« L’élection municipale de Grenoble est en passe d’être confisquée », alerte Stéphane Gemmani

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

 

EN BREF – À huit mois de l’échéance, Stéphane Gemmani s’inquiète d’une élection municipale grenobloise « en passe d’être confisquée ». Autant par la majorité actuelle que par la LREM, estime le chef de file de Grenoble 2020. Une réaction avec, en filigrane, l’investiture d’Émilie Chalas, l’affaire du burqini voire même certaines prises de positions à gauche.

 

 

Stéphane Gemmani lors de la réunion sur la gratuité des transports. © Grenoble 2020

Stéphane Gemmani lors d’une la réunion sur la gratuité des transports. © Grenoble 2020

« L’élection municipale de Grenoble est en passe d’être confisquée », s’inquiète Stéphane Gemmani par voie de communiqué. Alors que les processus d’investiture vont s’accélérer, le chef de file du groupe Grenoble 2020  également membre de la coalition Grenoble 2020 nous rassemble avec Matthieu Chamussy, hausse le ton.

Le Vin des Alpes à la maison : on vous écoute, on sélectionne vos bouteilles, vous êtes livré à vélo le jour même jusqu

 

Le contexte ? Celui de la récente investiture d’Émilie Chalas par LREM, de l’“affaire du burquini”, voire même certaines prises de position à gauche.

 

Des élections confisquées donc, mais par qui ? D’abord « par la majorité actuelle et son maire », explique Stéphane Gemmani. Mais aussi par « la pratique politique d’En marche » avec la désignation « jupitérienne » d’Émilie Chalas comme tête de liste LREM aux municipales « ne recueillant aucun consensus ».

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
11609 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Stéphane Gemmani est trop imprégné des us et coutumes grenobloises pour faire un bon maire. Grenoble n’a pas besoin d’un énième maire clivant, sans appui politique et sans réseau en dehors de l’agglomération, et juste bon à créer la polémique dans la presse locale.

    Voilà pourquoi quelqu’un comme Piolle, Six ou Carignon n’est absolument pas qualifié pour le poste.

    sep article
  2. Après avoir frappé à presque toutes les portes  »Gemmani la girouette » (même par temps calme !) ne sait plus quoi imaginer comme situation pour faire croire qu’il est indispensable de compter avec sa présence dans la course à l’échalotte…. Sachant qu’il n’a plus aucune chance pour faire partie d’une équipe pour les municipales de 2020, il tente (sans effet car les gens ne sont pas dupes) de faire croire aux Grenoblois qu’ON va les priver d’une campagne libre et saine. Il parle de confiscation alors que nous vivons en pleine démocratie et liberté d’expression ? Et tout cela pourquoi: parce qu’il n’arrive pas à se glisser dans la course aidé par une autre girouette, son Chamussy de réserve ???? Espérons que les électeurs sauront se souvenir de leur posture équivoque et les reverront vers d’autres horizons eux qui n’ont vécus que de la magne du contribuable.

    sep article
  3. Comme habituellement, Gemmani fait un diagnostic plutôt cohérent. Mais comme d’habitude il ne concrétise pas pour avancer au delà de denoncer.

    La force de Gemmani: son capital sympathie, sa connaissance des milieux associatifs, la vision sociale pour tous qu’il défend. Sa faiblesse, le côté clientéliste pour avoir traversé tous les courants politiques sans percée réellement.

    Pour Piolle, avoir Gemmani comme minoritaire en face de lui n’est pas confortable: Gemmani a fondé le SAMU social, il a beaucoup œuvré pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite à Grenoble, il prend des positions très marquées à la Région pour dénoncer la politique autoritaire de Wauquiez, autant de thèses communes avec Piolle. Plus visible que le PS grenoblois Gemmani n’est pas capable de rassembler et ça Piolle le sait.
    Pire il s’allie avec Chamussy, candidat d’opposition face à Piolle et Safar en 2014: La cohérence politique est probablement à parfaire côté Gemmani en élargissant sa vision sur la gauche et surtout la société civile économique.

    Côté Chalas, la situation est différente. Les militants locaux de LREM ne soutenaient pas Mme Chalas, qui est effectivement clivante, et n’a aucune expérience d’une grande ville ou de grands projets comme Piolle les a connus par le passé. Gemmani marche sur du velours pour dénoncer la confiscation côté LREM, ce n’est pas le cas de Piolle qui est sortant, et qui peut encore proposer une liste moins clivante, moins Front de gauche, moins « Melanchoniste » pour accepter de se rapprocher de sociaux démocrates.

    sep article
  4. Si M. Gemmani (et accessoirement M. Chamussy) fait un mauvais score aux municipales, il accusera Emilie Chalas et la majorité actuelle d’avoir confisqué les élections … Il oublie Mme d’Ornano qui a annoncé sa candidature et fait déjà campagne.
    Il aura une excuse toute trouvée … mais … il ne tient qu’à lui de faire connaitre son programme et sa liste ! On attend …
    😉

    sep article