Blaze sauvage "Vandal fest" dégradant certaines fresques à Grenoble quartier Berriat Saint Bruno. Ici sur l'oeuvre "Stellär" de Serty31 du street art festival 2015, située au 33 rue Abbé Grégoire © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Street art fest Grenoble-Alpes : alors que le succès ne se dément pas, des opposants ferraillent… voire menacent

Street art fest Grenoble-Alpes : alors que le succès ne se dément pas, des opposants ferraillent… voire menacent

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

ENQUÊTE – Avec la forte montée en puissance du Street Art Fest Grenoble-Alpes, les fresques fleurissent un peu partout dans l’agglomération. À un rythme tel que d’aucuns s’en inquiètent et s’interrogent. Qui paye ? Qui autorise ? Où s’arrêtera-t-on ? Certains opposants pointent même le risque de gentrification des quartiers populaires avec la venue d’artistes mondialement reconnus. Peurs infondées ou dérives d’un festival commercial ? État des lieux.

 

 

Girl behind the chimney de Wild Drawing réalisée dans le cadre de la cinquième édition de Street art festival Grenoble Alpes © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

« Girl behind the chim­ney » de Wild Drawing réa­li­sée dans le cadre de la 5e édi­tion de Street art fes­ti­val Grenoble Alpes. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Championnet, Berriat – Saint-Bruno, Villeneuve, Hoche, Capuche… Ces quar­tiers en centre-ville ou à la péri­phé­rie de Grenoble sont en passe de deve­nir de véri­tables musées à ciel ouvert. S’y ajoutent désor­mais ceux des com­munes de Fontaine, Saint-Martin-d’Hères et Pont-de-Claix, plus récem­ment entrées dans la danse.

 

C’est un fait : les fresques du Street Art Fest Grenoble-Alpes attirent. Habitants de l’agglomération et d’ailleurs ainsi que tou­ristes y débarquent désor­mais pour décou­vrir les œuvres d’ar­tistes mon­dia­le­ment reconnus.

 

La cin­quième édi­tion de l’é­vé­ne­ment, en juin 2019, a ainsi vu naître une cin­quan­taine de réa­li­sa­tions. Ce qui porte à 180 le nombre de ces fresques urbaines grand for­mat aux styles très divers. Dont une cen­taine de très grande taille.

 

 

Ces stars mondiales du street art qui attirent les touristes

 

« Les par­cours thé­ma­tiques autour du street art sont nos visites qui fonc­tionnent le mieux », constate Yves Exbrayat, direc­teur de l’office de tou­risme de Grenoble. Cette ten­dance devrait per­du­rer, à condi­tion que le street art fest conti­nue à faire venir des stars inter­na­tio­nales, poursuit-il.

 

"Rose Girl" de Shepard Fairey, 5 boulevard Maréchal Joffre, probablement l'une des attractions les plus remarquées et commentées de la cinquième édition du Street art fest Grenoble-Alpes 2019. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

« Rose Girl » de Shepard Fairey, 5 bd Maréchal Joffre, parmi les œuvres les plus remar­quées de la 5e édi­tion du Street art fest Grenoble-Alpes 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

L’édition 2019 est, à ce titre, très satis­fai­sante. Elle a, pour le moins, engrangé son lot de signa­tures d’ar­tistes de renom, comme le duo espa­gnol Pachiavo, le belge Imer, le cana­dien Li-Hill, l’artiste ori­gi­naire de Bali, Wild Drawin… Le graf­feur hol­lan­dais Veks Van Hillik venait, lui, pour la deuxième fois. Pour Robert Proch, artiste polo­nais, c’é­tait le der­nier fes­ti­val. Il aura peint son ultime fresque à Fontaine, avant de pas­ser l’arme à gauche.

 

Mais c’é­tait sans conteste l’américain Shepard Fairey le plus attendu. Sur son site, le groupe métro­po­li­tain Rassemblement citoyen soli­daire éco­lo­giste (RCSE) s’ex­ta­siait en annon­çant sa venue : « L’un des street-artistes les plus en vue de la pla­nète, le fameux Shepard Fairey, alias Obey, qui est l’objet d’une expo au long cours (du 6 au 20 octobre 2019) […] offrira au ter­ri­toire métro­po­li­tain une œuvre monu­men­tale de sa main, sur un mur de 20 mètres ! »

 

Clou du fes­ti­val 2019, l’icône mon­diale du street art a gra­ti­fié la capi­tale des Alpes d’une fresque géante sur­nom­mée Rose girl, ornant le pignon du bâti­ment du res­tau­rant uni­ver­si­taire du Crous. Si tout va bien, cette réa­li­sa­tion d’Obey devrait per­du­rer une quin­zaine d’an­nées. Soit la durée de vie moyenne de ces œuvres de rue, selon le direc­teur du Street Art Fest, Jérôme Catz.

 

 

« De moins en moins de réticences »

 

À ce défilé de stars mon­diales à Grenoble, le grand public trouve glo­ba­le­ment peu à redire. Même si, comme toute forme de créa­tion artis­tique, le street art ne laisse pas indif­fé­rent. On aime ou pas telle ou telle réa­li­sa­tion pour des rai­sons propres à chacun.

