Sécurité routière : les parents d’élèves des écoles Marceau, Aubrac et Verne de Grenoble interpellent la Ville et la Métro

sep article

Creative Mobilities Mou

 

FIL INFO — Suite à l’accident survenu à Grenoble, vendredi 14 juin, au croisement des rues Desaix et Marceau, les parents d’élèves des écoles Marceau, Aubrac et Jules-Verne interpellent la Ville de Grenoble et la Métro. Inquiets, ils demandent des ralentisseurs sur la route, ainsi qu’une signalétique visible et la mise en place d’un sens unique sur les deux voies.

 

 

L’accident survenu à Grenoble le vendredi 14 juin a ravivé les inquiétudes. Au croisement de la rue Desaix et de la rue Marceau, un automobiliste a en effet percuté une assistante maternelle et les deux enfants de 2 et 5 ans qu’elle accompagnait. Un accident grave qui suscite la colère des parents d’élèves des écoles Marceau, Lucie-Aubrac et Jules-Verne, dont les délégués ont adressé une lettre au maire de Grenoble ainsi qu’au président de Grenoble-Alpes Métropole.

 

Au croisement des rues Desaix et Marceau © Florent Mathieu - Place Gre'net

Au croisement des rues Desaix et Marceau. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Nous constatons TOUS LES JOURS que beaucoup de voitures et autres véhicules motorisés circulent à une vitesse élevée sur cet axe », écrivent ainsi les parents d’élèves, en ajoutant que les automobilistes bien souvent ne respectent pas la priorité des piétons. Résultat ? Une « zone dangereuse » qui constitue pourtant le chemin quotidien des trois écoles, et sur laquelle la signalétique est jugée « quasiment inexistante ».

 

 

Une réunion d’information à venir

 

« Ce sujet a été abordé plusieurs fois en conseil d’école à Marceau et (…) la direction a déjà signalé ce danger au maire, sans aucun résultat », indique la lettre. Cette nouvelle missive aura-t-elle plus de succès ? La Ville de Grenoble a en tout cas fait savoir aux délégués des parents d’élèves son intention d’organiser prochainement une réunion d’information. En revanche, ajoutent les parents d’élèves, silence radio du côté de la Métro.

 

École Lucie-Aubrac de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

École Lucie-Aubrac de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Comme par le passé, nous avions déjà eu des réponses de la mairie mais rien de concret, nous continuerons nos actions jusqu’à la mise en place de choses concrètes », préviennent avec méfiance les auteurs de la lettre. Ces derniers viennent d’ailleurs de lancer une pétition exigeant la « sécurisation aux abords des écoles », à laquelle s’associent les parents d’élèves de l’école Jardin de Ville. Le 25 juin à 11 heures du matin, cette pétition avait déjà recueilli près de 150 signatures.

 

Les demandes ? L’installation de ralentisseurs, la mise en valeur des panneaux de limitation à 30 km/h dans les deux sens de circulation près des passages piéton, ainsi que la mise en sens unique des rues Desaix et Bobillot. La question de la circulation sur les axes autour de la Caserne de Bonne risque d’autant plus de se poser qu’une école élémentaire est en construction rue Hoche. Une rue où les voitures circulent de bon matin, parfois à vive allure.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1452 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. « L’union de quartier Championnet Bonne Condorcet Hoche a proposé à la municipalité de participer au travail sur les problématiques et évolutions de cet endroit, et l’a également interpellée sur les ralentisseurs supprimés rue Lesdiguières (voir photo) à l’occasion des travaux Cvcm; un autre lieux qui avait été jugé dangereux pour les piétons de tous ages, écoliers compris donc, et qui le reste. »

    sep article
  3. La métro a déjà fort à faire avec les travaux de La Tronche qui s’éternise depuis un an et ils n’ont même pas réussi à sécuriser l’accès à l’école des coteaux. Une honte en terme de communication et de gestion de chantier qui n’arrête pas de prendre du retard.

    sep article