Une nouvelle espèce de requin « de poche » brillant dans le noir découverte grâce à l’ESRF

sep article

Notre indépendance c

 

FIL INFO – En utilisant une technique du synchrotron européen de Grenoble, une équipe américaine vient de découvrir une nouvelle espèce de petit requin qui brille dans le noir. Les détails morpho-anatomiques de ce nouveau squale « de poche » ont été publiés dans la revue Zootaxa, le 18 juillet dernier.

 

 

Il aura fallu près de dix ans aux scien­ti­fiques pour iden­ti­fier for­mel­le­ment ce requin « de poche »  de qua­torze cen­ti­mètres de long, pré­sen­tant l’é­trange carac­té­ris­tique de briller dans le noir. Celui-ci a été décou­vert en février 2010 dans le golfe du Mexique par des cher­cheurs de l’uni­ver­sité de Tulane (Louisiane, États-Unis).

 

Le requin de poche capturé dans le Golfe du Mexique en 2010. © Université de Tulane

Le requin de poche cap­turé dans le Golfe du Mexique en 2010.  © Université de Tulane

 

L’équipe amé­ri­caine a notam­ment uti­lisé le syn­chro­tron euro­péen de Grenoble (ESRF) pour obte­nir, par tomo­gra­phie, des images sophis­ti­quées. De quoi per­mettre d’i­den­ti­fier les carac­té­ris­tiques internes de cette nou­velle espèce de petit squale. L’étude mor­pho-ana­to­mique a été publiée le 18 juillet der­nier dans la revue de taxo­no­mie ani­male Zootaxa.

 

 

Une nouvelle espèce « incroyablement rare » de requin de poche

 

« Dans l’histoire de la science mari­time, seule­ment deux requins “de poche” ont été cap­tu­rés ou réper­to­riés », pré­cise le pro­fes­seur Mark Grace de l’Agence amé­ri­caine d’observation océa­nique et atmo­sphé­rique (NOAA).

 

Ainsi, le spé­ci­men en ques­tion a‑t-il pu être com­paré sous toutes ses cou­tures à cet autre cap­turé dans l’océan Pacifique orien­tal en 1979 et conservé depuis au musée zoo­lo­gique de Saint-Pétersbourg, en Russie. Les cher­cheurs sont for­mels, « les deux sont incroya­ble­ment rares. Les deux sont des espèces dif­fé­rentes, venant d’océans dif­fé­rents », sou­ligne encore le spé­cia­liste.

 

Morphologie de la nouvelle espèce de petit requin (Mollisquama mississippiensis). © Université de Tulane

Morphologie de la nou­velle espèce de petit requin, Mollisquama mis­sis­sip­pien­sis. © Université de Tulane

 

De fait, le nou­veau requin de poche, bap­tisé du joli nom de Mollisquama mis­sis­sip­pien­sis, se dis­tingue du spé­ci­men du Pacifique par cinq carac­té­ris­tiques clai­re­ment dis­cri­mi­nantes, indique l’étude. Notamment, des ver­tèbres en moins et deux dif­fé­rences majeures au niveau de la den­ti­tion.

 

 

« Il présente la caractéristique unique d’être bioluminescent »

 

Les deux squales « de poche » par­tagent une sin­gu­la­rité : « la carac­té­ris­tique unique d’être bio­lu­mi­nes­cent, c’est-à-dire de briller dans le noir pour atti­rer ses proies », décrit Mark Grace. Toutefois, ils se dis­tinguent par la répar­ti­tion dif­fé­rente de leurs organes lumi­neux (ou organes élec­tro­lu­mi­nes­cent autre­ment nom­més pho­to­phores).

 

« Le fait qu’un seul requin “de poche” ait été décou­vert dans le golfe du Mexique, et que ce soit une nou­velle espèce, montre à quel point nous connais­sons mal cette région. Notamment ses eaux les plus pro­fondes, et à quel point de nom­breuses espèces res­tent encore à décou­vrir », concluent les cher­cheurs.

 

VM

 

commentez lire les commentaires
3310 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.