Les conseillers métropolitains interpellés au sujet des migrants et du nouveau Plan Climat

sep article



 

REPORTAGE VIDÉO – Les 124 conseillers métropolitains ont voté, ce vendredi 5 juillet, des dizaines de délibérations engageantes concernant l’avenir de la Métropole grenobloise. À cette occasion, des membres de la société civile ont interpellé les élus dès leur entrée dans la Métro le matin même. Notamment en jeu : l’adoption du nouveau Plan Climat 2020 – 2030 et l’absence d’hébergement durable des migrants. Retour sur une journée mouvementée.

 

 

Alternatiba interpelle les élus lors du conseil métropolitain, 5 juillet © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Alternatiba inter­pelle les élus lors du conseil métro­po­li­tain, 5 juillet. © Nina Soudre – Placegrenet.fr

 

Une ving­taine de mili­tants d’Alternatiba et des asso­cia­tions de défense des droits des migrants ont cueilli les élus métro­po­li­tains dès leur entrée dans le bâti­ment, ce ven­dredi 5 juillet au matin, juste avant le der­nier conseil avant l’été. Malgré un ordre du jour chargé, ces asso­cia­tions ont eu la pos­si­bi­lité de faire part de leurs reven­di­ca­tions aux 124 conseillers des 49 com­munes de l’agglomération.

 

 

Les associations de défense des migrants mobilisées

 

Le Dal 38, la Cisem, le CIIP et RESF s’é­taient notam­ment donné ren­dez-vous. Leur objec­tif : obte­nir l’audience qu’ils réclament depuis plus d’une semaine. Pari réussi puisque deux membres ont pu s’exprimer devant l’hé­mi­cycle avant l’ouverture de la séance. « La Métro ne peut accep­ter avec immo­bi­lisme ou rési­gna­tion l’abandon par l’État et par le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère de cer­taines de leurs obli­ga­tions », ont déclaré les inter­ve­nants.

 

 

Lors du conseil métropolitain du 5 juillet 2019, plusieurs associations ont pris la parole sur le Plan Climat 2020-2030 et l'hébergement des migrants.Intervention de collectifs d'aides aux migrants lors du conseil métropolitain du 5 juillet © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Intervention de col­lec­tifs d’aides aux migrants lors du conseil métro­po­li­tain du 5 juillet © Nina Soudre – Placegrenet.fr

Ces der­niers pointent notam­ment l’é­va­cua­tion de plu­sieurs camps de migrants et la fer­me­ture de centres d’hébergements, en cette fin d’année sco­laire. Une situa­tion inac­cep­table pour les asso­cia­tions pré­sentes. Depuis l’évacuation du camp Berriat, elles alertent sur la situa­tion des familles prises en charge par la pré­fec­ture et la Ville de Grenoble, alors qu’au­cune solu­tion durable n’a été mise en place pour l’instant.

 

Profitant de la pré­sence de conseillers de l’ensemble des com­munes de l’agglomération, les col­lec­tifs ont appelé à « trou­ver une solu­tion pérenne dans les meilleurs délais avec l’ensemble des com­munes de la métro ».

 


Reportage : Joël Kermabon

 

 

Plusieurs collectifs demandent un Plan Climat plus ambitieux

 

Après la pause déjeu­ner, Grégory L’Azou, membre d’Alternatiba, a pu faire pas­ser un mes­sage clair : « Les citoyens vous attendent vrai­ment avec ce plan cli­mat ». Depuis 2018, l’association tente ainsi de mettre la pres­sion sur les élus métro­po­li­tains afin d’élaborer un nou­veau Plan Climat Air Énergie ter­ri­to­rial (PCAET) à la hau­teur de ses ambi­tions.

 

Alternatiba interpelle les élus lors du conseil métropolitain, 5 juillet © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Alternatiba inter­pelle les élus lors du conseil métro­po­li­tain, 5 juillet. © Nina Soudre – Placegrenet.fr

À force d’interpellation, les mili­tants ont été asso­ciés aux dis­cus­sions sur le pro­jet. « Le plan cli­mat est ambi­tieux et on salue cela », déclarent-ils. Toutefois, cer­tains des objec­tifs fixés par ce PCAET ne sont pas à la hau­teur de leurs attentes. Ces der­niers en pro­fitent ainsi pour rap­pe­ler ce constat du Haut Conseil pour le cli­mat et le Giec : les émis­sions de gaz à effet de serre baissent deux fois plus len­te­ment que prévu en France.

 

Pour les col­lec­tifs éco­lo­gistes pré­sents, « on ne chan­gera pas de modèle en pro­mou­vant la voi­ture et en construi­sant des centres com­mer­ciaux où ce qui est vendu pro­vient de l’autre bout du monde ».

