Bienvenue chez les sorciers : une boutique dédiée à l’univers de Harry Potter ouvre à Grenoble le 31 août

sep article



 

FOCUS – Un magasin dédié aux romans et films Harry Potter va bientôt faire son apparition à Grenoble. La Boutique sur demande et ses 250 m2 consacrés au sorcier le plus célèbre de ces dernières décennies ouvrira ses portes au public le samedi 31 août. Un projet porté par un passionné qui s’inscrit dans une vague d’ouvertures de boutiques similaires dans de nombreuses ville de France. Preuve que le succès de la saga ne se dément, plus de dix ans après la parution de son dernier tome.

 

 

Reims, Rennes, Nantes, Poitiers, Limoges… Depuis plu­sieurs mois, peut-être d’un coup de baguette magique, des bou­tiques inté­gra­le­ment dédiées à l’u­ni­vers de Harry Potter ouvrent leurs portes dans de nom­breuses villes de France. La région Auvergne-Rhône-Alpes ne fait pas excep­tion : après l’ou­ver­ture de L’Officine à Lyon en décembre 2018, c’est au tour de Grenoble d’ac­cueillir la Boutique sur demande, le samedi 31 août.

 

En quelques coups de baguette magique, le 12 Grande rue se transformera en Boutique sur demande samedi 31 août. © Florent Mathieu - Place Gre'net

En quelques coups de baguette magique, le 12 Grande rue se trans­for­mera en Boutique sur demande samedi 31 août. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les connais­seurs de la saga Harry Potter auront reconnu la réfé­rence à la « Salle sur demande », pièce secrète du châ­teau de Poudlard (voir lexique) qui n’ap­pa­raît qu’à ceux qui ont un besoin spé­ci­fique. Qu’il s’a­gisse de four­nir à Harry Potter et ses cama­rades l’é­qui­pe­ment néces­saire pour s’en­traî­ner clan­des­ti­ne­ment à lut­ter contre les forces du mal… ou d’of­frir à Albus Dumbledore une myriade de pots de chambre lorsque celui-ci fait face à une envie pres­sante.

&nbsp ;

 

« Un univers plus qu’une simple boutique »

 

Projet ambi­tieux, le fon­da­teur de la Boutique sur demande Paul Baron espère bien don­ner aux amou­reux de l’u­ni­vers du jeune sor­cier tout ce dont ils peuvent rêver… ou presque. À com­men­cer par les nom­breux pro­duits déri­vés offi­ciels, depuis les baguettes magiques à des objets “col­lec­tors”, en pas­sant par des vête­ments, des bijoux, de nom­breux jeux (Lego et autres) et même des articles de papè­te­rie sous licence Harry Potter.

 

Un exemple de produits Harry Potter dans les rayons de l'Officine, boutique dédiée au célèbre sorcier, rue Romarin à Lyon. © L'Officine

Un exemple de pro­duits Harry Potter dans les rayons de l’Officine, bou­tique dédiée au célèbre sor­cier, rue Romarin à Lyon. © L’Officine

Mais l’ob­jec­tif du lieu est aussi de per­mettre aux visi­teurs de s’im­pré­gner de l’am­biance Harry Potter, son châ­teau de Poudlard ou son vil­lage de Pré-au-Lard.

 

La Boutique sur demande pro­po­sera ainsi un espace salon et café dûment décoré, à la manière d’un BD Fugue où se mélangent l’ac­ti­vité de res­tau­ra­tion et de librai­rie.

 

Plus tard, la bou­tique devrait aussi ouvrir à l’é­tage un espace dédié aux jeux de société, cette fois à la façon d’un K Fée des Jeux.

 

« Le but, c’est de créer un uni­vers plus qu’une simple bou­tique », résume Paul Baron. À 31 ans, ce pro­fes­seur de mathé­ma­tiques de for­ma­tion choi­sit une nou­velle voie pro­fes­sion­nelle. Par pas­sion d’une part, car lui-même a bai­gné dans les livres puis les films Harry Potter au fur et à mesure de leur sor­tie. Par oppor­tu­nité, d’autre part : les bou­tiques Harry Potter « marchent de folie » et le jeune homme veut faire par­tie de l’a­ven­ture.

