Une voisine du « squat anar » du 38 rue d’Alembert le dénonce via une annonce sur Le Bon Coin

sep article

Creative Mobilities Mou

FIL INFO — Pour dénoncer une nouvelle fois la présence dans son quartier du squat du 38 rue d’Alembert, rebaptisé Centre social Tchoukar par ses occupants, une habitante du quartier Saint-Bruno a posté… une annonce sur le site de vente ou d’échanges entre particuliers Le Bon Coin.

 

 

« Salle des fêtes squat anar ». Cette drôle d’annonce visible sur le site Le Bon Coin, c’est une habitante du quartier Saint-Bruno qui l’a postée. Son objectif : dénoncer (une nouvelle fois) le squat du 38 rue d’Alembert. Baptisé Centre social Tchoukar par ses occupants, le bâtiment est occupé depuis quatre ans par un collectif qui y organise des ateliers divers, des réunions, des soirées festives et militantes ou des concerts.

 

Capture d'écran de l'annonce postée sur Le Bon Coin.

Capture d’écran de l’annonce postée sur Le Bon Coin.

 

De quoi mettre en colère un certain nombre de voisins directs du 38, qui se plaignent régulièrement du bruit et craignent pour la sécurité même du bâtiment, ainsi que pour la leur. Les tensions montent régulièrement d’un cran, malgré les dénégations des occupants du squat qui assurent tout faire pour limiter la gêne occasionnée et entretenir de bonnes relations avec le voisinage. Avec, si tel est le cas, un succès tout relatif.

 

 

Emmanuel Carroz également mis en cause

 

L’annonce en question ? La prose d’une voisine du Tchoukar très prompte à dénoncer les activités de ses habitants. Celle-ci envoie ainsi très régulièrement des courriels à la préfecture de l’Isère, aux élus et à la presse pour dresser des compte-rendus de la vie du squat ainsi que des photos des personnes et des plaques d’immatriculation. Elle s’est même vantée auprès des services de l’État d’avoir essayé de mettre le feu au bâtiment.

 

38 rue d'alembert © Florent Mathieu - Place Gre'net

38 rue d’Alembert. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Si vous aimez le bruit, les fêtes illégales sans normes ERP, sans normes acoustiques, les menaces et les insultes d’anar squatteur Grenoblois n’hésitez pas à vous rendre au 38 rue d’Alembert à Grenoble. Dans un quartier calme et paisible vous pourrez vous défouler en toute sérénité sans vous soucier de la tranquillité d’autrui », écrit-elle dans son annonce. Publiée dans la rubrique “évènements” pour éviter un retrait de publication.

 

La voisine indique encore le numéro du bureau d’Emmanuel Carroz. En charge de la Vie associative, l’adjoint de Grenoble avait expliqué chercher une solution de conventionnement du local. Et déclaré : « Il faut apprendre à vivre ensemble, et cela concerne les deux côtés des murs ». Pas de quoi convaincre les riverains en colère, qui rappellent le caractère illicite du Tchoukar. Quand bien même le local est ancré, et apprécié, dans le milieu associatif grenoblois.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
21838 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. Aurais pas aimé avoir cette voisine pendant la guerre ! Tous les squats du monde plutôt que ce résidus de peste brune

    sep article
    • Bin voyons ! La voisine est une facho parce que sa vie quotidienne est pourrie par d’aimables anars et qu’elle renâcle.
      Nul doute qu’entre 39 et 45, vous, Junger, eussiez été dans la Résistance.
      C’est à ça qu’on les reconnaît, les progressistes : la bonne conscience et la haute idée de soi.

      sep article
  2. Squat, embouteillages et bruit qui explosent avec #Cvcm, des terrasses attribuées partout en dépit du bon sens y comprid sur stationnements (sans oublier la hausse de pollution ), mendicité très fortement accrue avec l’accueil inconditionnel de migrants, population aviné avec leurs chiens ou sans, que fait la municipalité d’#Eric Piolle pour les #Grenoblois à part leur apporter au quotidien leurs lots de nuisances partout et en laissant faire pour le reste quand ce n’est pas provoqué?

    sep article
  3. « faut apprendre à vivre ensemble, et cela concerne les deux côtés des murs »

    Là , il a vraiment franchi la ligne rouge. On se pose même la question : c’est du cynisme pur et dur, ou une bêtise innée et incurable ?!

    sep article
    • C’est juste du libéral-libertarisme. Un mélange d’idéologie post-soixante-huitarde mélangée à la sauce capitaliste : « il est interdit d’interdire »/ « jouir sans entrave ». Lorsque c’est repris par la politique, cela donne une société du sans-limites, dans laquelle toute contrainte sur l’individu devient insupportable, ceci se faisant paradoxalement au préjudice du « vivre-ensemble » tant vanté par l’élu. On l’a vu avec le burkini (jouir sans entrave), on le voit avec cette histoire de squat (encore jouir sans entrave). Finalement, on a affaire à du libéralisme (politique et économique) complètement aux antipodes des idéaux de la décroissance vantée par cette municipalité, étant rappelé que la philosophie de la décroissance est fondée sur l’existence de limites (pas de croissance infinie dans un monde fini, donc acceptation de limites à la croissance, à la consommation, etc.). C’est tout le paradoxe de l’écologie à la sauce EELV.

      sep article
      • Verts/Ades ,est composé d’un groupe de baratineurs
        qui voit l’écologie comme un instrument confortable
        pour occuper la scène politique.Il se trouve dans
        l’agglomération,un bénévole du nom de Gaspard
        Forest,qui consacre ses journées à ramasser les déchets
        dans les cours d’eau de notre contrée, sans demander
        quoi que ce soit à la collectivité.
        Il existe de vrais citoyens conscients de l’écologie
        qui paient de leurs personnes, sans faire de grands
        discours et n’ayant que comme seul moteur d’action
        que leur courage et leur dignité (puisqu’il ne demande
        aucune création d’une association,pour collecter
        des fonds )

        sep article
  4. Ca a l’air d’être une sacrée casse pied cette voisine. Elle se vante d’avoir essayé de mettre le feu et donc potentiellement de tuer des personnes qui auraient pu s’y trouver. Qu’attend on pour l’arrêter ?

    sep article
  5. on sent un léger parti pris dans l’article ;D
    Le meilleur moyen de le fermer est de le conventionner,
    Ainsi les règles sécurité / bruit rappliquerons
    Ainsi il sera fermé ASAP.
    Il y a une vrai pas pas seulement « alter » dans squats, celui des 400 couverts était très ouvert.
    Reste qu’il faut un peu d’isolement because le mode de vie n’est pas forcement celui de ceux qui se lèvent à 6H30/7H.
    je suis curieux de la suite

    sep article