Game over pour Natural Game : la dernière boutique indépendante de jeu vidéo de Grenoble ferme ses portes

sep article



 

FOCUS — Game over pour Natural Game. La boutique indépendante dédiée au jeu vidéo du quartier Championnet mettra définitivement la clé sous la porte le soir du samedi 31 août. Autrefois rendez-vous prisé des joueurs de Grenoble, le commerce a dû faire face à une baisse drastique de sa fréquentation. En cause, selon son directeur ? La concurrence des grandes surfaces, la mutation du marché… et les travaux dans Grenoble.

 

 

Rendez-vous incon­tour­nable des “gamers” de Grenoble durant quinze ans, elle était aussi sa der­nière bou­tique indé­pen­dante dédiée au jeu vidéo : Natural Game a annoncé qu’elle met­trait défi­ni­ti­ve­ment la clé sous la porte au soir du samedi 31 août. Une nou­velle, tom­bée fin juillet sur les réseaux sociaux, qui n’est pas pas­sée inaper­çue, mal­gré la tor­peur de l’été et les grandes vacances. Non sans sus­ci­ter tris­tesse et, déjà, une cer­taine pointe de nos­tal­gie.

 

La devanture de Natural Game, au sein du quartier Championnet de Grenoble. © Florent Mathieu - Place Gre'net

La devan­ture de Natural Game, au sein du quar­tier Championnet de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Situé quar­tier Championnet, Natural Game par­ta­geait son acti­vité entre deux pôles : d’une part, la vente de jeux vidéos neufs ou d’oc­ca­sion, d’ac­ces­soires ou encore de pro­duits déri­vés. D’autre part, un espace dédié au jeu en réseau local, où les gamers gre­no­blois pou­vaient s’af­fron­ter ou jouer en coopé­ra­tion au cours de LAN par­ties (par­ties en réseau) endia­blées. Le suc­cès était au ren­dez-vous : au plus fort de son acti­vité, la bou­tique ouvrait sept jours sur sept.

 

 

Une « baisse drastique de la fréquentation »

 

Comment en est-on arrivé à une fer­me­ture ? Benjamin Paturel, le pro­prié­taire de Natural Game, ne fait pas dans la langue de bois : « Ça a com­mencé à sen­tir mau­vais dès qu’ils ont fait des tra­vaux dans Grenoble en avril 2017, sur Gambetta et ailleurs ». La consé­quence ? Une « baisse dras­tique » de la fré­quen­ta­tion du com­merce… et une chute du chiffre d’af­faires attei­gnant les  60 %.

 

Travaux dans le centre ville de Grenoble en 2017 © Chloé Ponset - Place Gre'net

Travaux dans le centre-ville de Grenoble en 2017. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

« La majo­rité des clients sont des gens exté­rieurs à Grenoble et, pour eux, c’est for­cé­ment un dépla­ce­ment en véhi­cule. Alors les per­sonnes sont allées là où c’é­tait plus facile pour elles, sou­vent dans les grandes sur­faces », pour­suit Benjamin Paturel. Qui explique avoir inter­pellé la muni­ci­pa­lité au cours d’une réunion publique sur la néces­sité d’indemniser les com­mer­çants tou­chés. Réponse ? « Apparemment, les caisses sont vides. » (voir enca­dré)

 

Dès lors, le res­pon­sable de Natural Game ima­gine deux pos­si­bi­li­tés. Celle d’un com­merce gre­no­blois retrou­vant des cou­leurs, une fois les tra­vaux ter­mi­nés, non sans avoir connu de nom­breuses fer­me­tures entre temps. Ou celle d’une com­mune pri­vée de ses com­merces, faute d’ac­cès pour les véhi­cules, excep­tées « des pistes cyclables dont per­sonne ne se sert ». « Le centre-ville ne sera plus alors qu’un no man’s land, une cité dor­toir », redoute Benjamin Paturel.

 

 

Un secteur en guerre… et en pleine mutation

 

Lucide, le direc­teur de la bou­tique a conscience que d’autres élé­ments entrent en jeu dans la baisse de fré­quen­ta­tion. « Les tra­vaux, ça a été la goutte d’eau. Mais nous sommes aussi un dom­mage col­la­té­ral dans la guerre aux parts de mar­ché. » Certaines grandes sur­faces cassent volon­tiers les prix au moment de la sor­tie d’un jeu phare. « C’est dur de dire à ma clien­tèle que mon jeu est 20 euros plus cher qu’à Carrefour », sou­pire-t-il.

 

Benjamin Paturel, directeur de Natural Game © Florent Mathieu - Place Gre'net

Benjamin Paturel, direc­teur de Natural Game © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Si l’ac­ti­vité de conseil et le carac­tère convi­vial d’un com­merce indé­pen­dant per­met­tait encore d’at­ti­rer les clients, l’ex­plo­sion du déma­té­ria­lisé a aussi accru les dif­fi­cul­tés. De plus en plus de joueurs achètent et télé­chargent en effet les jeux en ligne, via des pla­te­formes dédiées sur PC comme sur consoles. Nombre de gamers jouant sur PC ne sont même plus équi­pés de lec­teurs de disques. Comme pour la musique, le mar­ché mute ainsi irré­mé­dia­ble­ment vers le « tout démat” ».

