Un “artiviste” du groupe Extinction Rébellion détourne le Calder du Musée de Grenoble

sep article

FIL INFO — Pas d’incendie ni de dégradations, mais le détournement respectueux d’une œuvre d’art pour porter un message politique. C’est ce que revendique un membre du groupe activiste Extinction Rébellion, après une action menée très tôt ce vendredi 21 juin. En l’occurrence le collage de visuels des militants écologistes prônant la désobéissance civile sur la sculpture de Calder, devant le Musée de Grenoble.

 

 

Une œuvre publique « détournée tout en la respectant ». Si le climat grenoblois est plus propice aux revendications de dégradations ou d’incendies, c’est une action d’une toute autre nature que le groupe Extinction Rébellion revendique par voie de communiqué. Dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 juin, un de ses “artivistes” a choisi, « en autonomie », d’utiliser le Monsieur Loyal d’Alexandre Calder comme support de son message.

 

Quand le Monsieur Loyal de Calder devient support à affichettes. © Paul Turenne - Place Gre'net

Quand le Monsieur Loyal de Calder devient support à affichettes. © Paul Turenne – Place Gre’net

 

Monsieur Loyal ? Une sculpture de Calder présente depuis 1994 sur le parvis du Musée de Grenoble, après avoir occupé durant près de trente ans le lycée Argouges. Pas de dégâts à signaler : le membre du groupe Extinction Rébellion s’est contenté de coller avec du scotch des affichettes. Presque un hommage à l’artiste américain, décrit comme « connu pour sa radicalité dans son œuvre et son humanisme ».

 

 

« L’art est la clé de voûte de la défiscalisation »

 

Les dessins représentés sur les affiches ? Une abeille morte sur le dos, un crâne… ou encore un pastiche du célèbre visuel « We can do it », dans lequel un ours adresse un bras d’honneur en portant sur le bras le logo du groupe Extinction Rébellion.

 

Vue en pied de Monsieur Loyal © Paul Turenne - Place Gre'net

Vue en pied de Monsieur Loyal. © Paul Turenne – Place Gre’net

Celui-ci, figurant un sablier à l’intérieur d’un cercle, représente l’urgence de la situation. Le tout avec un slogan récurrent : « Rejoignez-nous ».

 

Mais pourquoi viser le Calder du Musée de Grenoble ? « Il convient de s’attaquer à l’art pour changer le système : l’art est une clef de voûte de la défiscalisation », écrit le responsable de l’action. Qui dénonce l’indécence de la valeur des œuvres d’art, parfois contre la volonté même des artistes, comme c’est le cas pour des dons de Calder en personne.

 

Sans oublier de fustiger au passage le festival de Street Art organisé par la Ville de Grenoble, jugé « trop éloigné de ses racines subversives ».

 

L’action est finalement moins originale qu’on pourrait le penser. En avril 2018, des militants d’Alternatiba Grenoble affublaient ainsi de masques des statues de la ville pour alerter sur la pollution. Tandis qu’en 2017, la Métro emballait dans du plastique la statue d’Hector Berlioz place Victor-Hugo pour sensibiliser au tri des déchets.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
4685 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Bonjour FM,
    J’ai pris Paul Turenne pour l’auteur puisqu’il est en crédit photo… Je ne connaissais pas le signification du FM en bas.
    Vu le nombre de critiques négatives sur les journalistes et les médias, il me paraissait important de dire que votre article sera probablement apprécié par les sympathisants du mouvement, qui ont des visions diverses de notre société mais se battent pour une cause commune. Merci pour la correction.

    sep article
  2. @ Paul Turenne : Le mouvement Exctinction Rebellion ne se revendique pas anti-capitaliste, ce n’est pas loin dans les idées, mais vous ne trouverez nul part cette mention sur le site internet, sur une affiche, un flyer ou autres… merci de corriger l’article, lequel devrait totalement les satisfaire à partir de là.

    sep article
    • FM

      22/06/2019
      20:47

      Bonsoir. J’ignore pourquoi vous vous adressez à Paul Turenne, mais en tant qu’auteur de l’article je vous réponds. Il est exact que le site Extinction Rébellion ne mentionne pas l’anti-capitalisme, quand bien même il semble difficile de ne pas considérer le mouvement proche de ce courant de pensée quand l’un de ses activistes fustige, comme c’est le cas par exemple, le marché de l’art ou encore les niches fiscales. Par souci de cohérence, j’ai toutefois retiré cette mention. Je précise au demeurant que cet article, ni aucun autre, n’a pas pour but de « satisfaire » quelque courant de pensée que ce soit. Cordialement.

      sep article