Une voisine du « squat anar » du 38 rue d’Alembert le dénonce via une annonce sur Le Bon Coin

sep article



FIL INFO — Pour dénoncer une nouvelle fois la présence dans son quartier du squat du 38 rue d’Alembert, rebaptisé Centre social Tchoukar par ses occupants, une habitante du quartier Saint-Bruno a posté… une annonce sur le site de vente ou d’échanges entre particuliers Le Bon Coin.

 

 

« Salle des fêtes squat anar ». Cette drôle d’an­nonce visible sur le site Le Bon Coin, c’est une habi­tante du quar­tier Saint-Bruno qui l’a pos­tée. Son objec­tif : dénon­cer (une nou­velle fois) le squat du 38 rue d’Alembert. Baptisé Centre social Tchoukar par ses occu­pants, le bâti­ment est occupé depuis quatre ans par un col­lec­tif qui y orga­nise des ate­liers divers, des réunions, des soi­rées fes­tives et mili­tantes ou des concerts.

 

Capture d'écran de l'annonce postée sur Le Bon Coin.

Capture d’é­cran de l’an­nonce pos­tée sur Le Bon Coin.

 

De quoi mettre en colère un cer­tain nombre de voi­sins directs du 38, qui se plaignent régu­liè­re­ment du bruit et craignent pour la sécu­rité même du bâti­ment, ainsi que pour la leur. Les ten­sions montent régu­liè­re­ment d’un cran, mal­gré les déné­ga­tions des occu­pants du squat qui assurent tout faire pour limi­ter la gêne occa­sion­née et entre­te­nir de bonnes rela­tions avec le voi­si­nage. Avec, si tel est le cas, un suc­cès tout rela­tif.

 

 

Emmanuel Carroz également mis en cause

 

L’annonce en ques­tion ? La prose d’une voi­sine du Tchoukar très prompte à dénon­cer les acti­vi­tés de ses habi­tants. Celle-ci envoie ainsi très régu­liè­re­ment des cour­riels à la pré­fec­ture de l’Isère, aux élus et à la presse pour dres­ser des compte-ren­dus de la vie du squat ainsi que des pho­tos des per­sonnes et des plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion. Elle s’est même van­tée auprès des ser­vices de l’État d’a­voir essayé de mettre le feu au bâti­ment.

 

38 rue d'alembert © Florent Mathieu - Place Gre'net

38 rue d’Alembert. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Si vous aimez le bruit, les fêtes illé­gales sans normes ERP, sans normes acous­tiques, les menaces et les insultes d’a­nar squat­teur Grenoblois n’hé­si­tez pas à vous rendre au 38 rue d’Alembert à Grenoble. Dans un quar­tier calme et pai­sible vous pour­rez vous défou­ler en toute séré­nité sans vous sou­cier de la tran­quillité d’au­trui », écrit-elle dans son annonce. Publiée dans la rubrique “évè­ne­ments” pour évi­ter un retrait de publi­ca­tion.

 

La voi­sine indique encore le numéro du bureau d’Emmanuel Carroz. En charge de la Vie asso­cia­tive, l’ad­joint de Grenoble avait expli­qué cher­cher une solu­tion de conven­tion­ne­ment du local. Et déclaré : « Il faut apprendre à vivre ensemble, et cela concerne les deux côtés des murs ». Pas de quoi convaincre les rive­rains en colère, qui rap­pellent le carac­tère illi­cite du Tchoukar. Quand bien même le local est ancré, et appré­cié, dans le milieu asso­cia­tif gre­no­blois.