 

Quant au prin­cipe de dif­fu­ser le street art dans tous les quar­tiers de Grenoble, il appa­raît plu­tôt bien accepté par une majo­rité d’ha­bi­tants. La ville s’égaye de cou­leurs. Et un mur décoré vaut tou­jours mieux qu’un mur de béton gris, consi­dèrent nombre d’entre eux.

 

Pichiavo à Fontaine, Street Art Fest 2019. © Nina Soudre

Pachiavo à Fontaine, Street Art Fest 2019. © Nina Soudre

 

Ce que confirme Céline Canard, média­trice de Street Art Fest, notant que, de fes­ti­val en fes­ti­val, les Grenoblois sont de plus en plus favo­rables au street art. « Avant, il y avait cer­tains retours néga­tifs. Il y a moins de réti­cences, jauge-t-elle, parce que les gens s’ap­pro­prient les œuvres, en parlent… Cela crée un lien entre les habi­tants et le quar­tier. C’est quelque chose qui agran­dit leur hori­zon. »

 

Au 2 rue Mozart à Grenoble, la fresque réalisée par l'artiste Jaba lors du "street art Fest" Grenoble-Alpes 2017, émaillée de messages d'opposants au festival © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Au 2 rue Mozart à Grenoble, la fresque réa­li­sée par l’ar­tiste Jaba lors du Street art Fest 2017, émaillée de mes­sages d’op­po­sants au fes­ti­val. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

D’aucuns com­mencent tou­te­fois à se poser des ques­tions sur les cir­cuits de déci­sion et sur l’ex­ten­sion du phé­no­mène, qui paraît sans entrave.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 75 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Brèche, oeuvre du street artiste Asaz One offerte au grand public à l'occasion du projet Impressions partagées en 2021. DR
Impressions partagées : 260 œuvres de quatre street artistes offertes au grand public à Grenoble

FIL INFO - Du 15 novembre au 12 décembre 2021, la fondation Desperados pour l’Art urbain reconduit son projet Impressions Partagées pour une deuxième saison. Lire plus

"Mime in motion", œuvre d'Anthony Lister réalisée sur le gymnase Hoche à Grenoble en 2016. DR
Éric Piolle interpellé au sujet de l’exposition de l’artiste Anthony Lister soupçonné de viol par la justice australienne

FLASH INFO - La conseillère municipale d'opposition Brigitte Boer interpelle le maire de Grenoble Éric Piolle au sujet de l'exposition d'Anthony Lister programmée par le centre Lire plus

Pour célébrer les 35 ans d'ouverture de ses "missions France", Médecins du Monde a convié le street artiste Aitho à réaliser une fresque sur le boulevard Joseph Vallier, à Grenoble, ce samedi 16 octobre 2021. © Médecins du Monde
Grenoble : Médecins du Monde fête ses 35 ans de missions en France avec une fresque murale et un jeu-concours

FOCUS - Pour célébrer les trente-cinq ans de ses missions en France, Médecins du Monde a lancé "l'Opération Colombes", en collaboration avec des street artistes, Lire plus

Yves Exbrayat, directeur de l'office de tourisme et Roland Manon, directeur adjoint, présentant "Grenoble Grand Air" © Corentin Bemol - Place Gre'net
« Grenoble Grand Air », un programme aéré cet été pour (re)découvrir la ville

  EN BREF - L’été à Grenoble se fera en plein air ou ne se fera pas ! L’office de tourisme de la métropole propose, Lire plus

Snek allie légèreté et précision en mêlant or et encre dans ses calligraphies. © Anissa Duport-Levanti
Le graffeur Snek expose ses œuvres à Grenoble sur le monde qui se dégrade

  EN BREF – Snek, le célèbre artiste de street art grenoblois, expose ses œuvres dans la boutique de vélos Dead is Hype. Curieux et Lire plus

Les collages de l’américain Eddie Colla en centre-ville de Grenoble… rapidement décollés par les services de la Ville

  EN BREF — Plus éphémères que jamais, les collages de l'artiste américain Eddie Colla auront tenu moins de quarante-huit heures sur les murs du Lire plus

Flash Info

|

15/01

13h56

|

|

14/01

20h48

|

|

14/01

16h22

|

|

14/01

10h53

|

|

14/01

10h01

|

|

13/01

18h54

|

|

13/01

13h09

|

|

13/01

10h51

|

|

13/01

10h32

|

|

12/01

17h30

|

Les plus lus

Le groupe d'opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Flash info| Le groupe d’opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Le festival Magic Bus revient sur l'Esplanade pour sa 21e édition en 2022. © Retour de scène

Culture| Festival Magic Bus : après l’anneau de vitesse en 2021, retour sur l’Esplanade en 2022

Affaire Maëlys : une enquête ouverte pour violation du secret professionnel. Couloir du Palais de Justice de Grenoble où on peut voir une avocate. ©Malo Dumay Joubert - Placegrenet.fr

Flash info| Affaire Maëlys : après un reportage de TF1, le parquet de Grenoble ouvre une enquête pour violation du secret professionnel

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin