Sécurité routière : les parents d’élèves des écoles Marceau, Aubrac et Verne de Grenoble interpellent la Ville et la Métro

sep article



 

FIL INFO — Suite à l’accident survenu à Grenoble, vendredi 14 juin, au croisement des rues Desaix et Marceau, les parents d’élèves des écoles Marceau, Aubrac et Jules-Verne interpellent la Ville de Grenoble et la Métro. Inquiets, ils demandent des ralentisseurs sur la route, ainsi qu’une signalétique visible et la mise en place d’un sens unique sur les deux voies.

 

 

L’accident sur­venu à Grenoble le ven­dredi 14 juin a ravivé les inquié­tudes. Au croi­se­ment de la rue Desaix et de la rue Marceau, un auto­mo­bi­liste a en effet per­cuté une assis­tante mater­nelle et les deux enfants de 2 et 5 ans qu’elle accom­pa­gnait. Un acci­dent grave qui sus­cite la colère des parents d’é­lèves des écoles Marceau, Lucie-Aubrac et Jules-Verne, dont les délé­gués ont adressé une lettre au maire de Grenoble ainsi qu’au pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole.

 

Au croisement des rues Desaix et Marceau © Florent Mathieu - Place Gre'net

Au croi­se­ment des rues Desaix et Marceau. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Nous consta­tons TOUS LES JOURS que beau­coup de voi­tures et autres véhi­cules moto­ri­sés cir­culent à une vitesse éle­vée sur cet axe », écrivent ainsi les parents d’é­lèves, en ajou­tant que les auto­mo­bi­listes bien sou­vent ne res­pectent pas la prio­rité des pié­tons. Résultat ? Une « zone dan­ge­reuse » qui consti­tue pour­tant le che­min quo­ti­dien des trois écoles, et sur laquelle la signa­lé­tique est jugée « qua­si­ment inexis­tante ».

 

 

Une réunion d’information à venir

 

« Ce sujet a été abordé plu­sieurs fois en conseil d’é­cole à Marceau et (…) la direc­tion a déjà signalé ce dan­ger au maire, sans aucun résul­tat », indique la lettre. Cette nou­velle mis­sive aura-t-elle plus de suc­cès ? La Ville de Grenoble a en tout cas fait savoir aux délé­gués des parents d’é­lèves son inten­tion d’or­ga­ni­ser pro­chai­ne­ment une réunion d’in­for­ma­tion. En revanche, ajoutent les parents d’é­lèves, silence radio du côté de la Métro.

 

École Lucie-Aubrac de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

École Lucie-Aubrac de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Comme par le passé, nous avions déjà eu des réponses de la mai­rie mais rien de concret, nous conti­nue­rons nos actions jusqu’à la mise en place de choses concrètes », pré­viennent avec méfiance les auteurs de la lettre. Ces der­niers viennent d’ailleurs de lan­cer une péti­tion exi­geant la « sécu­ri­sa­tion aux abords des écoles », à laquelle s’as­so­cient les parents d’é­lèves de l’é­cole Jardin de Ville. Le 25 juin à 11 heures du matin, cette péti­tion avait déjà recueilli près de 150 signa­tures.

 

Les demandes ? L’installation de ralen­tis­seurs, la mise en valeur des pan­neaux de limi­ta­tion à 30 km/h dans les deux sens de cir­cu­la­tion près des pas­sages pié­ton, ainsi que la mise en sens unique des rues Desaix et Bobillot. La ques­tion de la cir­cu­la­tion sur les axes autour de la Caserne de Bonne risque d’au­tant plus de se poser qu’une école élé­men­taire est en construc­tion rue Hoche. Une rue où les voi­tures cir­culent de bon matin, par­fois à vive allure.

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1918 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. « L’union de quar­tier Championnet Bonne Condorcet Hoche a pro­posé à la muni­ci­pa­lité de par­ti­ci­per au tra­vail sur les pro­blé­ma­tiques et évo­lu­tions de cet endroit, et l’a éga­le­ment inter­pel­lée sur les ralen­tis­seurs sup­pri­més rue Lesdiguières (voir photo) à l’oc­ca­sion des tra­vaux Cvcm ; un autre lieux qui avait été jugé dan­ge­reux pour les pié­tons de tous ages, éco­liers com­pris donc, et qui le reste. »

    sep article
  3. La métro a déjà fort à faire avec les tra­vaux de La Tronche qui s’é­ter­nise depuis un an et ils n’ont même pas réussi à sécu­ri­ser l’ac­cès à l’é­cole des coteaux. Une honte en terme de com­mu­ni­ca­tion et de ges­tion de chan­tier qui n’ar­rête pas de prendre du retard.

    sep article