La seconde marche blanche inter-communautaire en mémoire d’Olivier Mambakasa marquée par des incidents à Grenoble

sep article

 

REPORTAGE VIDÉO – Une nouvelle marche blanche en mémoire d’Olivier Mambakasa, victime d’une agression mortelle le 17 août, a rassemblé entre 350 et 400 personnes ce samedi 31 août à Grenoble. Une manifestation placée sous le signe de la justice et de la solidarité inter-communautaire. Toutefois, malgré des appels au calme, quelques incidents et dégradations ont émaillé la fin du parcours, au moment où la préfecture recevait une délégation.

 

 

Avant le départ du cortège inter-communautaire en hommage à Olivier Mambakasa © Joël Kermabon - Place Gre'net

Avant le départ du cortège inter-communautaire. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Stop au racisme et à la violence », pouvait-on lire sur la banderole en tête de cortège, tandis que des manifestants scandaient à l’envi « Justice pour Olivier ! » Ce samedi 31 août, avait lieu à Grenoble la seconde marche blanche organisée en mémoire d’Olivier Mambakasa.

 

La mort de ce quadragénaire d’origine congolaise, poignardé au Village olympique le 17 août, a suscité tristesse, indignation et colère. Notamment chez les personnes originaires d’Afrique subsaharienne et, plus particulièrement, au sein de la communauté congolaise de Grenoble (CCG), directement touchée.

 

Ce meurtre, dont le caractère raciste ne fait aucun doute pour les proches de la victime, serait à l’origine des vives tensions inter-communautaires qui ont agité le quartier de l’Arlequin ces derniers jours.

 

De fait, les organisateurs avaient cherché à limiter les risques en invitant un imam et un pasteur lors de la tribune improvisée avant le départ du cortège. « Toutes les composantes de France doivent continuer à dénoncer ces atrocités. Elle doivent faire face à ces gens qui transgressent sans cesse ses principes et ses valeurs », a solennellement déclaré l’imam.

 

 

« Arlequin ! Arlequin ! »

 

Les organisateurs ont par ailleurs multiplié les paroles insistant sur le caractère pacifique et non communautaire de cette nouvelle marche. Mais cela n’a pas suffi à déminer le terrain. Malgré les appels au calme lancés par la sœur de la victime et Aristote Bolangi, le président de la CCG, certains criaient encore vengeance dans le cortège.

 

Marche blanche en hommage à Olivier Mambakasa. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

En effet, des jeunes gens très remontés tenaient à partir manifester à la Villeneuve, scandant avec véhémence « Arlequin ! Arlequin ! Arlequin !… » Il a fallu pas moins que l’intervention d’un imam et du président de la CCG pour qu’ils entendent raison et réintègrent le cortège.

 

C’était un peu reculer pour mieux sauter puisque des incidents ont finalement éclaté en fin de parcours. Ce alors même que la préfecture avait accepté de recevoir une délégation, composée dans une certaine confusion.

 

Reportage Joël Kermabon

 

Les principaux objectifs de l’entrevue à la préfecture ? Demander au préfet plus de sécurité ainsi qu’une aide financière pour la famille d’Olivier Mambakasa afin qu’elle puisse organiser des obsèques dans la dignité.

 

 

La Ville de Grenoble participera à la prise en charge des obsèques

 

Les incidents qui ont émaillé la fin de la marche n’ont par ailleurs pas manqué de faire réagir Éric Piolle, le maire de Grenoble. « Malgré les appels au calme […], des incidents ont éclaté à l’issue de la marche blanche, entraînant des dégradations sur le mobilier urbain. Une manifestante a été blessée et prise en charge par les sapeurs-pompiers », a déclaré l’édile.

 

Ce dernier, qui a rencontré les associations de la communauté congolaise ce vendredi 30 août, appelle au calme, « indispensable au respect du deuil de la famille et au bon déroulé de l’enquête qui avance ».

 

Les forces de l'ordre ont repoussé un groupe de manifestant qui tentait de se diriger vers le quartier de l'Arlequin pour venger Olivier Mambakasa

Les forces de l’ordre ont repoussé un groupe de manifestants qui tentaient de se diriger vers le quartier de l’Arlequin. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Je condamne les violences et dégradations survenues dans Grenoble à l’issue de la marche blanche. Le moment est au recueillement », ajoute le maire. Avant d’assurer qu’à la demande de la famille, « la Ville de Grenoble participera à la prise en charge des obsèques d’Olivier Mambakasa ».

 

Joël Kermabon

 

commentez lire les commentaires
3476 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Depuis longtemps en France l’état n’accomplit plus sa mission : utiliser la violence pour que les citoyens n’utilisent pas la violence entre eux. D’ou la résolve de certains de prendre la justice en leurs mains

    sep article
  2. C’est déplorable, certes. Mais hélas, tous les jours des hommes et des femmes meurent tous les jours à cause de leurs origines. Noirs ou blancs.

    sep article
  3. Ce sont ceux qui laissent les violences s’exprimer et qui n’assument pas leurs
    responsabilités qui rendent nos villes invivables aux résidents .
    Un maire d’un village vient de préciser devant ses juges « c’est à moi qu’il revient
    de protéger la population qui m’a élu ».
    La tranquillité publique est le paramètre essentiel au bien vivre ensemble.
    Cette tranquillité n’existe plus et je ne vois aucun élu proposer de la rétablir .
    Je déplore qu’Olivier, soit la victime innocente de l’insécurité récurrente
    qui perdure sur Grenoble …

    sep article