Lyon-Turin : le Conseil d’État confirme la prorogation de la déclaration d’utilité publique jusqu’en 2022

sep article

FIL INFO – Le Conseil d’État a rejeté les requêtes des opposants au tunnel du Lyon-Turin. Deux associations et des riverains contestaient la prorogation jusqu’en 2022 de la déclaration d’utilité publique de ce tunnel ferroviaire construit entre la France et l’Italie.

 

 

Chantier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte. © Telt

Chantier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte. © Telt

Dans une déci­sion ren­due le 28 juin, le Conseil d’État a confirmé la pro­ro­ga­tion de la décla­ra­tion d’u­ti­lité publique (DUP) du tun­nel du Lyon-Turin. En juin 2018, les asso­cia­tions Vivre et agir en Maurienne et Les Amis de la Terre ainsi qu’une ving­taine de rive­rains avaient saisi la plus haute juri­dic­tion admi­nis­tra­tive pour deman­der que soit annulé le décret pro­ro­geant les effets de la DUP, et ce pour excès de pou­voir.

 

La décla­ra­tion d’utilité publique préa­lable aux tra­vaux du tun­nel trans­fron­ta­lier signée le 18 décembre 2007 avait été pro­ro­gée en décembre 2017 à la demande de la société Tunnel eur­al­pin Lyon Turin (Telt) char­gée de la sec­tion trans­fron­ta­lière, afin de pour­suivre les acqui­si­tions fon­cières jusqu’en 2022.

 

Les requé­rants esti­maient que les bases du pro­jet avaient nota­ble­ment changé, en matière de pré­vi­sion de tra­fic notam­ment. Des chiffres que contes­tait le Comité pour la Transalpine.

 

 

L’utilité publique du tunnel reste incontestable pour le Conseil d’État

 

Le Conseil d’État a fina­le­ment donné rai­son au pro­mo­teur du Lyon-Turin, reje­tant toutes les requêtes des asso­cia­tions et rive­rains. « Le seul constat d’une évo­lu­tion du tra­fic de mar­chan­dises tra­ver­sant les Alpes franco-ita­liennes plus faible qu’an­ti­cipé ne consti­tue pas un chan­ge­ment de cir­cons­tances sus­cep­tible de faire perdre à l’o­pé­ra­tion liti­gieuse, qui contri­bue à la réa­li­sa­tion d’un élé­ment essen­tiel du pro­jet prio­ri­taire numéro 6 du réseau tran­seu­ro­péen de trans­port, visant à mettre en place un ser­vice d’au­to­routes fer­ro­viaires per­for­mantes et caden­cées assu­rant un trans­port plus rapide des pas­sa­gers ainsi que des gains en termes de sécu­rité et de réduc­tion de la pol­lu­tion, son carac­tère d’u­ti­lité publique. »

 

La contribution de la France au financement du Lyon-Turin a-t-elle été inscrite au budget de l'État ? Un document officiel atteste du contraire...

Chantier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte. © Telt

 

Le Conseil d’État a éga­le­ment consi­déré que les modi­fi­ca­tions appor­tées au pro­jet – un allon­ge­ment sur la par­tie ita­lienne du tun­nel, pas­sant de 52 à 57 km – ne pou­vaient être consi­dé­rées comme des modi­fi­ca­tions « sub­stan­tielles des carac­té­ris­tiques du pro­jet ». De même, l’aug­men­ta­tion du coût du pro­jet, infé­rieure à 10 %, « n’est pas telle qu’elle devrait être regar­dée comme ayant remis en cause l’é­co­no­mie géné­rale de l’o­pé­ra­tion ».

 

Fin juin, alors que Paris et Rome s’é­char­paient tou­jours sur la ques­tion du finan­ce­ment, Telt, le maître d’ou­vrage de la future liai­son fer­ro­viaire, a annoncé le lan­ce­ment de la pro­cé­dure d’ap­pel d’offre pour la construc­tion du tun­nel de base côté ita­lien pour un mon­tant estimé à un mil­liard d’eu­ros.

 

LR

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1940 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.