Vingt communes de l’Isère reconnues en « état de catastrophe naturelle » : les demandes de réparations sont à déposer d’ici le 27 juillet

sep article

 

FIL INFO – Inondées ou asséchées au cours de l’année 2018, vingt communes* du département de l’Isère ont été reconnues en état de catastrophe naturelle. Une décision prise par arrêté interministériel et publiée le 17 juillet dans le Journal officiel. En vertu de quoi les habitants ayant subi un sinistre ont jusqu’au 27 juillet pour demander réparations à leur compagnie d’assurance.

 

 

 

Saint-Ismier

Commune de Saint-Ismier reconnue en état de catastrophe naturelle. DR

Suite aux épisodes climatiques qui ont déferlé en Isère l’année dernière, le préfet du département a soumis les dossiers de vingt communes à une commission interministérielle. L’objectif ? Obtenir la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Après Saint-Ismier, dix-neuf autres communes iséroises ont ainsi obtenu satisfaction, mercredi 17 juillet.

 

Cette reconnaissance permet aux habitants de réclamer des réparations pour les pertes occasionnées. Mais elle ne concerne, bien entendu, que les biens assurés et couverts par un contrat d’assurance « dommages aux biens ». Les personnes touchées devront en outre être rapides et déposer d’ici le 27 juillet 2019 leur déclaration de dommages avec estimation de pertes auprès de leur compagnies d’assurance.

 

 

Inondations et sécheresses

 

Vingt communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle.Sécheresse. DR

Sécheresse. DR

Deux phénomènes climatiques ont touché le département au cours de l’année 2018. Entre le 4 et le 5 janvier 2018, des « inondations par remontée de nappe phréatique » ont d’abord fait rage à Saint-Ismier. Ce qui a valu à la commune une reconnaissance de l’État.

 

Dans les dix-neuf autres communes reconnues, les dégâts sont en revanche dus à des « mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols ». Une expression alambiquée pour qualifier des phénomènes de sécheresse.

 

 

Des périodes définies pour les vingt communes en « état de catastrophe naturelle »

 

Les habitants des vingt communes reconnues en état de catastrophe naturelle peuvent désormais demander des réparations pour les dommages causés. Les dégâts dénoncés doivent toutefois avoir eu lieu au cours des périodes définies par la commission.

 

Canicule à Grenoble. Ilôts de chaleur urbains et changement climatique. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Températures records, sécheresse prolongée… Les Alpes sont en première ligne © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

Pour Revel-Tourdan, Ruy-Montceau, Saint-Jean-de-Soudain et Salaise-sur-Sanne, les indemnités seront accordées pour les sécheresses qui se sont produites entre le 1er juillet et le 30 septembre 2018.

 

À Cessieu, Clonas-sur-Varèze, Meylan, Montbonnot-Saint-Martin, Montseveroux, Saint-André-le-Gaz, Saint-Clair-du-Rhône, Saint-Siméon-de-Bressieux, Seyssins et Trept, la période retenue s’étale du 1er juillet au 31 décembre 2018.

 

Enfin Bossieu, Claix, Montagne, Primarette et Plateau-des-Petites-Roches étaient en état de catastrophe naturelle du 1er octobre au 31 décembre 2018.

 

Nina Soudre

 

commentez lire les commentaires
3410 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.