 

 

A480 et Neyrpic dans le viseur

 

Effectivement, le pro­jet ne remet pas en ques­tion deux chan­tiers jugés « cli­ma­ti­cides »  et « d’un autre temps » par les mili­tants : l’élargissement de l’A480 et la construc­tion du centre com­mer­cial Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères. Alternatiba, Les Amis de la Terre Isère, Neyrpic autre­ment et le col­lec­tif contre l’élargissement de l’A480 se sont donc rejoints ce ven­dredi matin pour inter­pel­ler les conseillers.

 


Reportage : Joël Kermabon

 

 

L’influence des mouvements écologistes reconnue par une partie des élus

 

« Les mou­ve­ments éco­lo­gistes nous ont bous­cu­lés », a avoué Christophe Ferrari à la suite de l’intervention d’Alternatiba. « Il faut regar­der la réa­lité des choses […] Jamais la prise de conscience n’a été aussi forte dans toutes les classes sociales. » Un constat par­tagé par le maire de Grenoble : « Nous sommes sous la pres­sion d’une société civile qui a changé ses com­por­te­ments et ses pra­tiques et qui exige des infra­struc­tures. »

 

Conseil métropolitain du 5 juillet © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Conseil métro­po­li­tain du 5 juillet 2019. © Nina Soudre – Placegrenet.fr

 

Mais mal­gré l’interpellation directe au sujet des deux pro­jets contro­ver­sés, aucun des édiles ne s’est pro­noncé sur le sujet. Un silence qui fait écho aux pro­pos du pré­sident de la Métro : « Il faut com­prendre com­ment nous vivons avec notre propre schi­zo­phré­nie […] dans nos zones de confort de façon gré­gaire. […] Le mode de vie que nous avons aujourd’hui n’est pas celui que nous devons avoir […] Il nous faut pas­ser à de pro­fonds chan­ge­ments et il ne suf­fit pas de faire des incan­ta­tions à pro­pos de ce chan­ge­ment. »

 

 

Un Plan Climat approuvé avec un large consensus

 

Après plu­sieurs inter­ven­tions ava­li­sant le nou­veau plan Climat, le pro­jet a été voté à la quasi-una­ni­mité avec une abs­ten­tion seule­ment. Les objec­tifs des dix années à venir sont ainsi adop­tés. « Ce plan cli­mat est une étape, impar­faite sûre­ment mais il doit être un guide […] un levier qui doit concou­rir à l’égalité sociale sur le ter­ri­toire », pré­vient son rap­por­teur.

 

Toutefois, plu­sieurs conseillers, notam­ment à droite, ont exprimé leurs doutes sur la ques­tion des moyens accor­dés à la mise en œuvre du Plan Climat. L’occasion de rap­pe­ler que ce plan sera peut-être, à l’horizon 2020, entre les mains de nou­veaux élus.

 

Nina Soudre

 

 

LE PLAN CLIMAT, AXÉ SUR LA CONCERTATION AVEC LA SOCIÉTÉ CIVILE

 

Jérôme Dutroncy et les militants pour la justice climatique, 5 juillet © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Jérôme Dutroncy et les mili­tants pour la jus­tice cli­ma­tique, 5 juillet © Nina Soudre – Placegrenet.fr

Le PCAET pour 2020 – 2030, « nou­veau docu­ment de réfé­rence », selon Jérôme Dutroncy, vice-pré­sident en charge du dos­sier, est en pré­pa­ra­tion depuis le mois de sep­tembre.

 

Finalisé le mois der­nier, il est le fruit d’une concer­ta­tion préa­lable entre les acteurs du ter­ri­toire : société civile, acteurs éco­no­miques, col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales…

 

Dans le cadre de cette concer­ta­tion, Alternatiba avait d’ailleurs orga­nisé un forum citoyen afin de recueillir de nou­velles contri­bu­tions. Pour Eric Piolle, « inten­si­fier la coopé­ra­tion avec la société civile est un fac­teur clé de notre tran­si­tion ».

 

Pour accroître cette coopé­ra­tion, le Plan Climat pré­voit par ailleurs la créa­tion d’un comité indé­pen­dant formé de membres de la société civile.

 

Objectif 2050 : neutralité carbone

 

Alternatiba interpelle les élus lors du conseil métropolitain, 5 juillet © Nina Soudre - Placegrenet.fr

Alternatiba inter­pelle les élus lors du conseil métro­po­li­tain, 5 juillet © Nina Soudre – Placegrenet.fr

« Éviter l’ingérable et gérer l’inévitable », tel est l’objectif annoncé par le rap­por­teur du nou­veau plan Climat. « Il faut faire plus et plus vite pour tenir les objec­tifs qui n’ont pas changé », ajoute-t-il.

