Une nouvelle convention signée entre le Département de l’Isère et l’État pour lutter contre la pauvreté et favoriser l’accès à l’emploi

sep article

 

FIL INFO – Le préfet de l’Isère Lionel Beffre et le président du Département Jean-Pierre Barbier ont récemment signé une convention d’appui à la lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi, dans le cadre d’une stratégie de contractualisation mise en œuvre par l’État. Pour ce faire, ce dernier prévoit un appui financier sur trois ans.

 

 

Jean Pierre Barbier Lionel Beffre © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier, président du Département, et Lionel Beffre, préfet de l’Isère. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

 

Suite à un « diagnostic partagé par le Département et l’État sur la situation de précarité en Isère », le président du conseil départemental et le préfet ont signé une nouvelle convention pour lutter contre la pauvreté. Ce contrat prévoit une aide commune de l’État et du Département sur les trois prochaines années. En 2019, les deux partenaires devraient ainsi consacrer plus d’un million d’euros chacun aux plus fragiles.

 

 

Trois grands objectifs nationaux

 

La signature de cette convention engage le Département dans la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté mise en place l’an dernier par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et dirigée vers trois grands objectifs nationaux.

 

Entrée de l'Hôtel du Département © Florent Mathieu - Place Gre'net

Hôtel du Département. © Florent Mathieu – Place Gre’net

D’abord, une sécurité financière vis-à-vis des enfants et des jeunes adultes en situation de pauvreté.

 

La convention stipule en effet que le département doit « empêcher les sorties sèches de l’aide sociale à l’enfance à l’atteinte de la majorité ». Il est également tenu de garantir les droits fondamentaux des enfants.

 

 

Autre mission pour la juridiction : « renforcer l’accès aux droits sociaux et le travail social ». La préfecture ne donne malheureusement pas plus de détail sur ce sujet.

 

Enfin, le Département s’engage à « améliorer l’orientation et l’insertion professionnelle des allocataires du revenu de solidarité active (RSA) ».

 

 

Des engagements départementaux spécifiques

 

Une fois les engagements du Département fixés, place à ceux de l’État. En effet, ce dernier souscrit également à soutenir les initiatives spécifiques proposées par le conseil départemental.

 

La convention engage le département à favoriser la couverture vaccinale de la mère et de l'enfant /DR

La convention engage le Département à favoriser la couverture vaccinale de la mère et de l’enfant. DR

Ce dernier peut ainsi proposer des solutions adaptées aux publics précaires du territoire. Par exemple, soutenir des démarches comme l’engagement citoyen des allocataires du RSA pour améliorer leur situation socio-professionnelle, œuvrer à l’amélioration de la couverture vaccinale ou encore développer le soutien à la parentalité. Des outils de suivi et d’évaluation sont par ailleurs prévus par la convention.

 

L’objectif ? Rester en adéquation avec le contexte local et élargir le partenariat à d’autres associations et institutions du territoire.

 

Nina Soudre

 

commentez lire les commentaires
4602 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Il faut croire que les migrants à la rue, demandeurs d’asile ou pas ne sont pas pauvres puisqu’ils sont exclus de ce plan ? Ni l’Etat ni le conseil départemental à travers son service dédié ne veut s’en occuper. Le conseil départemental refuse même de leur laisser l’accès aux services sociaux en refusant l’aide que pourrait apporter un assistant social.
    LaRem (préfet) et les Républicains par Barbier veulent nettoyer le oays des migrants qui gâchent la vie et la vue de tous ces bons Français ? Sous-entendu ils crèvent et ne sont pas contents ? qu’ils retournent se faire tuer chez eux

    sep article
    • Chère Caro, arrêtons de dramatiser une situation que
      plus personne ne maîtrise et faite confiance aux sénateurs
      qui sont des politiciens avisés .
      La plupart des migrants viennent de pays qui ne flinguent pas
      leurs jeunes,qui ont le désir d’aller vivre ailleurs.
      Monsieur le sénateur Savary,précise que dans son département
      en 2018, 80% des « mineurs non accompagnés » sont en réalité
      des majeurs .
      la somme que coûte chaque « MNA »,est de 50000 euros par an
      +30000 euros/an pour frais d’apprentissage .Il ne faut pas oublier
      que le peuple n’est plus en capacité de pouvoir financer toute la
      misère du monde.
      Dites,quels sont les pays qui vont tuer leurs ressortissants de retour
      chez eux ?Moi je n’en connais pas…
      https://www.liberation.fr/checknews/2018/05/16/est-il-vrai-que-23-des-pretendus-mineurs-isoles-etrangers-sont-en-fait-des-majeurs_1653687

      sep article
      • cher Stef, pourquoi ne parlez-vous que des mineurs isolés non reconnus comme mineurs ? étonnant le chiffre de reconnaissance passe de + 70 % à 52 % quelques années plus tard !!!
        Allez devant le Conseil départemental à 8 h de matin pour discuter avec ceux qui viennent faire reconnaitre leur minorité, revenez 2 h après quand ils sortent de l’entretien et l’après-midi vers 16 h quand ils apprennent le plus souvent que leur minorité n’est pas reconnue. Ca va vite … pour juger … !!! Vous pourriez demander aussi pourquoi ils ont quitté leur pays … Ils ne craignent pas forcément du gouvernement mais de leur famille ou plutôt belle famille dans les pays où les hommes peuvent avoir jusqu’à 4 femmes … Ils ne viennent pas par avion, il faut vraiment avoir envie de fuir pour passer par les camps libyens où ils sont torturés, passer en Europe en bateaux pourris après avoir travaillé comme des esclaves pour payer un passeur, risquer la noyade … vous croyez que c’est de gaité de coeur qu’ils quittent leur pays en risquant leur vie ?
        Il n’y a pas que les mineurs à la rue. Il y a aussi des familles avec des enfants ou des gens malades, ou des isolé.e.s ne les oubliez pas. Même demandeurs d’asile, ils ne sont pas toujours hébergés et le 115, débordé, ne peut que diriger la maraude vers eux.

        sep article
        • Je pense Caro, que vous voulez absolument faire endosser
          à notre propre pays la responsabilité du fonctionnement du
          personnel politique défaillant des autres pays.
          L’effort consenti par la France, depuis des dizaines d’années
          pour recevoir et accueillir les migrants d’une manière descente
          est le plus important au monde.
          Aucun sans papiers,n’est refusé dans un hôpital,il est soigné
          avec dévouement,l’ennui est que la sécurité sociale craque
          financièrement, car le nombre de cotisants est devenu bien
          moins important que le nombre de patients soignés.
          Que doit-on faire ?
          Depuis plusieurs années le système se dégrade et ce n’est pas
          demain que cela va s’arranger …
          http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/23/01016-20140623ARTFIG00096-des-malades-etrangers-s-organisent-pour-se-faire-soigner-gratuitement-en-france.php

          sep article