 

 

Un succès qui ne se dément pas

 

Harry Potter au som­met de sa gloire ? Si le der­nier tome de la saga date de 2007 et le der­nier film de 2011, les bou­tiques aux cou­leurs des quatre mai­sons de Poudlard fleu­rissent tou­jours en France, comme ailleurs en Europe. Un suc­cès tou­jours intact de la saga que ne suf­fisent pas à expli­quer les “exten­sions” au monde des sor­ciers que sont Les Animaux fan­tas­tiques, très diver­se­ment appré­ciées par les fans et la cri­tique.

 

La Boutique sur demande, dédiée à l'univers Harry Potter, ouvre ses portes aux Moldus à partir du samedi 31 août, au 12 Grande-Rue à Grenoble.Paul Baron dans les locaux (en travaux) de la future Boutique sur demande © Florent Mathieu - Place Gre'net

Paul Baron dans les locaux (en tra­vaux) de la future Boutique sur demande. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pour Paul Baron, l’u­ni­vers même d’Harry Potter est la clé de cet engoue­ment. « L’auteure [J.K. Rowling, NDLR] a créé un monde paral­lèle au nôtre et l’on est tou­jours en train de se dire en lisant les livres : “est-ce ima­gi­nable qu’un monde nous soit caché ?”, alors que d’autres uni­vers comme Le Seigneur des anneaux ou Game Of Thrones sont décon­nec­tés du nôtre, se passent dans un autre monde », ana­lyse-t-il.

 

À cela s’a­joute le carac­tère hau­te­ment fami­lial d’une saga comme Harry Potter, même si les aven­tures du sor­cier ne manquent pas de noir­ceur et peuvent prendre une teinte oppres­sante dans ses trois der­niers tomes.

 

« On touche une tranche d’âge qui va des petits de 6 ans à ceux de 35 ans [sic] et par­fois plus », estime cepen­dant Paul Baron. Qui compte bien faire de sa Boutique sur demande un lieu ouvert aux plus jeunes géné­ra­tions.

 

 

Ouverture le 31 août au 12 Grande rue de Grenoble

 

Quels pre­miers retours ? Afin de « faire le buzz » et de tes­ter l’ap­pé­tence du public, la bou­tique Harry Potter de Grenoble a lancé en début d’an­née une cam­pagne de dons sur les réseaux sociaux. « Cela m’a vrai­ment conforté dans mon pro­jet », confie Paul Baron, satis­fait du résul­tat. Au-delà des 4 000 euros récol­tés, qui n’ont rien de négli­geable, l’o­pé­ra­tion a entraîné une vraie adhé­sion sur laquelle le jeune entre­pre­neur compte bien s’ap­puyer.

 

Les Cosplay inspiré par Harry Potter ne sont pas rares durant le Hero Festival de Grenoble. Ici, un uniforme de la maison de Poutsouffle. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les Cosplay ins­piré par Harry Potter ne sont pas rares durant le Hero Festival de Grenoble. Ici, un uni­forme de la mai­son de Poutsouffle. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Tout comme il compte s’ap­puyer sur des par­te­na­riats avec d’autres acteurs cultu­rels locaux. Les idées ne manquent pas : des séances de tatouage, de maquillage ou de cos­tumes sous le signe d’Harry Potter. Et pour­quoi pas les cho­co­la­tiers, les ciné­mas, voire les agences de voyage pour des tra­jets sur les lieux de tour­nage ou autres. Le but affi­ché ? Toujours pro­po­ser quelque chose de nou­veau, une condi­tion sine qua non pour une bou­tique thé­ma­tique de ce genre.

