Le député LREM de l’Isère Jean-Charles Colas-Roy multiplie les candidatures… et les revers

sep article

 

FIL INFO – Candidat à la présidence de la commission Développement durable à l’Assemblée nationale, le député marcheur de l’Isère Jean-Charles Colas-Roy n’a pas fait le poids face à Barbara Pompilii. En septembre 2018, le député de l’Isère avait déjà candidaté, sans succès, à la présidence de groupe LREM.

 

 

Jean-Charles Colas-Roy © Capture d'écran Assemblée nationale

Jean-Charles Colas-Roy. © Capture d’é­cran Assemblée natio­nale

Candidat à la pré­si­dence de la com­mis­sion Développement durable à l’Assemblée natio­nale, le député mar­cheur de l’Isère Jean-Charles Colas-Roy n’aura pas fait le poids face à la député sor­tante. Barbara Pompilii (EELV) a été recon­duite à son poste dès le pre­mier tour d’un vote interne mardi 23 juillet, avec 165 voix, Jean-Charles Colas-Roy en tota­li­sant 59 et le député de l’Aude Alain Perea, 3e can­di­dat, 65 *.

 

À mi-man­dat, le groupe majo­ri­taire au Palais-Bourbon avait décidé de remettre en jeu la majo­rité des postes clés qu’il occupe à l’Assemblée natio­nale. Volonté de chan­ge­ment ? Les can­di­da­tures se sont en tout cas bous­cu­lées. Près d’un tiers des mar­cheurs ont can­di­daté.

 

Au final, peu de chan­ge­ments** tou­te­fois. Le poste de pré­sident du groupe LREM reste ainsi entre les mains de Gilles Le Gendre. Un poste qu’a­vait déjà convoité… Jean-Charles Colas-Roy en sep­tembre 2018. À cette époque, la nomi­na­tion de François de Rugy au minis­tère de la Transition éco­lo­gique et soli­daire et le trans­fert de Richard Ferrand au per­choir avaient en effet entraîné un petit jeu de chaises musi­cales.

 

 

Des ambitions à l’Assemblée nationale et à Saint-Martin-d’Hères ?

 

Le député de l’Isère, auteur d’une pro­po­si­tion de loi visant à lut­ter contre la mort subite et à sen­si­bi­li­ser la popu­la­tion aux gestes qui sauvent, a notam­ment été le rap­por­teur de la loi Hulot sur les hydro­car­bures.

 

Maison Communale Saint Martin d'Hères© Chloé Ponset - Place Gre'net

Jean-Charles Colas-Roy ne cache pas son inté­rêt pour la mai­rie de Saint-Martin-d’Hères. © Chloé Ponset – Place Gre’net

Conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion à Saint-Martin-d’Hères, Jean-Charles Colas-Roy ne cache pas les ambi­tions de LREM pour 2020. Début juin, il n’a­vait pas hésité à relayer sur sa page Facebook de député et son compte Twitter, une réunion publique en vue des élec­tions muni­ci­pales à Saint-Martin‑d’Hères, sans tou­te­fois se por­ter offi­ciel­le­ment can­di­dat.

 

« La 2ème ville de l’Isère pos­sède de for­mi­dables atouts et mérite un pro­jet alter­na­tif cré­dible pour les #Municipales2020, y sou­li­gnait-il. Marcheurs et citoyens issus de la société civile y tra­vaillent ! »

 

PC

 

 

*Article mis à jour à 14 h 27 avec le détail des voix.

 

** Roland Lescure a été recon­duit aux affaires éco­no­miques et Bruno Studer aux affaires cultu­relles. Florian Bachelier a été réélu ques­teur de l’Assemblée, chargé de sa ges­tion, et Jean-René Cazeneuve pré­sident de la délé­ga­tion aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et à la décen­tra­li­sa­tion. Le reste des com­mis­sions fait l’ob­jet d’un second tour, ce mer­credi 24 juillet.

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
6042 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. L’erreur de Colas-Roy, ne pas se pré­sen­ter à la ville de Grenoble. La route était grande ouverte.
    Pas de réseau suf­fi­sant à l’echelle natio­nale, notam­ment du côté des corps, et non des poli­tiques, pour pré­si­der une com­mis­sion.

    sep article
  2. SMH n’a effec­ti­ve­ment pas besoin d’un ingé­nieur à sa tête, diplômé de l’INPG de sur­croît. Ces gens sont dans les grandes théo­ries alors qu’on a besoin d’hommes et de femmes de ter­rain comme E. Challas par exemple.

    sep article
  3. Aucune chance, il a voté pour le CETA, d’ailleurs comme les autres petits doigts sur la cou­ture du pan­ta­lon, Emilie Chalas et Olivier Véran

    sep article
    • Qui a voté pour le CETA est voué aux gémo­nies ! Qu’on aille van­da­li­ser la per­ma­nence de ces ignobles par­le­men­taires sur l’heure !
      (NB : il s’a­git de ! d’i­ro­nie, bien sûr)

      sep article