 

FM

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
22753 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. Aurais pas aimé avoir cette voi­sine pen­dant la guerre ! Tous les squats du monde plu­tôt que ce rési­dus de peste brune

    sep article
    • Bin voyons ! La voi­sine est une facho parce que sa vie quo­ti­dienne est pour­rie par d’ai­mables anars et qu’elle renâcle.
      Nul doute qu’entre 39 et 45, vous, Junger, eus­siez été dans la Résistance.
      C’est à ça qu’on les recon­naît, les pro­gres­sistes : la bonne conscience et la haute idée de soi.

      sep article
  2. Squat, embou­teillages et bruit qui explosent avec #Cvcm, des ter­rasses attri­buées par­tout en dépit du bon sens y com­prid sur sta­tion­ne­ments (sans oublier la hausse de pol­lu­tion ), men­di­cité très for­te­ment accrue avec l’ac­cueil incon­di­tion­nel de migrants, popu­la­tion aviné avec leurs chiens ou sans, que fait la muni­ci­pa­lité d”#Eric Piolle pour les #Grenoblois à part leur appor­ter au quo­ti­dien leurs lots de nui­sances par­tout et en lais­sant faire pour le reste quand ce n’est pas pro­vo­qué ?

    sep article
  3. « faut apprendre à vivre ensemble, et cela concerne les deux côtés des murs »

    Là , il a vrai­ment fran­chi la ligne rouge. On se pose même la ques­tion : c’est du cynisme pur et dur, ou une bêtise innée et incu­rable ?!

    sep article
    • C’est juste du libé­ral-liber­ta­risme. Un mélange d’i­déo­lo­gie post-soixante-hui­tarde mélan­gée à la sauce capi­ta­liste : « il est inter­dit d’in­ter­dire »/ « jouir sans entrave ». Lorsque c’est repris par la poli­tique, cela donne une société du sans-limites, dans laquelle toute contrainte sur l’in­di­vidu devient insup­por­table, ceci se fai­sant para­doxa­le­ment au pré­ju­dice du « vivre-ensemble » tant vanté par l’élu. On l’a vu avec le bur­kini (jouir sans entrave), on le voit avec cette his­toire de squat (encore jouir sans entrave). Finalement, on a affaire à du libé­ra­lisme (poli­tique et éco­no­mique) com­plè­te­ment aux anti­podes des idéaux de la décrois­sance van­tée par cette muni­ci­pa­lité, étant rap­pelé que la phi­lo­so­phie de la décrois­sance est fon­dée sur l’exis­tence de limites (pas de crois­sance infi­nie dans un monde fini, donc accep­ta­tion de limites à la crois­sance, à la consom­ma­tion, etc.). C’est tout le para­doxe de l’é­co­lo­gie à la sauce EELV.

      sep article
      • Verts/Ades ‚est com­posé d’un groupe de bara­ti­neurs
        qui voit l’é­co­lo­gie comme un ins­tru­ment confor­table
        pour occu­per la scène politique.Il se trouve dans
        l’agglomération,un béné­vole du nom de Gaspard
        Forest,qui consacre ses jour­nées à ramas­ser les déchets
        dans les cours d’eau de notre contrée, sans deman­der
        quoi que ce soit à la col­lec­ti­vité.
        Il existe de vrais citoyens conscients de l’é­co­lo­gie
        qui paient de leurs per­sonnes, sans faire de grands
        dis­cours et n’ayant que comme seul moteur d’ac­tion
        que leur cou­rage et leur dignité (puis­qu’il ne demande
        aucune créa­tion d’une association,pour col­lec­ter
        des fonds )

        sep article
  4. Ca a l’air d’être une sacrée casse pied cette voi­sine. Elle se vante d’a­voir essayé de mettre le feu et donc poten­tiel­le­ment de tuer des per­sonnes qui auraient pu s’y trou­ver. Qu’attend on pour l’ar­rê­ter ?

    sep article
  5. on sent un léger parti pris dans l’ar­ticle ;D
    Le meilleur moyen de le fer­mer est de le conven­tion­ner,
    Ainsi les règles sécu­rité / bruit rap­pli­que­rons
    Ainsi il sera fermé ASAP.
    Il y a une vrai pas pas seule­ment « alter » dans squats, celui des 400 cou­verts était très ouvert.
    Reste qu’il faut un peu d’i­so­le­ment because le mode de vie n’est pas for­ce­ment celui de ceux qui se lèvent à 6H30/7H.
    je suis curieux de la suite

    sep article