 

Longtemps tenues secrètes, la date d’ou­ver­ture et l’a­dresse de la bou­tique sont enfin connues. Le 31 août au 12 Grande-rue, ses 250 mètres car­rés ouvri­ront au public avec, der­rière le comp­toir, Paul Baron et trois « sor­cières » d’ores et déjà embau­chées. Deux évé­ne­ments sont ins­crits dans le calen­drier : une « céré­mo­nie de répar­ti­tion » cou­rant sep­tembre et, natu­rel­le­ment, Halloween le 31 octobre. Reste à savoir à pré­sent si les Moldus seront pré­sents au ren­dez-vous !

 

Florent Mathieu

 

 

MYSTÈRES ET SORTILÈGES À GRENOBLE LE 8 SEPTEMBRE :

UN JEU GÉANT  “INSPIRÉ” DE L’UNIVERS DE HARRY POTTER

 

Preuve que la ren­trée gre­no­bloise se fera sous le signe de Harry Potter, la sai­son 2 de Mystères et Sortilèges fait une halte en centre-ville de Grenoble le dimanche 8 sep­tembre. « Jeu géant dans l’u­ni­vers des sor­ciers », Mystères et Sortilèges pro­pose une série d’in­dices à des joueurs seuls ou en équipe pour résoudre une énigme et « déjouer la pro­phé­tie de l’é­me­raude » en par­cou­rant les rues du centre-ville.

 

Mystères et Sortilèges ressemble comme deux gouttes d'eau à l'univers Harry Potter... comme par magie ?

Mystères et Sortilèges res­semble comme deux gouttes d’eau à l’u­ni­vers Harry Potter… comme par magie ?

 

Attention tou­te­fois : si le ren­dez-vous épouse à outrance les appa­rats de la saga Harry Potter, depuis les cou­leurs et polices de carac­tère aux noms des mai­sons (Tigredor, Becdaigle, etc.), Mystères et Sortilèges se gardent bien de pro­non­cer le nom du célèbre sor­cier. Et pour cause : la société orga­ni­sa­trice n’a clai­re­ment pas fait l’ac­qui­si­tion des droits. Prévoir (tout de même) entre 12 et 16 euros pour l’ins­crip­tion, sur réser­va­tion obli­ga­toire.

 

Petit lexique pour les non-initiés

 

Poudlard – Le Château de Poudlard (Hogwarts en anglais) accueille l’é­cole où les jeunes sor­ciers bri­tan­niques effec­tuent leur sco­la­rité de 11 à 18 ans. 

 

Albus Dumbledore – Le direc­teur de l’é­cole de magie du Château de Poudlard.

 

Les Dragées surprises de Bertie Crochue sont maintenant commercialisées dans le monde des Moldus.

Les Dragées sur­prises de Bertie Crochue sont main­te­nant com­mer­cia­li­sées dans le monde des Moldus.

Maisons de Poudlard – Les élèves de Poudlard se répar­tissent entre quatre mai­sons (Gryffondor, Serpentard, Poutsouffle et Serdaigle), déci­dés par le Choixpeau magique en fonc­tion de leur per­son­na­lité durant la Cérémonie de répar­ti­tion. Harry Potter appar­tient à la mai­son des Gryffondor, tan­dis que son adver­saire juré Drago Malefoy compte parmi les Serpentard.

 

Village de Pré-au-Lard – Appelé Hogsmeade en ver­sion orgi­nale, le vil­lage de Pré-au-lard se situe à proxi­mité de l’é­cole de Poudlard. On y trouve notam­ment une confi­se­rie où se vendent les Dragées sur­prise de Bertie Crochue, dont les goûts peuvent varier de la cerise à l’au­ber­gine en pas­sant par le vomi ou le lom­bric.

 

Moldus – Terme dési­gnant les non-sor­ciers. À ne pas confondre avec le terme “Cracmol”, qui désigne un sor­cier né sans pou­voir magique.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
21563 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Magnifique j ai 74 ans et j ai été au stu­dio à Londres.je pour­rais y res­ter des heures entières.merci pour se rêve que l on vas pou­voir revoir cette magie chez vous simone

    sep article