Les “pervenches” de la Ville de Grenoble se retrouvent sans véhicules en cas de pollution… faute de vignettes Crit’Air

sep article



FIL INFO — Au sortir d’une période de canicule aussi précoce que sévère accompagnée d’un pic de pollution, les élus du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de la Ville de Grenoble dénoncent les conditions de travail des agents de contrôle de stationnement. Motif ? Des temps de pause insuffisants par temps de fortes chaleurs, le tout avec des véhicules interdits de circuler en cas de pollution pour cause d’absence… de vignette Crit’Air.

 

 

Les per­venches n’ont pas l’in­ten­tion de se lais­ser faner au soleil. Dans un cour­rier adressé au maire de Grenoble Éric Piolle, les élus du comité d’hy­giène, de sécu­rité et des condi­tions de tra­vail (CHSCT) de la Ville dénoncent les condi­tions de tra­vail des agents char­gés du contrôle du sta­tion­ne­ment par temps de fortes cha­leurs et de pic de pol­lu­tion. Un cour­rier en date du mardi 2 juillet, soit au sor­tir d’un épi­sode cani­cu­laire aussi pré­coce que pénible.

 

Les élus du CHSCT de la Ville de Grenoble demandent des temps de repos renforcés pour les agents de contrôle du stationnement © Chloé Ponset - Place Gre'net

Les élus du CHSCT de la Ville de Grenoble demandent des temps de repos ren­for­cés pour les agents de contrôle du sta­tion­ne­ment. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Les délé­gués syn­di­caux ne sont en effet pas satis­faits des mesures prises par la Ville de Grenoble pour ses contrac­tuels en cas de coup de chaud. En l’oc­cur­rence : deux pauses de vingt minutes, au lieu d’une pause de trente minutes, durant les tour­nées. « Ces mesures n’ap­pa­raissent pas suf­fi­santes aux agents du contrôle du sta­tion­ne­ment qui sont confron­tés au pic de pol­lu­tion (…) et à des tem­pé­ra­tures de 53 °C mesu­rées en plein soleil », écrivent-ils.

 

 

Pas de vignette Crit’Air sur les véhicules… des agents de Grenoble

 

Pour les élus CHSCT, se rendre deux fois en pause ne fait au final qu’aug­men­ter « la fatigue et la gêne res­pi­ra­toire et car­diaque des agents ». Et ceci d’au­tant plus que leurs dépla­ce­ments se font à pied en cas de pic de pol­lu­tion. Comble de l’i­ro­nie, les contrac­tuels de la Ville Grenoble ne dis­posent en effet pas de véhi­cules équi­pés… de vignettes Crit’Air. Quant aux lieux de repos pro­po­sés, ils ne sont pas équi­pés de cli­ma­ti­sa­tion et ne per­mettent guère de souf­fler.

 

Faute de vignette Crit'Air, les véhicules des agents de Grenoble ne peuvent pas circuler en cas de pic de pollution... © Chloé Ponset - Place Gre'net

Faute de vignette Crit’Air, les véhi­cules des agents de Grenoble ne peuvent pas cir­cu­ler en cas de pic de pol­lu­tion… © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Les pré­co­ni­sa­tions syn­di­cales, afin de pré­ve­nir des risques de malaise ? Qu’en période de fortes cha­leurs ainsi que de pic de pol­lu­tion, les agents de contrôle du sta­tion­ne­ment de Grenoble puissent se rendre en pause au PC cli­ma­tisé, situé ave­nue Maréchal-Randon, et ceci pour une durée d’une heure en milieu d’a­près-midi. Sollicités par Place Gre’net, les ser­vices de la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise n’ont pas donné suite à notre demande de réac­tion.

 

FM

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2563 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Les véhi­cules de la ville ne sont pas habi­li­tées crit air, un comble de la part des dog­ma­tiques yaka­fau­kon de la muni­ci­pa­lité Piolle.

    sep article
  2. les gars se déplacent à pied et ne peuvent pas avoir la clim.
    Pensée pour ceux qui sont sur des chan­tiers, les pos­tiers etc…
    faut pas non plus abu­ser, sur­tout que coté « intel­li­gence de la prune » cer­tains ont des sou­cis et pour faire du volume alignent tout. a une époque j’en contes­tais une par mois : bien qu’é­quipé du maca­ron résident je me trou­vais ali­gné.
    Donc pleu­rer pour eux…je le ferais plus pour le marai­cher qui en plus de faire une par­tie des champs passe sont dimanche à vendre

    sep article