Projet de loi de finances : la députée de l’Isère Monique Limon inquiète pour le budget des chambres d’agriculture

sep article

FIL INFO – Quarante-six députés LREM dont la députée de l’Isère Monique Limon dénoncent le projet du gouvernement de baisser la taxe additionnelle sur le foncier non bâti et, ce faisant, le budget des chambres d’agriculture. La mesure intervient alors que les organismes consulaires ont adopté un plan stratégique pour mieux accompagner les agriculteurs.

 

 

Monique Limon, candidate LREM

Monique Limon © Patricia Cerinsek

Dans une tri­bune publiée dans Le Parisien, 46 dépu­tés LREM dont la dépu­tée de l’Isère Monique Limon dénoncent la réduc­tion dras­tique du bud­get des chambres d’a­gri­cul­ture envi­sa­gée par le gou­ver­ne­ment.

 

Le pro­chain pro­jet de loi de finances pré­voit en effet de bais­ser de 15 % la taxe addi­tion­nelle sur le fon­cier non bâti. Un impôt en majo­rité payé par les pro­prié­taires ter­riens mais qui, sur­tout, rap­porte 292 mil­lions d’eu­ros aux chambres d’a­gri­cul­ture, soit près de 40 % de leur bud­get.

 

 

Un budget amputé de 45 millions d’euros

 

Une baisse de 15 % ampu­te­rait le bud­get des chambres d’a­gri­cul­ture de 45 mil­lions d’eu­ros. « Baisser le bud­get des chambres pour aug­men­ter le pou­voir d’a­chat des agri­cul­teurs, c’est la rai­son invo­quée par le gou­ver­ne­ment pour jus­ti­fier une telle mesure », sou­lignent les signa­taires de la tri­bune. « La réa­lité, c’est que ce sont sur­tout les pro­prié­taires ter­riens qui vont en béné­fi­cier, pas les agri­cul­teurs qui ne sont pas pro­prié­taires des terres qu’ils exploitent ! »

 

La difficile transmission des exploitations au centre des inquiétudes des agriculteurs est un des points du plan stratégique 2019-2024 des chambres d'agriculture

La dif­fi­cile trans­mis­sion des exploi­ta­tions au centre des inquié­tudes des agri­cul­teurs est un des points du plan stra­té­gique 2019 – 2024 des chambres d’a­gri­cul­ture. © Patricia Cerinsek

 

 

Les dépu­tés, qui réclament un chif­frage pré­cis de cette mesure, craignent que les chambres d’a­gri­cul­ture com­pensent cette coupe par une réduc­tion de ser­vices ou une aug­men­ta­tion des prix. « La réforme aura donc un coût, et ce sont les agri­cul­teurs dont les exploi­ta­tions sont en dif­fi­culté qui en pâti­ront les pre­miers », sou­ligne Monique Limon. Députée qui a voté, quelques jours aupa­ra­vant, pour le Ceta, l’ac­cord com­mer­cial passé entre l’Union euro­péenne et le Canada rejeté par les orga­ni­sa­tions syn­di­cales agri­coles fran­çaises.

 

La mesure tombe alors que les chambres d’a­gri­cul­ture ont éla­boré, à la demande du minis­tère de l’Agriculture, un plan stra­té­gique 2019 – 2024. Un plan qui pré­voit de finan­cer de nou­velles mis­sions à bud­get constant. Comme mieux anti­ci­per la trans­mis­sion des exploi­ta­tions et donc l’ins­tal­la­tion de nou­veaux agri­cul­teurs ou pro­po­ser à chaque agri­cul­teur un conseil stra­té­gique via la mise en place d’au­dits indi­vi­duels.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
4248 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Mme LIMON peut s’in­quié­ter des bud­gets des chambres d’a­gri­cul­ture. Cela s’ap­pelle faire sem­blant !! Après avoir voté le CETA, elle n’a plus été émue alors qu’elle par­ti­ci­pait le mardi 2 juillet dans la com­mis­sion des affaires sociales avec Mme PENICAUD qui a entre autre décrété le bonus malus sur les contrats courts (dits pré­caires disent les huma­nistes recon­ver­tis en LREM) Comment fait le monde agri­cole et viti­cole sans jour­na­liers ou sai­son­niers ; Encore une fois de plus elle se moque de nous.

    sep article