonc­tion­naires. « Là, concrè­te­ment j’a­vais des choses à leur dire. Voilà ce qu’on a fait, voilà où l’on va, les orien­ta­tions… », retrace l’é­lue. Pour autant, Émilie Chalas était bien consciente que les désac­cords étaient inévi­tables.

 

« Bien sûr qu’il y avait de la pro­vo­ca­tion dans les ques­tions for­mu­lées. Notamment lors­qu’ils m’ont demandé de voter contre le Ceta au deuxième scru­tin alors que j’a­vais voté pour. » La dépu­tée ne se berce pas d’illu­sions. « Nous n’é­tions pas dans la posi­tion de nous convaincre mutuel­le­ment. Il était inté­res­sant d’en­tendre leurs argu­ments et, inver­se­ment, de leur faire com­prendre que cer­taines de leurs affir­ma­tions étaient fausses. »

 

 

« Qu’auriez-vous fait à notre place ? Comment voyez-vous les choses ? »

 

« Nous avons aussi parlé de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive, et là aussi c’é­tait inté­res­sant car il y avait Guy Tuscher, un ancien élu de la majo­rité », se remé­more la dépu­tée. « Ils jugent que les dépu­tés, le gou­ver­ne­ment et le sys­tème de Piolle n’é­coutent pas les gens suf­fi­sam­ment ». L’occasion pour l’é­lue de ren­ver­ser les rôles.

 

Emilie Chalas - collectif © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Qu’auriez-vous fait à notre place ? Comment voyez-vous les choses ? », leur a‑t-elle demandé. « Là on voit bien que les réponses sont beau­coup plus com­pli­quées car l’exer­cice du pou­voir, c’est la confron­ta­tion au réel », sou­ligne Émilie Chalas.

« Ils veulent la révo­lu­tion, la VIe République… Hé bien non ! » Comme autre grief, la légi­ti­mité des élus, très contes­tée par les gilets jaunes.

 

« Les élec­tions ne devraient pas mar­cher comme ça, nous sommes mal élus… Il y a une lame de fond d’illé­gi­ti­mité et de reproches », regrette la dépu­tée. Toujours et-il que sur le Ceta Émilie Chalas a pro­mis de répondre à leur contre-argu­men­taire « mais seule­ment sur les nou­veaux élé­ments », pré­cise-t-elle.

 

Emilie Chalas prête à continuer à discuter avec le collectif

 

Deux autres points ont par ailleurs éga­le­ment fait consen­sus. « Tout d’a­bord nous nous sommes dit qu’il serait inté­res­sant de pro­gram­mer d’autres séquences pour conti­nuer à dis­cu­ter à la fois sur les textes de loi et sur le pro­jet muni­ci­pal. » L’autre point ? « Que ce soit à notre tour de leur poser des ques­tions car ils estiment être trop en posi­tion d’at­tente de réponses. »

 

Une chose est sûre, déclare Émilie Chalas, « ils ont des cer­ti­tudes alors que je n’en ai aucune ». En effet, estime-t-elle, « quand on n’est pas au pou­voir, c’est facile d’être idéa­liste, dog­ma­tique ou péremp­toire ».

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4213 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Certaines thé­ma­tiques ne sont pas abordées,à croire qu’elles n’existent pas.
    Face à une démo­cra­tie chancelante,qui n’ar­rive plus à assu­rer le bien être de
    ses citoyens, il est urgent de réta­blir l’ordre et de faire res­pec­ter les lois,afin
    de faire dis­pa­raître les inci­vi­li­tés qui détruisent notre société.
    La ques­tion que le Collectif oublie de poser à Madame Chalas, est la sui­vante.
    « Que faire pour per­mettre aux femmes seules de sor­tir en ville le soir , sans
    qu’elles ne soient ter­ro­ri­sées par le risque élevé de se faire agres­ser » ?

    sep article
  2. Ce « col­lec­tif » semble fort peu pré­oc­cupé par les ques­tions locales : insé­cu­rité, pol­lu­tion, embou­teillages, fer­me­ture des crèches et des classes, etc…

    On n’at­tend pas d’une élue locale qu’elle ait réponse à tout sur le CETA et la réforme des retraites. Il ne faut pas tout confondre. Comme sou­vent à Grenoble, des mili­tants sans aucune légi­ti­mité tentent de s’ac­ca­pa­rer le débat public.

    sep article