 

Après un « bilan contrasté de la der­nière décen­nie », la métro­pole entend conti­nuer d’être « pion­nière » en matière de tran­si­tion éco­lo­gique. Le but ultime ? Devenir « une métro­pole rési­liente, démo­cra­tique, exem­plaire dans ses pra­tiques et dans la ges­tion de son patri­moine […] qui anti­cipe les scé­na­rios de rup­ture ».

 

En effet, Jérôme Dutroncy rap­pelle que pour tenir les enga­ge­ments pris lors de la Cop21, le ter­ri­toire devra atteindre la neu­tra­lité car­bone d’ici 2050. Dans le cas contraire, un réchauf­fe­ment de 2 °C entraî­ne­rait plus de 40 jours de cani­cule sur le ter­ri­toire gre­no­blois, a sou­li­gné le mili­tant d’Alternatiba.

 

Cap vers la réduction de la consommation d’énergie

 

Parmi les mesures phares du nou­veau plan cli­mat : la réduc­tion de la consom­ma­tion éner­gé­tique en ville. Plusieurs élus ont ainsi rap­pelé l’augmentation regret­table de 7 % de la consom­ma­tion éner­gé­tique dans les infra­struc­tures du sec­teur ter­tiaire. Les réponses ? Accroître la réha­bi­li­ta­tion des loge­ments avec l’aide du dis­po­si­tif Mur/Mur, rem­pla­cer les chauf­fages en bois peu per­for­mants dans les rési­dences indi­vi­duelles et éta­blir un calen­drier pro­gres­sif de zones à faibles émis­sions.

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2324 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. C’est bien que les asso­cia­tions de pro­tec­tion des migrants rap­pellent
    à leurs obli­ga­tions l’Etat, le Conseil dépar­te­men­tal et d’autres orga­nismes.
    Il n’empêche que le tra­vail des asso­cia­tions ne peut exis­ter que par l’aide
    de l’Etat, des régions et des muni­ci­pa­li­tés .Il faut être réa­liste et admettre que
    toutes les ins­ti­tu­tions sont débor­dées par le pro­blème qui va en s’am­pli­fiant .
    j’ai­me­rais savoir com­ment l’on peut conti­nuer à finan­cer un sys­tème qui est
    saturé par le nombre de demandes ? D’autant,que l’on ne connaît pas avec
    cer­ti­tude l’âge des deman­deurs et leurs nombres.Tout le monde patauge
    dans le manque d’in­for­ma­tions véri­fiables et la com­mu­ni­ca­tion n’est pas
    tou­jours com­pré­hen­sible …
    Pour ce qui est de la tran­si­tion éco­lo­gique ‚com­men­çons par pro­duire euro­péen
    cela évi­tera aux pays de l’UE d’a­che­ter à la Chine la plu­part de nos consom­ma­tions.
    Pourquoi ne pas arrê­ter la pol­lu­tion faite par les gros bateaux, gros camions et
    gros avions.
    Les 15 plus gros navires com­mer­ciaux brûlent autant de car­bu­rant que 50 mil­lions
    de voi­tures.
    https://www.liberation.fr/checknews/2018/09/10/est-ce-vrai-que-15-bateaux-de-marchandises-polluent-plus-que-toutes-les-voitures-du-monde_1677714

    sep article
  2. Ce qui est vrai­ment cli­ma­ti­cide, c’est de don­ner la prio­rité au déve­lop­pe­ment des voies cyclables sur les TC. Le vélo­taf n’est pas une solu­tion réa­liste quand on habite à Vif ou à Vizille, au contraire d’un tram-train ou d’un RER de Vallée. L’usage de la voi­ture indi­vi­duelle ne fai­blit donc pas, quid de la pol­lu­tion.

    Il ne faut pas croire les men­songes de l’ADTC, les trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion ne sont pas par­ti­cu­liè­re­ment per­for­mants com­paré à ce qui se fait ailleurs en France, sur­tout si on regarde à l’é­chelle des 49 com­munes de la métro.

    Contrairement à ce que pensent ces mili­tants hors réa­lité, il est illu­soire de résoudre le pro­blème avec les axes chro­no­vélo. Ces nou­velles pistes cyclables ne font que ser­vir leurs petits inté­rêts per­son­nels quand ils partent se pro­me­ner le week-end avec leurs gosses.

    sep article
  3. Chaque migrants illé­gal à qui on trouve un “héber­ge­ment durable” à Grenoble, pro­voque l’arrivée de dizaines, voire de cen­taines de nou­veaux illé­gaux. C’est une boule de neige qui va finir par le Jungle de Calais, mais cette fois ci à Grenoble

    sep article