Personnes à la rue : de la compassion mais pas de solutions du côté de Grenoble-Alpes Métropole

sep article

 

EN BREF – Après plusieurs semaines d’interpellation acharnées des élus territoriaux, les associations de soutien aux personnes à la rue ont été reçues ce mercredi 24 juillet à Grenoble-Alpes Métropole. Plus d’une heure d’entretien avec Françoise Cloteau, vice-présidente déléguée à l’hébergement et aux gens du voyage… mais les militants déplorent l’absence de réponses concrètes.

 

 

Françoise Cloteau, vice-présidente de la Métro déléguée à l'hébergement et aux gens du voyage. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Françoise Cloteau, vice-présidente de la Métro déléguée à l’hébergement et aux gens du voyage. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Ce n’est pas un cri de joie qu’ont lâché les militantes d’associations d’aide aux personnes à la rue*, après avoir été reçues hier en délégation par Françoise Cloteau. Elles attendaient pourtant depuis plusieurs semaines ce rendez-vous avec l’élue déléguée à l’hébergement et aux gens du voyage à Grenoble-Alpes Métropole. Notamment suite aux expulsions estivales et aux évacuations des camps de migrants.

 

 

De l’écoute, de la compréhension mais peu d’avancées

 

La rencontre était courtoise et empreinte de compassion. Toutefois, les représentantes restent ainsi dubitatives en raison de l’absence de solutions concrètes proposées par la métropole. D’autant plus que plusieurs familles récemment hébergées par la ville et la préfecture seraient de nouveau à la rue.

 

Rassemblement de familles à la rue et d'associations devant la Métro, 24 juillet 2019 © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Rassemblement de familles à la rue et d’associations devant la Métro, 24 juillet 2019. © Nina Soudre – Placegrenet.fr

 

« Comme d’habitude, on comprend notre constat. On nous dit qu’on a raison mais que la métropole n’a pas les moyens d’intervenir et que l’État l’empêche d’aller sur ces prérogatives », regrette Martine François, membre du réseau éducation sans frontières de l’Isère. Et celle-ci d’en conclure amèrement qu’il n’y a, à ce jour, « aucune solution envisagée [ni] envisageable ».

 

 

Les associations rejettent désormais les solutions « temporaires »

 

Une grande partie des personnes logées dans le gymnase de la Houille Blanche bénéficieraient en réalité d’une solution d’hébergement jugée « pérenne » par les autorités… et bancale par les associations.

 

Les réfugiés devant le gymnase de la Houille Blanche, 1er juillet 2019 - © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Les réfugiés devant le gymnase de la Houille Blanche, 1er juillet 2019. © Nina Soudre – Placegrenet.fr

En effet, ces dernières dénoncent régulièrement les retournements de situation que connaissent les personnes à la rue.

 

Il devient ainsi de plus en plus difficile pour elles de croire à la pérennité des solutions proposées… quand la situation d’hébergement change de jour en jour, sans informations préalables de la part des autorités.

 

Les militants ont, de leur côté, suggéré des solutions à la Métro. Par exemple, l’occupation des immeubles devant être démolis l’an prochain, en attendant une alternative plus durable pour les familles. Le refus de la Métro leur semble d’autant plus amer que 16 000 logements vacants ont été référencés par l’association Un toit pour tous.

 

 

« L’important c’est que les gens soient ensemble »

 

Ce que dénonçaient également les associations présentes rue Malakoff, c’est l’absence de solutions permettant de ne pas isoler les personnes à la rue. « Si on laisse les gens séparés, ils ne diront jamais leurs aspirations », déplore ainsi Martine François. « Quitte à ce que ce soit des gymnases, l’important c’est que les gens soient ensemble, protégés, entendus et reconnus par leurs aspirations », estime-t-elle.

 

Plusieurs dizaines de personnes se sont mobilisées à proximité de la gare ce vendredi 28 juin au matin, cours Berriat, pour "exiger" une "immédiate mise à l'abri"

Plusieurs dizaines de personnes s’étaient mobilisées cours Berriat à proximité de la gare, le 28 juin, pour « exiger » une « immédiate mise à l’abri ». © Nina Soudre

Les associations assurent par ailleurs que plusieurs familles accepteraient de s’éloigner de Grenoble si un logement était disponible à la périphérie de l’agglomération.

 

Quelques solutions existent donc mais n’arrivent pas aux oreilles des personnes concernées. Soit en raison de leur isolement, soit parce qu’on pense qu’elles veulent rester en ville.

 

La situation reste ainsi irrésolue, tandis que de nombreuses familles dorment encore dehors, dans des parcs municipaux entre autres. Et que plusieurs enfants sont hospitalisés chaque jour pour cause de déshydratation.

 

Nina Soudre

 

 

  • * Le Dal38, RESF38, la Cisem, le CIIP
commentez lire les commentaires
3470 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Quelques précisions sur les logements vacants dans l’agglomération, à lire ici: https://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/a-grenoble-un-plan-de-lutte-contre-la-vacance/
    « Un Toit Pour Tous » a consacré un « 12-14 » (https://www.untoitpourtous.org/les-12-14/) le 11 juin dernier à la question suivante « Comment produire du logement abordable? », et il en ressort que c’est fort complexe de rendre disponibles à la location la plupart des logements répertoriés comme vacants par les services fiscaux.

    sep article