Personnes malades à la rue : 20 lits d’accueil médicalisés installés à la Villeneuve

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

 

FIL INFO – Vingt lits d’accueil médicalisés destinés aux personnes malades à la rue ont intégré temporairement la résidence pour personnes âgées Le Lac. Un projet en germe depuis le Plan municipal de santé de 2015 et qui a pu être entièrement financé suite à un appel à projet lancé en 2017 avec l’Agence régional de santé.

 

 

Vingt lits d’accueil médicalisés pour les personnes malades à la rue ont intégré temporairement la résidence pour personnes âgées Le Lac, à la Villeneuve.Marginal en train de dormir à coté du cinéma Pathée à Chavant SDF sans abri sans domicile fixe © Eléonore Bayrou

Sans-abri en train de dormir à coté du cinéma Pathé  Chavant à Grenoble. © Eléonore Bayrou

En cette période de mobilisation pour les personnes à la rue, vingt lits d’accueil médicalisés (Lam) ont été installés au sein de la Résidence du Lac, dans le quartier de l’Arlequin. Une décision murie depuis l’élaboration du Plan municipal de santé de 2015 et approuvée lors du conseil municipal du 8 juillet 2019.

 

Pour l’adjointe à la Santé, Mondane Jactat, ce projet anticipe la croissance de l’urbanisation qui s’accélère en Europe. Elle devrait atteindre 80 % de la population d’ici dix ans.

 

 

Un lieu pour des personnes gravement malades et sans domicile fixe

 

Le dispositif médico-social des lits d’accueil médicalisés doit accueillir des personnes majeures, sans domicile fixe et atteintes de pathologies lourdes et chroniques, irréversibles ou handicapantes. Une prise en charge qui manquait à Grenoble. En effet, jusqu’alors aucune autre structure ne pouvait s’occuper de ces malades en perte d’autonomie.

 

Quant à la durée du séjour, elle devrait s’adapter à la situation sanitaire et sociale des personnes et permettre la construction de leur « projet de vie ».

 

 

Plus qu’un lit, un lieu d’accueil et d’accompagnement

 

Au-delà de la dispense de soins médicaux et paramédicaux, les lits d’accueil médicalisés doivent aussi fournir aux personnes accueillies une « éducation à la santé » et une « éducation thérapeutique ». En somme, les accompagner dans leur prise en charge à l’avenir.

 

Vingt lits d’accueil médicalisés pour les personnes malades à la rue ont intégré temporairement la résidence pour personnes âgées Le Lac, à la Villeneuve.Mondane Jactat, porteuse de la délibération. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Mondane Jactat, adjointe à la santé. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les soignants auront également la responsabilité d’aider les malades à faire valoir leurs droits. Tout en construisant avec eux un « projet de vie » stable. Pour Mondane Jactat, adjointe à la santé, « Grenoble (…) continue sur sa lancée en liant environnement, justice sociale et santé au cœur de ses politiques publiques pour réconcilier le « vivre en ville » et le « bien-vivre » »

 

 

Une dynamique partenariale entre les acteurs du territoire

 

Réunis pour la dernière fois de l’été, les conseillers municipaux ont donc adopté la charte définissant les objectifs et les engagements des partenaires du projet. CHU, CCAS, personnels de santé, associations et Ville de Grenoble, tous sont rassemblés au sein d’un « groupe de travail partenarial d’orientation » chargé de faire évoluer le dispositif.

 

Le Samu 38 au CHU Grenoble-Alpes. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le Samu 38 au CHU Grenoble-Alpes., notamment à l’origine du projet. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Certains de ces acteurs territoriaux, comme Médecins du Monde, le CHU ou le 115, sont à l’origine du projet. En effet, ils avaient alerté la municipalité, dès 2015, sur la nécessité d’avoir un lieu d’accueil et d’accompagnement pour les SDF. Ils forment désormais, avec d’autres acteurs civils et institutionnels, un comité de pilotage dont le rôle est d’aiguiller le CCAS dans la gestion des vingt lits d’accueil médicalisés grenoblois.

 

À partir de 2022, les lits de la résidence du Lac s’installeront dans les locaux de l’actuel Ehpad des Delphinelles-Teisseire. Cette dernière aura, d’ici-là, déménagé dans le quartier Flaubert.

 

Nina Soudre

 

commentez lire les commentaires
3627 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Pourquoi à la Villeneuve, pourquoi pas au centre ville? Villeneuve est il un lieu ou tout etre en détresse doit être installé? Apres les populations fragiles, les migrants serbes, albanais, etc. les SDF malades!
    Quelle drôle conception de gestion des habitants sur Grenoble.

    sep article
    • vous avez peut être un lieu à proposer au centre ville ?
      Où sont donc installés les « les migrants serbes, albanais, etc. » ?

      sep article
      • Bien sur, il y a plusieurs lieux dans le centre et les migrants sont installés dans des gymnases (comme le Lac), par exemple.

        sep article
        • Vous ne donnez toujours pas d’adresse de lieux au centre ville où pourrait s’installer un foyer abri pour SDF malades.
          Il n’y a pas de gymnase au Lac, les migrants qui étaient cours Berriat et que ni la préfecture ni le conseil départemental n’ont logés, ne sont pas à La Villeneuve.

          sep article