« L’élection municipale de Grenoble est en passe d’être confisquée », alerte Stéphane Gemmani

sep article

 

EN BREF – À huit mois de l’échéance, Stéphane Gemmani s’inquiète d’une élection municipale grenobloise « en passe d’être confisquée ». Autant par la majorité actuelle que par la LREM, estime le chef de file de Grenoble 2020. Une réaction avec, en filigrane, l’investiture d’Émilie Chalas, l’affaire du burqini voire même certaines prises de positions à gauche.

 

 

Stéphane Gemmani lors de la réunion sur la gratuité des transports. © Grenoble 2020

Stéphane Gemmani lors d’une la réunion sur la gra­tuité des trans­ports. © Grenoble 2020

« L’élection muni­ci­pale de Grenoble est en passe d’être confis­quée », s’in­quiète Stéphane Gemmani par voie de com­mu­ni­qué. Alors que les pro­ces­sus d’in­ves­ti­ture vont s’ac­cé­lé­rer, le chef de file du groupe Grenoble 2020  éga­le­ment membre de la coa­li­tion Grenoble 2020 nous ras­semble avec Matthieu Chamussy, hausse le ton.

 

Le contexte ? Celui de la récente inves­ti­ture d’Émilie Chalas par LREM, de l”“affaire du bur­quini”, voire même cer­taines prises de posi­tion à gauche.

 

Des élec­tions confis­quées donc, mais par qui ? D’abord « par la majo­rité actuelle et son maire », explique Stéphane Gemmani. Mais aussi par « la pra­tique poli­tique d’En marche » avec la dési­gna­tion « jupi­té­rienne » d’Émilie Chalas comme tête de liste LREM aux muni­ci­pales « ne recueillant aucun consen­sus ».

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
11708 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Stéphane Gemmani est trop impré­gné des us et cou­tumes gre­no­bloises pour faire un bon maire. Grenoble n’a pas besoin d’un énième maire cli­vant, sans appui poli­tique et sans réseau en dehors de l’ag­glo­mé­ra­tion, et juste bon à créer la polé­mique dans la presse locale.

    Voilà pour­quoi quel­qu’un comme Piolle, Six ou Carignon n’est abso­lu­ment pas qua­li­fié pour le poste.

    sep article
  2. Après avoir frappé à presque toutes les portes  »Gemmani la girouette » (même par temps calme !) ne sait plus quoi ima­gi­ner comme situa­tion pour faire croire qu’il est indis­pen­sable de comp­ter avec sa pré­sence dans la course à l’é­cha­lotte…. Sachant qu’il n’a plus aucune chance pour faire par­tie d’une équipe pour les muni­ci­pales de 2020, il tente (sans effet car les gens ne sont pas dupes) de faire croire aux Grenoblois qu’ON va les pri­ver d’une cam­pagne libre et saine. Il parle de confis­ca­tion alors que nous vivons en pleine démo­cra­tie et liberté d’ex­pres­sion ? Et tout cela pour­quoi : parce qu’il n’ar­rive pas à se glis­ser dans la course aidé par une autre girouette, son Chamussy de réserve ???? Espérons que les élec­teurs sau­ront se sou­ve­nir de leur pos­ture équi­voque et les rever­ront vers d’autres hori­zons eux qui n’ont vécus que de la magne du contri­buable.

    sep article
  3. Comme habi­tuel­le­ment, Gemmani fait un diag­nos­tic plu­tôt cohé­rent. Mais comme d’habitude il ne concré­tise pas pour avan­cer au delà de denon­cer.

    La force de Gemmani : son capi­tal sym­pa­thie, sa connais­sance des milieux asso­cia­tifs, la vision sociale pour tous qu’il défend. Sa fai­blesse, le côté clien­té­liste pour avoir tra­versé tous les cou­rants poli­tiques sans per­cée réel­le­ment.

    Pour Piolle, avoir Gemmani comme mino­ri­taire en face de lui n’est pas confor­table : Gemmani a fondé le SAMU social, il a beau­coup œuvré pour l’accessibilité des per­sonnes à mobi­lité réduite à Grenoble, il prend des posi­tions très mar­quées à la Région pour dénon­cer la poli­tique auto­ri­taire de Wauquiez, autant de thèses com­munes avec Piolle. Plus visible que le PS gre­no­blois Gemmani n’est pas capable de ras­sem­bler et ça Piolle le sait.
    Pire il s’allie avec Chamussy, can­di­dat d’opposition face à Piolle et Safar en 2014 : La cohé­rence poli­tique est pro­ba­ble­ment à par­faire côté Gemmani en élar­gis­sant sa vision sur la gauche et sur­tout la société civile éco­no­mique.

    Côté Chalas, la situa­tion est dif­fé­rente. Les mili­tants locaux de LREM ne sou­te­naient pas Mme Chalas, qui est effec­ti­ve­ment cli­vante, et n’a aucune expé­rience d’une grande ville ou de grands pro­jets comme Piolle les a connus par le passé. Gemmani marche sur du velours pour dénon­cer la confis­ca­tion côté LREM, ce n’est pas le cas de Piolle qui est sor­tant, et qui peut encore pro­po­ser une liste moins cli­vante, moins Front de gauche, moins « Melanchoniste » pour accep­ter de se rap­pro­cher de sociaux démo­crates.

    sep article
  4. Si M. Gemmani (et acces­soi­re­ment M. Chamussy) fait un mau­vais score aux muni­ci­pales, il accu­sera Emilie Chalas et la majo­rité actuelle d’a­voir confis­qué les élec­tions … Il oublie Mme d’Ornano qui a annoncé sa can­di­da­ture et fait déjà cam­pagne.
    Il aura une excuse toute trou­vée … mais … il ne tient qu’à lui de faire connaitre son pro­gramme et sa liste ! On attend …
    😉

    sep article