Plus d’une centaine de personnes ont défilé à Grenoble pour rendre hommage à Steve Maia Caniço

sep article

 

REPORTAGE VIDÉO – Près de 150 personnes ont défilé dans les rues de Grenoble ce vendredi 2 août en hommage à Steve Maia Caniço. Ce jeune animateur périscolaire nantais est mort noyé dans la Loire pendant la Fête de la musique après une intervention controversée des forces de l’ordre. Convaincus de leur responsabilité, les manifestants ont également dénoncé les violences policières survenues au cours de ces derniers mois.

 

 

Près de 150 personnes ont défilé dans Grenoble ce 2 août en hommage à Steve Maia Caniço décédé après une intervention controversée des forces de l'ordre © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ni oubli, ni par­don » mais aussi « en mémoire de Steve et des autres » pou­vait-on lire sur la ban­de­role de tête de cor­tège. Ce ven­dredi 2 août, près de 150 per­sonnes ont défilé paci­fi­que­ment dans les rues de Grenoble en hom­mage à Steve Maia Caniço.

 

Ce jeune ani­ma­teur péri­sco­laire avait dis­paru le soir de la fête de la musique durant un concert orga­nisé sur les quais de la Loire à Nantes (Loire-Atlantique). Les forces de l’ordre avaient alors dis­persé les fêtards dans des cir­cons­tances très contro­ver­sées, beau­coup les accu­sant d’être res­pon­sables de la mort du jeune homme.

 

Depuis la décou­verte de son corps dans les eaux du fleuve ce lundi 29 juillet, de nom­breux ras­sem­ble­ments en sa mémoire se déroulent en France durant tout le week-end.

 

 

Une manifestation pacifique mais les forces de l’ordre pointées du doigt

 

Si l’hom­mage à Steve était dans toutes les têtes, c’est aussi l’at­ti­tude des forces de l’ordre que les mani­fes­tants gre­no­blois poin­taient du doigt. Dans leurs rangs com­po­sés d’une majo­rité de gilets jaunes, beau­coup évo­quaient le sou­ve­nir des « autres vio­lences poli­cières » sur­ve­nues tout au long de ces der­niers mois.

 

Quant au rap­port de l’Inspection géné­rale de la police natio­nale (IGPN) concluant n’a­voir pu éta­blir aucun lien entre l’ac­tion des forces de l’ordre et la dis­pa­ri­tion de Steve, il n’a fait qu’empirer le cli­mat de défiance déjà bien ins­tallé dans les esprits.

 

De son côté, la CGT Police n’hé­site pas à cri­ti­quer des conclu­sions qui « ont sur­pris tant par leurs contenu que par la manière dont elle ont été ren­dues publiques »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Pour les mani­fes­tants, la messe est dite : la police, sa hié­rar­chie et le gou­ver­ne­ment doivent rendre des comptes. Deux par­tis d’op­po­si­tion – la France insou­mise et le PS – ont par ailleurs sou­haité l’ou­ver­ture d’une com­mis­sion d’en­quête par­le­men­taire pour éclair­cir les cir­cons­tances du décès de Steve Maia Caniço.

 

Verra-t-elle le jour alors qu’une infor­ma­tion judi­ciaire contre X pour « homi­cide invo­lon­taire » est ouverte ? Une chose est sure : le pré­sident du groupe LREM n’y est pas favo­rable.

 

Retour en images sur la mani­fes­ta­tion gre­no­bloise qui s’est dérou­lée dans le plus grand calme au départ du parc Paul-Mistral pour ral­lier la pré­fec­ture de l’Isère, place de Verdun.

 

 

Joël Kermabon

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
5814 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. C’était un acci­dent. Il faut arrê­ter de cou­pa­bi­li­ser la police- ils sont deja suf­fi­sam­ment démo­ra­li­sés par les attaques gau­chistes et la lâcheté du pou­voir qui ne prend pas la res­pon­sa­bi­lité

    sep article
    • Cher Amigo, qu’est-ce qui vous per­met de dire que c’é­tait un acci­dent ?
      Vous allez encore plus loin dans le dédoua­ne­ment de la police que la direc­trice de l’IGPN.

      sep article
      • Chère Caro,
        parce que en affir­mant que ce n’é­tait PAS un acci­dent, vous accu­sez la police d’un homi­cide volon­taire. Je pense que même _vous_ n’é­tais pas assez bête pour le faire.

        sep article
        • S’il s’a­vère que Steve est tombé parce qu’il a pani­qué dans les nuages de gaz lacry­mos comme 14 autres per­sonnes, mais lui ne savait pas nager, ce n’est pas un banal acci­dent, ce serait plu­tôt « vio­lences ayant entrainé la mort sans inten­tion de la don­ner », car le lâcher de lacry­mos et de balles ce n’est pas seule­ment le réta­blis­se­ment de l’ordre.
          Il y a des enquêtes autres que celles de l’IGPN, atten­dons.

          sep article