 

Et Benjamin Paturel de pré­dire aux com­merces phy­siques de jeux vidéos le même ave­nir que celui des vidéo clubs : « Pour moi, dans cinq ou six ans, il ne res­tera plus per­sonne d’autre que les grosses enseignes ». Chute de fré­quen­ta­tion oblige, Natural Game n’aura pas eu la “chance” de tes­ter sa résis­tance face aux muta­tions du mar­ché. « Quand vous avez des pro­blèmes tous azi­muts, vous ne pou­vez plus faire face », résume son direc­teur.

 

 

« Une page qui se tourne »

 

Quel ave­nir pour les joueurs gre­no­blois ? « Je ne suis pas inquiet : les gens qui aiment le jeu vidéo se retrou­ve­ront tou­jours. Ils ont pris le pli de se retrou­ver chez eux, dans les parcs… Et il y a des tas d’as­so­cia­tions qui existent, sou­vent mécon­nues », juge Benjamin Paturel. Pas ques­tion de par­ler des « orphe­lins » de Natural Game : le direc­teur affiche une cer­taine humi­lité, tout en évo­quant les nom­breux mes­sages de sym­pa­thie reçus depuis l’an­nonce de sa fer­me­ture.

 

Les rayonnages de jeux récents et retro de Natural Game seront bientôt vides. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les rayon­nages de jeux récents et retro de Natural Game seront bien­tôt vides. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

De la tris­tesse ou de la colère ? « J’ai fait mon deuil, je ne vais pas venir bos­ser tous les jours en tirant la gueule, ou sinon j’au­rais fermé dès que ça n’al­lait plus », explique-t-il. Non sans une cer­taine ran­cune : « Je ne suis pas très poli­tique, je vois juste ce qui m’im­pacte et j’en tire mes propres conclu­sions. Et depuis que la Métro est en place, rien ne va plus ! », lance-t-il. Tout en pré­ci­sant appré­cier au départ le « côté vert » de la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise.

 

Benjamin Paturel ne manque pas de pro­jets pour la suite, quand il aura pris des vacances bien méri­tées au sor­tir de l’été. Le com­merce ou le monde du jeu vidéo ne semblent cepen­dant pas en faire par­tie, quand bien même il res­tera le joueur qu’il a tou­jours été. Et de conclure avec une cer­taine phi­lo­so­phie : « C’est une page qui se tourne. On s’est amu­sés pen­dant quinze ans, c’est une bonne durée de vie pour un petit maga­sin ! »

 

Florent Mathieu

 

 

LE SILENCE DE LA VILLE ET DE LA MÉTRO

 

Sollicitée par Place Gre’net face aux consi­dé­ra­tions du pro­prié­taire de Natural Game, la Ville de Grenoble nous ren­voie sur la Métro, « la com­pé­tence éco­no­mique étant une com­pé­tence métro­po­li­taine ». Exact, mais cela ne sem­blait pas poser pro­blème quand trois élus gre­no­blois s’é­taient dépla­cés pour pré­sen­ter les illu­mi­na­tions noc­turnes des Halles de Grenoble et leurs effets béné­fiques espé­rés pour les com­mer­çants des gale­ries. Ou quand le maire en per­sonne s’é­tait déplacé, en début d’été, pour l’inau­gu­ra­tion des locaux d’une savon­ne­rie bio dans le quar­tier Mistral.

 

Place Gre’net s’est tourné aussi vers les ser­vices de Grenoble Alpes Métropole recom­man­dés par la Ville. Réponse ? La chef de pro­jet “com­merces centre ville” explique « être absente jus­qu’au mardi 27 août », date à laquelle elle pren­dra connais­sance de notre mes­sage. En somme, un retour juste à temps pour pou­voir pro­fi­ter des 30 % de réduc­tion que Natural Game effec­tue sur l’en­semble de son stock… avant sa fer­me­ture défi­ni­tive.

 

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
15342 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Benj et son équipe vont me man­quer. Je vous sou­haite de réus­sir dans vos futurs pro­jets. MERCI pour toutes ces années de pas­sion.

    sep article
  2. oh non 🙁
    ils étaient ado­rables.
    Merci pour l’en­cart amu­sant.
    Sans être par­ti­san pro / anti mai­rie il y a un vrai sou­cis de grandes acces­sibles – pour­quoi agran­dir Grand Place ? faire à St Martin d’Here le centre com­mer­cial Neyrpic ? alors que les com­mercent en ville souffrent, que le sta­tion­ne­ment est com­pli­qué et cher (je parle pas de la cir­cu­la­tion).
    A un moment il va fal­loir accep­ter que Grenoble est passé de l’autre coté : n’est plus une ville. Et qu’il faut une poli­tique de revi­ta­li­sa­tion du centre ville comme des villes plus sinis­trées (Privas, Valence…).
    La voi­ture est un sou­cis. Mais il faut être prag­ma­tique.
    Bonne conti­nua­tion à toute l’é­quipe.

    sep article