UGA : une quinzaine de candidats sans place selon les syndicats étudiants, mais en cours de réexamen selon la direction

sep article

 

FIL INFO – En mai 2018, à la suite des fortes mobilisations à l’encontre de Parcoursup, l’Université-Grenoble-Alpes promettait une place à tous les bacheliers de l’académie. Un an plus tard, une intersyndicale étudiante dénonce le « refus d’examen des dossiers » d’une quinzaine de candidats bacheliers grenoblois « sans facs ». Ce que conteste l’université.

 

 

Mobilisation étudiante contre la sélection à l'entrée de l'université, avril 2018 © Unef Grenoble

Mobilisation étudiante contre la sélection à l’entrée de l’université, avril 2018. © Unef Grenoble

L’encre n’a pas fini de couler à propos de la loi Oré et de son dispositif phare Parcoursup. Tandis que les phases d’admissions ont pris fin le 19 juillet, des syndicats étudiants recensent plus de 60 000 bacheliers français sans proposition pour la rentrée.

 

À l’Université-Grenoble-Alpes (UGA), une quinzaine de dossiers seraient, selon eux, toujours sans affectation, alors que Patrick Levy, son président, promettait, l’année dernière, une place à tous les bacheliers grenoblois. Qu’en est-il ?

 

 

« Une sélection qui ne dit pas son nom »

 

Inquiets pour leurs camarades « sans facs », la CNT Campus 38, l’Unef Grenoble et l’UNL Isère ont rencontré, le 19 juillet, des membres de la direction générale des formations de l’UGA.

 

Mobilisation étudiante contre la sélection à l'entrée de l'université, avril 2018 © Unef Grenoble

Mobilisation étudiante contre la sélection à l’entrée de l’université, avril 2018 © Unef Grenoble

L’intersyndicale déplore cependant « l’absence de réponses satisfaisantes » apportées par l’université ce jour-là. Une situation inacceptable pour les étudiants, qui dénoncent « une sélection qui ne dit pas son nom » de la part de l’UGA.

 

Contactée par Place Gre’net, la direction de l’université assure quant à elle qu’elle va leur « trouver une place (…) mais peut-être pas dans les filières demandées ».

 

Mais surtout, l’Université Grenoble Alpes précise que les situations évoquées avec les représentants de l’Unef et du CNT ne relèvent pas de la procédure Parcoursup. « Les dossiers évoqués concernaient d’autres modalités d’admission de licences et masters dans le cadre d’une procédure donnant lieu à l’examen du dossier de candidature, soit en raison du type de diplôme demandé (1re année de master par exemple) ou du statut du candidat (candidat n’ayant pas le titre requis) », assure ainsi l’UGA.

 

 

« La demande de réexamen est en cours d’instruction » selon l’UGA

 

Quid de l’avenir universitaire des candidats en question ? Ils ont, d’après l’UGA, demandé le réexamen de leur dossier. « La demande de réexamen est en cours d’instruction par les services de l’UGA en lien avec les composantes concernées« , précise cette dernière. Qui rappelle, par ailleurs, que ces candidats ont la possibilité d’échanger et d’être accompagnés par une “cellule orientation”.

 

Campus de Saint-Martin-d'Hères © Université de Grenoble

Campus de Saint-Martin-d’Hères. © Université de Grenoble

 

Concernant le processus d’admission sur Parcoursup, il se poursuit pendant l’été. Des places continuent ainsi à se libérer, indique l’université, qui précise avoir actuellement environ 600 places disponibles dans 41 parcours. Le dispositif d’écoute et d’accompagnement restera quant à lui effectif de fin août jusqu’à la fin de la procédure.

 

Nina Soudre

 

Comptoir de prêt retour : reprise du prêt de documents dans les bibliothèques municipales de Grenoble le 27 mai 2020
commentez lire les commentaires
3076 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.